ndoye (cheikh) thomas (romain) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1

L'équipe type de la décennie du SCO Angers

Toute cette semaine, pour la première journée de Ligue 1 en 2020, FF vous propose son onze type de la décennie 2010-2019 pour chaque formation. Au tour du SCO Angers, qui fête cette saison ses cent ans.

Gardien

Ludovic Butelle fait figure de numéro 1 indiscutable dans notre onze, lui qui a gardé sa cage inviolée lors de 54 des 129 matches qu'il a disputés avec le SCO. Après un détour par la Belgique entre 2015 et 2017, le portier s'est d'ailleurs empressé de rallier Angers et un club avec lequel il avait décroché la montée en 2015, au terme d'une saison à 18 (!) clean sheet. Solide.

Défenseurs

Comment envisager une défense angevine sans Romain Thomas ? Avec 238 apparitions sous le maillot blanc et noir, qu'il porte depuis 2013, le central fait figure de taulier. A ses côtés, Ismaël Traoré, capitaine depuis deux saisons et demi, s'est également imposé comme un indéboulonnable du onze de Stéphane Moulin. A droite, un autre «historique», au club depuis le même nombre d'années que Thomas, paraît lui aussi indiscutable. Depuis la saison 2013-2014, Vincent Manceau a en moyenne disputé 33 rencontres de Championnat avec Angers. En comparaison de ces trois patrons du vestiaire angevin, le bilan de notre latéral gauche ne fait pas le poids. Mais Yoann Andreu était le titulaire du poste lors de la première saison en Ligue 1 des pensionnaires du stade Raymond-Kopa et aura, au total, disputé 74 matches pour le SCO.

Milieux

Au milieu de terrain, des figures historiques telles que Charles Diers ou encore Olivier Auriac sont régulièrement revenues dans les débats et leur place dans ce onze n'aurait pas été usurpée. Reste qu'un trio symbolise les meilleures années du club durant la décennie qui vient de s'écouler et celui-ci se compose de Baptiste Santamaria, récupérateur infatigable qui devrait bientôt être vendu contre un (très) gros chèque, Thomas Mangani, dont le pied gauche ne manque quasiment jamais sa cible et Cheikh Ndoye, énième symbole du gros travail effectué par la cellule de recrutement du club, ces dernières années.

Attaquants

C'est peut-être là que trancher dans le vif aura été le plus compliqué. Et si Moulin disposait encore à ce jour de tous les talents offensifs qu'il a un jour eu la chance de diriger, on lui souhaiterait bien du courage pour dégager un onze type. Heureusement pour nous, Jonathan Kodjia (29 apparitions) ou Nicolas Pépé (33 matches en Ligue 1) - pour ne citer qu'eux - comptent à peine assez de matches avec Angers pour figurer dans notre équipe. Côté droit, c'est donc Jeff Reine-Adélaïde qui s'impose, lui qui n'a disputé qu'une dizaine de rencontres de plus que Pépé dans l'ouest mais dont les éclairs de génie auront marqué les esprits. A l'opposé et même s'il a évolué dans l'axe lors de son passage au SCO, c'est un autre joueur débarqué dans un relatif anonymat qui prend place. Il s'agit de Karl Toko Ekambi, transféré contre près de 20 millions d'euros deux saisons plus tard et qui aura inscrit 25 buts et distribué 11 passes décisives sur la période. Dans l'axe, un buteur impliqué sur pas moins de 53 buts lors des trois saisons qu'il a disputées pour le club à partir de 2010 complète le onze. On parle bien sûr du roumain Claudiu Keseru, leader d'attaque entre 2009 et 2013.
Thymoté Pinon

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :