diabate (cheick) maurice belay (nicolas) rolan (diego) mariano (MANTEY/L'Equipe)
Ligue 1

L'équipe type de la décennie des Girondins de Bordeaux

Toute cette semaine, pour la première journée de Ligue 1 en 2020, FF vous propose son onze type de la décennie pour chaque formation. Voici celle de Bordeaux.

Gardien

Huit saisons sous le maillot girondin, de 2009 à 2017, 256 matches de Ligue 1, des exploits à tour de bras comme celui d'arrêter deux penalties dans le même match contre Montpellier le 7 mars 2010, une Coupe de France en 2013 : Cédric Carrasso est indiscutable. Mais celui qui a succédé à Ulrich Ramé a réussi plus remarquable encore : il a gagné le cœur des supporters bordelais, lui qui a été formé à l'Olympique de Marseille.

Défenseurs

Dans une défense à quatre, on a fait le choix de la rigueur et de l'apport offensif. La rigueur tout d'abord avec une charnière composée du duo Marc Planus-Henrique. Le premier, l'enfant du pays, arrivé au club à l'âge de neuf ans pour ne jamais évoluer ailleurs, est positionné comme le premier relanceur de l'équipe. Celui qui impulse les premiers mouvements à la récupération du ballon, un rôle qui lui avait été dévolu par Laurent Blanc à son arrivée en juin 2007. Au champion de France 2009, on associe le Brésilien Henrique. Arrivé dans les valises de Ricardo en 2005, l'ancien joueur de Flamengo s'est peu à peu imposé dans un club qu'il a quitté en larmes à l'été 2014 pour des raisons personnelles et rallier Fluminense. Rugueux sur l'homme, il constitue le complément idéal de Planus. Les deux latéraux sont de véritables feux follets. À droite, Mariano, à gauche Benoît Trémoulinas. Deux défenseurs rapides résolument tournés vers l'offensive et toujours prêts à apporter le surnombre et à délivrer des centres pour leurs attaquants, deux piliers de l'équipe qui a remporté le dernier trophée du club, la Coupe de France 2013. Le premier arrivé à l'hiver 2011 en provenance de Fluminense a rapidement trouvé ses marques grâce notamment à un Francis Gillot qui n'a pas hésité à passer à cinq derrière pour faciliter son intégration. Il a ensuite rejoint le FC Séville en 2015 et évolue aujourd'hui à Galatasaray. Le second, formé au club, a rejoint le Dynamo Kiev en 2013 et a connu par la suite divers soucis physiques à un genou qui l'ont contraint à arrêter sa carrière en 2017.

Milieux

Difficile de ne pas mettre Jaroslav Plasil dans ce onze type. Le Tchèque, débarqué dans la foulée du titre de champion de France 2009, a été de tous les combats en cette décennie. Hormis un prêt à Catania (de janvier à juin 2014), "Jaro" a toujours répondu présent et a résisté à tous les soubresauts et à tous les entraîneurs qui se sont succédés. Placé devant la défense, l'ancien Monégasque trouve avec une ligne de trois placée devant lui les relais idéaux pour créer l'animation offensive. À droite, Malcom, la pépite brésilienne, capable de toutes les accélérations et de déclencher à tout moment des frappes surpuissantes. Tout le monde se souvient de son but à Lyon permettant aux Girondins d'arracher le nul dans les ultimes secondes (3-3) le 19 août 2017. Et puis n'est-il pas la plus grosse vente de l'histoire du club (41 M€ au Barça en août 2018) ? Dans l'axe, Ludovic Obraniak a la charge de distribuer le jeu. Un rôle que l'international polonais a régulièrement tenu de janvier 2012 à janvier 2014. Enfin, à gauche, Nicolas Maurice-Belay, souvent critiqué pour son manque d'adresse devant le but, s'est souvent illustré par ses passes décisives, dont l'une le 31 mai 2013 sur la pelouse du Stade de France offrant la victoire en Coupe de France face à Évian-TG (3-2).

Attaquants

Placé dans l'axe en point de fixation et de déviation, Cheick Diabaté fait équipe avec l'Uruguayen Diego Rolan. Le Malien, souvent décrié pour sa maladresse, a tout de même fait preuve d'une grande efficacité. En six saisons à Bordeaux, de 2010 à 2016, ce grand échalas (1,94 m) a inscrit 50 buts en 137 matches de L1 et a offert grâce à un doublé en finale contre Évian-TG (3-2) la Coupe 2013 aux Marine et Blanc. Son compère, Rolan donc, a découvert très tôt l'Europe. Arrivé lors du mercato hivernal 2013, à moins de vingt ans, il a connu des débuts difficiles avant de confirmer tous les espoirs placés en lui. Lors de la saison 2014-15, l'attaquant de la Celeste a totalisé 15 buts en L1, un seuil qu'aucun attaquant bordelais n'avait atteint depuis Fernando Cavenaghi en 2007-2008. Diego Rolan a laissé également une trace dans l'histoire des Girondins en étant le dernier buteur à Chaban-Delmas avec son doublé contre Nantes le 9 mai 2015 (2-1) mais aussi le premier dans le Nouveau Stade le 23 mai 2015 face à Montpellier (2-1, encore un doublé).

Laurent Crocis

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :