Karim Benzema fête son premier but face au Bayern Munich (KAI PFAFFENBACH / REUTERS) (L'Equipe)
C1/C3

L'équipe type de la semaine européenne avec Pelé (Marseille), Kimmich (Bayern), Mané (Liverpool) et Benzema (Real Madrid)

Voici notre équipe type de la semaine européenne, entre les demi-finales de Ligue des champions (mardi puis mercredi) et celles de Ligue Europa (jeudi). Notre onze s'articule autour d'un 4-2-3-1 avec six joueurs de C1 et cinq de C3.

Yohann Pelé (Marseille)
Quatorze ans après la finale de Coupe UEFA perdue face à Valence, l'OM va à nouveau jouer pour tenter d'empocher une C3, aujourd'hui estampillée Ligue Europa, le 16 mai prochain à Lyon, encore face à un club espagnol. Et si les Marseillais auront l'occasion de défier l'Atletico Madrid d'Antoine Griezmann pour un trophée continental, ils le doivent aussi à leur gardien. Déjà très en vue à l'aller au Vélodrome (2-0 pour le club des Bouches-du-Rhône), Yohann Pelé s'est révélé décisif au retour en Autriche, d'où l'OM est revenu battu (2-1 a.p.) mais qualifié. Sans responsabilité sur les deux buts de Salzbourg, il a sauvé son équipe au plus fort de la tempête, en seconde période, détournant en corner une reprise de Hwang au ras de son poteau gauche. Et, surtout, il a réalisé une prouesse sur une puissance tête de Çaleta-Car à la 99e minute. Le tournant d'une prolongation qui verra une quinzaine de minutes plus tard un certain Rolando marquer, d'un intérieur du pied droit à la réception d'un corner de Payet, le but synonyme de billet pour la finale.

Lire aussi : Pelé, le décollage de l'Albatros

Josuah Kimmich (Bayern Munich)
Buteur à l'aller à Munich, buteur au Bernabeu, le latéral droit du Bayern (4 réalisations cette saison en C1) a dominé son vis-à-vis Marcelo et pilonné la défense madrilène de ballons. Dommage que ses coéquipiers ne les ont pas fait fructifier comme il se doit. Et que l'arbitre a ignoré une main de ce même Marcelo dans la surface sur l'un de ses centres dans le temps additionnel de la première période. Si le 2-2 rend honneur aux Bavarois et à leur domination territoriale, il ne les console pas d'une qualification à leur portée pour la finale de Kiev.

Konstantinos Manolas (AS Roma)
On lui prédisait l'enfer face à Salah, Firmino et Mané, mais le défenseur central grec de la Roma a délivré une prestation enthousiasmante, dominant à terre et dans les airs. Le buteur de la qualification en quarts face au Barça (celui du 3-0 au retour) n'a pu renouveler un tel exploit. Mais lui et les Giallorossi, vainqueurs 4-2 au retour et pas vraiment aidés par l'arbitrage, sortent par la grande porte.

Diego Godin (Atletico Madrid)
Lacazette, Welbeck et compagnie n'ont pas été à la fête face au capitaine colchonero, impérial dans sa surface et conquérant de l'autre côté du terrain, contrairement à l'aller où l'Atletico avait joué une bonne partie du match à 10. On salive déjà du duel à distance entre Sud-américains avec le Brésilien Luiz Gustavo, patron de la défense de l'OM, en finale de Ligue Europa !

David Alaba (Bayern Munich)
Absent lors du match aller, l'arrière gauche autrichien a coupé les ailes de Lucas Vazquez et porté régulièrement le danger dans le camp madrilène. Une de ses conclusions a d'ailleurs obligé Navas à une prouesse.

Lire aussi : les notes de Real-Bayern
Héroïque face aux attaquants d'Arsenal, Diego Godin a été l'un des grands artisans de la qualification de l'Atlético pour la finale (Reuters)
Héroïque face aux attaquants d'Arsenal, Diego Godin a été l'un des grands artisans de la qualification de l'Atlético pour la finale (Reuters)
Amadou Haidara (RB Salzbourg)
L'international malien aura été de loin le meilleur de Salzbourg dans une demi-finale retour de C3 où le Red Bull a souvent mis en difficulté l'OM. Très précieux dans la récupération, Haidara a aussi brillé en phase offensive, inscrivant son quatrième but en cette saison européenne. Un petit bijou que le 1-0 pour Salzbourg : sur une accélération aux 40 mètres, Haidara met dans le vent la moitié de l'équipe marseillaise et bat Pelé d'un extérieur du pied droit. Et c'est d'un de ses centres qu'arrive le second but autrichien, le c.s.c. de Sarr. Vainqueur de la Youth League (la Ligue des champions des U19) en avril 2017, le garçon rêvait d'un nouveau sacre continental... Mais il ne finira pas la rencontre, expulsé par l'arbitre à la 119e minute pour un second carton jaune.
 
Saul (Atletico Madrid)
Un guerrier comme Simeone les aime ! Saul Niguez a grandement limité le champ d'action d'Özil, le maître à jouer d'Arsenal, et fait le ménage dans l'entrejeu, sans oublier d'apporter sa contribution plus en avant. Ce pur produit de l'Atletico va disputer sa deuxième finale européenne après celle de C1 voilà deux ans à San Siro face au Real (1-1 a.p ; 3 tirs au but à 5).
Face à l'OM, Amadou Haidara a mis les siens sur de bons rails en marquant un sublime but en solitaire (Reuters)
Face à l'OM, Amadou Haidara a mis les siens sur de bons rails en marquant un sublime but en solitaire (Reuters)
Sadio Mané (Liverpool)
A Anfield, il avait manqué quelques occasions en or, évitant une punition dantesque à la Roma (5-2 en faveur de Liverpool quand même !). L'attaquant sénégalais s'est rattrapé avec les intérêts à l'Olimpico, ouvrant le score sur une ouverture de Firmino puis en maintenant la pression sur la défense romaine, obligeant Florenzi à rester sur ses gardes dans son couloir. Le billet des Reds pour Kiev porte sa marque.

Antoine Griezmann (Atletico Madrid)
Le Français n'a pas marqué face à Arsenal mais a offert à son coéquipier Diego Costa une merveille de passe décisive sur l'unique but de cette demi-finale retour de C3. Après l'heure de jeu, c'est Mustafi, par un sauvetage in extremis, qui l'a empêché de doubler la mise.

Stephan El Shaarawy (AS Roma)
Pendant une heure, le «Pharaon» a survolé les débats à Rome. Il est notamment impliqué sur le premier but romain, reprenant de la tête au second poteau un centre de la droite de Florenzi, prélude au coup de billard fatal pour les Reds (Lovren repousse sur Milner qui trompe son propre gardien), puis touche le poteau sur un tir du droit de 25 mètres, avant de contraindre, toujours du droit, Karius à une déviation sur Dzeko à l'occasion du provisoire 2-2.
En dedans au match aller, Sadio Mané a fait tourner la tête de la défense romaine au match retour (Reuters)
En dedans au match aller, Sadio Mané a fait tourner la tête de la défense romaine au match retour (Reuters)
Karim Benzema (Real Madrid)
Heureusement pour le Real que Benzema ait été titularisé par Zidane. Le numéro 9 merengue a été de tous les bons coups pour son équipe, réalisant un doublé qui porte à 55 son nombre de buts en C1 (sixième meilleur buteur dans l'absolu et premier français). Un doublé de vrai chasseur des surfaces, que ce soit le premier (une tête au second poteau sur un centre de la gauche de Marcelo) ou le second (un plat du pied droit dans le but vide après la boulette de Ulreich sur une passe en retrait de Tolisso). Mais le match de KB ne se limite pas à ces deux buts qui ont bétonné la qualification du Real pour sa troisième finale de rang. Vif, volontaire, toujours en bonne position pour aider un coéquipier, il a mis en permanence la pression sur les lignes arrières bavaroise, tout en assurant un travail non négligeable de couverture. L'ancien Lyonnais a eu droit à une standing ovation du Bernabeu à sa sortie à la 72e minute.

Lire aussi : Benzema, un match de patron
Roberto Notarianni
Réagissez à cet article
500 caractères max