Soccer Football - Champions League - Group G - Ferencvaros v Juventus - Puskas Arena, Budapest, Hungary - November 4, 2020 Juventus' Alvaro Morata celebrates scoring their second goal REUTERS/Bernadett Szabo (Reuters)

L'équipe type de FF de la troisième journée de Ligue des champions

Voici notre équipe type de la troisième journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Le onze s'articule autour d'un 3-4-3.

Gardien

De retour de blessure, Marc-André ter Stegen a sauvé les meubles du Barça, vainqueur étriqué (2-1) d'un Dynamo Kiev pourtant décimé entre positifs au Covid, blessés et suspendus. Le gardien allemand a multiplié les sauvetages, réalisant une demi-douzaine d'interventions décisives. Au top, comme du reste son collègue de Kiev, le jeune Ruslan Neschcheret.

Défenseurs

Notre défense à trois est constituée de trois joueurs dont les équipes se sont imposées à domicile. Il y a Chancel Mbemba, titulaire d'un FC Porto qui a vaincu 3-0 l'Olympique de Marseille. Le Congolais est le symbole d'une ligne arrière qui n'a presque rien concédé aux Phocéens, en dehors de son partenaire de charnière Sarr, fautif sur Thauvin sur le penalty ensuite manqué par Payet. Dominateur toute la soirée, notamment face à Benedetto, Mbemba confirme son bon début de saison en C1. Sergio Ramos a, lui, battu (3-2) l'Inter Milan avec son Real Madrid. Le capitaine merengue a fait valoir sa force, sa maitrise dans les airs, son sens du marquage, coupant le plus possible les vivres pour Lautaro (tout de même auteur d'un but et d'une passe décisive). Et ses atouts offensifs. Sur un corner, il a dominé de façon insolente De Vrij pour marquer d'une tête décroisé le but du 2-0 provisoire à la demi-heure de jeu. Il s'agit de son 100e but sous le maillot du Real ! Avec son camarade de charnière Skrtel, Alexandru Epureanu a "muré" la surface d'Istanbul BB, mercredi, à l'occasion du victorieux rendez-vous (2-1) face à Manchester United, s'en tirant magistralement face aux Rashford, Martial, Mata et autre Cavani.

Lire aussi :
- Les notes de Real Madrid - Inter Milan
- Manchester se fait surprendre à Istanbul

Milieux

Liverpool a roulé sur l'Atalanta (5-0), mardi soir à Bergame. Et celui qui a appuyé le plus fort sur le champignon est Trent Alexander-Arnold, insaisissable dans son couloir droit, et qui a offert à Diogo Jota le ballon du premier but des Reds. Dans un rôle plus axial, Joshua Kimmich, a rayonné une nouvelle fois dans les rangs du Bayern, tant par son apport défensif qu'offensif. A son compte, les passes décisives sur les buts de Boateng et Sané au cours de la bataille remportée par les Bavarois à Salzbourg (6-2). Autre démonstration de force allemande, celle de Mönchengladbach en Ukraine face au Chakhtior Donetsk, infligeant au club du Dombass sa plus lourde défaite en Coupe d'Europe à domicile (enfin, à Kiev, vu que ce dernier ne peut plus jouer dans sa ville pour cause de conflit armé...). Et l'on attribuera une mention très bien à Christoph Kramer, véritable cerveau du Borussia : tout le jeu est passé par cet élément à la grande intelligence footballistique. Côté gauche, le nom d'Angelino apparait comme une évidence tant l'Espagnol aura été incisif et déterminant face au PSG, battu 2-1 par Leipzig hier soir. Notre homme se trouve à l'origine des deux buts allemands, a porté le danger à maintes reprises, faisant beaucoup souffrir Florenzi dans le couloir.

- Les notes de PSG - Leipzig

Attaquants

Auteur de trois buts à Bergame, Diogo Jota a impressionné par ses qualités de finisseurs, mais aussi sa capacité à trouver ses coéquipiers et son volume de travail au pressing. Trois buts aussi pour Alassane Pléa, royal face au Chakthior et qui réalise son troisième triplé sous les couleurs de Mönchengladbach, son premier en Ligue des Champions. Alvaro Morata s'est, pour sa part, arrêté à un doublé (un facile plat du gauche au second poteau sur un centre de Cuadrado, une belle frappe brossée du droit en pivot une remise de Cristiano Ronaldo), mais aurait pu faire aussi bien que Jota et Pléa avec un zeste d'altruisme en moins. Qu'importe : pour l'Espagnol l'essentiel tient dans la claire victoire (4-1) chez le Ferencvaros, son entente avec CR7 et sa contribution à l'effort collectif. Et, de toute manière, les chiffres parlent pour lui : 6 buts en 6 matches depuis son retour à Turin !

Roberto Notarianni