(L'Equipe)
Ligue des Champions

L'équipe type de la saison en Ligue des champions

Ç'en est fini de la Ligue des champions. La version 2018/2019 a offert, pendant dix mois, un show à couper le souffle et finalement sacré Liverpool. L'heure est au bilan. Voici notre onze type de la saison en C1.

Gardien

Liverpool ne voulait plus être ce club romantique qui était toujours plombé sur la ligne d'arrivée par les boulettes de ses gardiens de but. Jurisprudence Karius en finale de C1 2018 oblige... C'est pour cette raison que le club de la Mersey a déboursé plus de 62,5 millions d'euros (+ 10 millions de bonus) pour attirer Alisson Becker de la Roma. Avec l'espoir de ne plus donner le bâton pour se faire battre. Le portier brésilien a rempli sa mission haut la main. Notamment lorsqu'il a dégouté les attaquants barcelonais en demi-finale retour à Anfield et pris part à l'exploit phénoménal des Reds. Précis dans ses interventions, époustouflant dans ses réflexes et actif dans sa surface, le gardien de 26 ans a de nouveau brillé en finale face à Tottenham en repoussant toutes les tentatives d'égalisation des Spurs. Le montant du chèque en valait donc la peine.

Défenseurs

Il pourrait sans doute évoluer meneur de jeu. Mais pour le moment, c'est dans son couloir droit que Trent Alexander-Arnold a épaté la scène européenne de ses passes si précises, si singulières... Si inspirées aussi. A l'instar de sa troisième assist de la compétition, un corner rapidement tiré pour Origi qui restera dans les annales. Mais si l'international anglais peut autant s'exprimer, c'est qu'il a derrière lui un roc, nommé Virgil van Dijk. Que ce soit en Championnat (où il a été élu meilleur joueur) ou en C1, le central s'est montré infranchissable tout au long de la saison. Et décisif aussi, notamment sur des réalisations en 8e de finale contre le Bayern Munich et en quart de finale contre Porto.
Matthijs De Ligt a donné sa pleine mesure en C1
Lui est un peu plus jeune mais n'a rien à envier au puissant gabarit de son compatriote néerlandais. Buteur salvateur contre la Juventus puis buteur malheureux contre Tottenham, Matthijs De Ligt a donné sa pleine mesure en C1 par sa présence physique et son agressivité dans les duels. Leader charismatique, le capitaine de 19 ans a tiré vers le haut une équipe de l'Ajax qui a conquis les coeurs européens. Dans le couloir gauche, son erreur sous le pressing incessant des Reds a coûté cher, très cher à son équipe. Mais Jordi Alba a, une nouvelle fois, mené une campagne européenne des plus régulières. Partenaire privilégié de Messi, l'Espagnol a brillé par son activité sans relâche et par ses passes décisives à la pelle (cinq en onze matches) dans un collectif barcelonais pourtant bien terne.

Milieux de terrain

Epatant chef d'orchestre de la troupe Ajax, Frenkie de Jong a distribué et organisé le jeu de son équipe avec une spontanéité déconcertante. Sans peur balle au pied, le milieu - qui va rejoindre Barcelone l'année prochaine - s'est toujours efforcé à relancer proprement en toute circonstance et a décontenancé plus d'un adversaire par sa faculté à se sortir du pressing. À un poste similaire, Fabinho a, quant à lui, surtout excellé par son agressivité permanente et son énorme abattage défensif dans le système de Klopp. Avec comme point d'orgue une demi-finale retour irréelle face à Barcelone dans laquelle le Brésilien a muselé Messi et complètement annihilé ses velléités offensives. Dans un registre plus offensif et créatif, Donny van de Beek s'est distingué par son aisance technique, ses idées rafraîchissantes et sa liberté tactique. Le milieu de terrain néerlandais, 22 ans au compteur, a forcé l'admiration et démontrait une lucidité à toute épreuve, notamment sur ses buts face à la Juve et Tottenham. Les top clubs européens sont désormais à ses pieds.

Attaquants

Auteur de douze buts cette saison en Ligue des champions, Lionel Messi a porté le Barça à bout de bras. Parmi ses réalisations, quelques coups de maître dont lui seul à le secret. Comme ce slalom déroutant face à Manchester United en quart de finale retour. Ou encore ce coup franc déposé dans la lucarne d'Alisson face à Liverpool, en demi-finale aller. Sa conduite de balle caractéristique a détonné, ses inspirations ont ébloui, sa vivacité a effrayé ses adversaires... Lui a moins marqué que l'Argentin, mais Sadio Mané (4 buts) a emmené dans son sillage doré les Reds au sommet de l'Europe. Elégant tout en feinte et en puissance, ses fixations ont épuisé les défenses adverses. Sa capacité d'élimination ont permis de créer des décalages et fait briller ses coéquipiers...et il a gagné la C1 ! Enfin, Heung-min Son s'est démené sur le front de l'attaque de Tottenham, sans jamais renier son travail défensif. À droite, à gauche ou dans l'axe, ses trois réalisations lors de la double confrontation face à Manchester City en quart de finale ont fait oublier la longue absence de Kane en deuxième partie de saison. Mais il n'aura pas suffit pour renverser les Reds en finale.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Kenzou 3 juin à 0:09

C. Ronaldo a la place de Son .Et le Ballon d’Or 2019 pour À.Becker 8 arrêts décisifs contre Tottenham et autant contre le Barça en 1/2 finale ( 4-0).

King_Henry 2 juin à 23:19

Et Hugo Lloris ????

boboyrx 2 juin à 17:59

Son coach a l'Ajax le reconnait sans Zyech l'Ajax n'aurait jamais atteint les demies en champ league, ni remporte l'eredivisie, ni la coupe des pays-bas...

boboyrx 2 juin à 17:55

Vous etes telement drove boys les soit disant expert de FF Ziyech figure dans les equipes type des quarts, des demies puis soudainement disparait de la liste...

oussoubebe 2 juin à 17:49

Messi. Pfff

voir toutes les réactions
ADS :