Soccer Football - Champions League Quarter Final First Leg - Juventus vs Real Madrid - Allianz Stadium, Turin, Italy - April 3, 2018   Real Madrid's Cristiano Ronaldo scores their second goal    REUTERS/Alberto Lingria (ALBERTO LINGRIA/Reuters)
C1/C3

L'équipe type de la semaine européenne avec Lenglet (Séville), Rakitic (Barcelone), Salah (Liverpool) et Cristiano Ronaldo (Real Madrid)

Voici notre équipe type de la semaine européenne, entre la Ligue des champions (mardi puis mercredi) et le Ligue Europa (jeudi). Notre onze s'articule autour d'un 4-2-3-1 et dénombre huit joueurs de C1 pour trois de C3.

Pete Gulacsi (RB Leipzig)

Une victoire peut se jouer sur un coup de dés, une fenêtre de tir en votre faveur qui finit par se retourner contre vous. C'est ce qu'ont compris les joueurs de l'OM, battus 1-0 à Leipzig, hier soir. L'action décisive se joue à la dernière minute de la première période. Peter Gulacsi, le portier hongrois du club allemand, qui avait déjà joué les sauveurs sur une occasion de Mitroglou en début de rencontre, neutralise en l'espace de quelques secondes une conclusion de près de Sarr puis d'Ocampos. C'est le tournant du match : sur la seconde parade du gardien de Leipzig, ses coéquipiers opèrent un contre foudroyant qui voit Werner battre Pelé. Le 1-0 met le RasenBallsport - excellent en attaque rapide - en bonne position en vue du quart retour de C3 à Marseille.
Face à Manchester City, Virgil Van Dijk a contenu les assauts des hommes de Pep Guardiola pour éviter d'encaisser un but qui aurait pu peser lourd en vue du match retour (L'Equipe)
Face à Manchester City, Virgil Van Dijk a contenu les assauts des hommes de Pep Guardiola pour éviter d'encaisser un but qui aurait pu peser lourd en vue du match retour (L'Equipe)

Daniel Carvajal (Real Madrid)

Le Real l'emporte 3-0 sur le terrain de la Juve et se dirige tout droit vers sa huitième demi-finale de C1 de rang. Et si c'est l'extraordinaire Cristiano Ronaldo qui a, sans surprise, dominé la confrontation face aux Bianconeri, la défense madrilène s'est très bien tirée d'affaire pendant une bonne heure, lorsque la Juve, encore dans le match, poussait pour égaliser. L'arrière droit espagnol a été souverain face aux incursions de Kwadwo Asamoah et Alex Sandro. Et il a aussi porté régulièrement le danger en attaque. C'est d'ailleurs lui qui a expédié dans la surface italienne le ballon du but de folie de CR7.

Lire aussi : Le Real assomme la Juventus

Clément Lenglet (FC Séville)

Si Séville s'est incliné 1-2 à la maison face au Bayern, ce n'est surement pas de sa faute ! Le défenseur central français a largement fait sa part de boulot, réduisant à l'impuissance le redouté Robert Lewandowski. Dommage que la maladresse de plusieurs de ses coéquipiers a fini par faire couler le bateau sévillan.

Virgil Van Dijk (Liverpool)

Mercredi, les Reds ont donné une leçon à Manchester City, gagnant 3-0 la première manche d'un quart de finale de C1 100% Premier League. Un large succès qui s'est (aussi) dessiné en défense, où le défenseur central batave a étouffé les velléités de Gabriel Jesus en collaboration avec Lovren, son camarade de charnière.

Lire aussi : Liverpool a croqué Manchester City

Marcelo (Real Madrid)

Le Brésilien passe rarement au travers lors des grands matches. Il l'a une nouvelle fois démontré à Turin, bétonnant son couloir et mettant sous pression De Sciglio, comme à l'occasion du premier but du Real, lorsqu'il a démarqué Isco, qui a pu ainsi servir CR7 en plein coeur de la surface turinoise. Auteur du but du 3-0 définitif, Marcelo porte à quatre ses réalisations avec le Real depuis le début de la saison.
Pour la seconde fois consécutive, Aaron Ramsey se retrouve dans notre équipe type européenne pour avoir porté les Gunners vers la victoire (Reuters)
Pour la seconde fois consécutive, Aaron Ramsey se retrouve dans notre équipe type européenne pour avoir porté les Gunners vers la victoire (Reuters)

Aaron Ramsey (Arsenal)

On l'avait déjà vu très en verve au tour précédent de C3 face au Milan AC. Face au CSKA Moscou, le milieu gallois est encore monté en puissance. Si Arsenal l'a emporté largement (4-1), il le doit en partie à la prestation majuscule de Ramsey. Les Russes ne sont pas prêts d'oublier ce véritable diable sur ressorts qui leur a fait la misère tout le match. A la 9e minute, quelques dizaines de secondes après un but lui ayant été refusé pour hors-jeu, Ramsey a ouvert le score d'un plat du pied droit à la réception d'un centre de Bellerin . Et il va réaliser un doublé moins de vingt minutes plus tard. De façon magistrale : sur une passe lobée d'Özil, le Gunner exécute une superbe aile de pigeon du droit qui porte le score à 3-1. Par la suite, on le verra dévorer deux grosses occasions, tirer sur le poteau et offrir à Welbeck un «caviar» repoussé par Akinfeev. Du très grand Ramsey !

Ivan Rakitic (FC Barcelone)

On attendait Messi et on a surtout vu le milieu croate ! Face à la Roma, battue 4-1 au Camp Nou, mercredi soir, c'est Rakitic qui a fait la pluie et le beau temps. Omniprésent dans la récupération et au pressing, il a fait basculer le match en première période, poussant De Rossi puis Manolas à marquer contre leur camp, après avoir lui-même tiré sur le poteau à la sortie du premier quart d'heure.
Face à la Juventus, Isco a de nouveau livré une prestation de haute volée, délivrant la passe décisive sur le premier but de Ronaldo (VI IMAGES/PRESSE SPORTS/PRESSE SPORTS)
Face à la Juventus, Isco a de nouveau livré une prestation de haute volée, délivrant la passe décisive sur le premier but de Ronaldo (VI IMAGES/PRESSE SPORTS/PRESSE SPORTS)

Mohamed Salah (Liverpool)

Insaisissable, intenable, l'Egyptien a ouvert le score face aux Citizens en conclusion d'un double une-deux avec Firmino et délivré à Sadio Mané le ballon du 3-0. Attaché à son marquage, le Français Laporte a passé une bien mauvaise soirée. Comme c'est, il est vrai, souvent le cas des défenseurs qui ont croisé la route de Salah cette saison : le magicien du Nil en est à 42 buts lors de cet exercice 2017-18, entre club et sélection !

Lire aussi : les notes de Liverpool-City

Isco (Real Madrid)

Il y a la passe décisive sur le premier but de Cristiano Ronaldo et, plus généralement, une présence sur chaque action d'envergure du Real. Joueur intelligent et pétri de classe, il n'hésite pas à aller au charbon et à mettre le pied quand cela est nécessaire. Les joueurs de la Juve ne diront pas le contraire !

Mesut Özil (Arsenal)

De tous les bons coups d'Arsenal avec Ramsey. L'Allemand a délivré deux passes décisives (une à Ramsey, une à Lacazette), provoqué le penalty transformé par ce même Lacazette et distillé des ballons de buts pas concrétisés en trois ou quatre autres circonstances. Özil peut être satisfait de son match et du résultat : le 4-1 à domicile face au CSKA est une belle option pour la qualification en demi-finale de Ligue Europa.
Qui d'autre que Cristiano Ronaldo pour mener l'attaque de cette équipe type ? Le Portugais a probablement inscrit un des plus beaux buts de l'histoire de la Ligue des champions, mardi soir face à la Juve (ALBERTO LINGRIA/Reuters)
Qui d'autre que Cristiano Ronaldo pour mener l'attaque de cette équipe type ? Le Portugais a probablement inscrit un des plus beaux buts de l'histoire de la Ligue des champions, mardi soir face à la Juve (ALBERTO LINGRIA/Reuters)

Cristiano Ronaldo (Real Madrid)

C'est un moment poignant, admirable : un à un, tous les supporters de la Juve se lèvent pour une incroyable standing ovation en faveur d'un joueur adverse, qui, subjugué par ce grand moment de fair play et de sport, leur renvoie la politesse en s'inclinant légèrement, comme un artiste sur scène. Il s'agit bien évidemment de l'instant qui a suivi le second but de Cristiano Ronaldo face à la Juve. Un but d'anthologie : l'heure de jeu est passée depuis cinq minutes lorsque CR7 s'élève en plein surface bianconera, dos au but, pour reprendre un centre de Carvajal, dans le prolongement d'un ballon repoussé par Buffon sur une frappe de Lucas Vazquez. Sa «bicyclette» du droit - 120e but en C1 ! - se loge au ras du poteau du gardien italien et fait chavirer le Juventus Stadium, supporters du Real et de la Vieille Dame réunis. Par leurs salves d'applaudissements, ces derniers s'inclinent devant la beauté du geste et l'immense classe d'un champion bien au-dessus du lot. Ils rendent hommage à ce CR7 qui leur avait pourtant fait mal dès la 2e minute en anticipant Chiellini d'un extérieur du droit sur un centre d' Isco et qui offrira plus tard le ballon du 3-0 à Marcelo. On disait le Cristiano Ronaldo d'aujourd'hui moins athlète «tout-terrain », plus vraiment capable de longues chevauchées répétées dans les couloirs, et c'est peut-être vrai. Mais ce garçon a su de façon extraordinaire se muer en redoutable avant-centre. Un vrai «9» capable de marquer dans toutes les positions et aussi de vendanger quelques grosses occasions, comme ce fut le cas face à la Juve. Ce qui ne l'empêche pas de carburer à 25 buts depuis le début de l'année.

Lire aussi : La revue de tweet sur le retourné de Ronaldo
Roberto Notarianni
Réagissez à cet article
500 caractères max