Sep 11, 2018; Landover, MD, USA; Brazil forward Neymar (10) celebrates after scoring a goal on a penalty kick against El Salvador in the first half during an international friendly soccer match at FedEx Field. Mandatory Credit: Geoff Burke-USA TODAY Sports (L'Equipe)
Sélections

L'équipe type de la semaine internationale (2/2)

Entre les éliminatoires de la CAN 2019, la Ligue des Nations européenne et toute une série de matches amicaux, l'activité des sélections est restée soutenue depuis dimanche soir. Voici notre équipe type de cette seconde moitié de semaine internationale, construite sur 3-4-3.

Franco Armani (Argentine)
Au Mondial 2018, il avait encaissé 4 buts en 2 matches (2-1 face au Nigeria au 1er tour, 3-4 contre la France en huitièmes). Pour sa troisième sélection, le gardien de River Plate est parvenu à garder sa cage inviolée, mardi en amical face à la Colombie (0-0). Rigoureux, concentré, le portier de l'Argentine a fait un sans-faute face aux Cafeteros, que ce soit dans les sorties dans les pieds des attaquants ou les tirs de l'extérieur de la surface.
Franco Armani, le portier argentin. (Gabriel Piko/PIKO/PRESSE SPORT/PRESSE SPORTS)
Franco Armani, le portier argentin. (Gabriel Piko/PIKO/PRESSE SPORT/PRESSE SPORTS)
Daniel Carvajal (Espagne)
La démonstration de l'Espagne face à la Croatie (6-0) en cette seconde journée de Ligue des nations passe d'abord par une impeccable prestation défensive de la Roja, lorsque, en début de rencontre, les finalistes du Mondial font le forcing. Et là, l'arrière droit du Real, que nous avons placé ici dans notre défense à trois, réalise un extraordinaire sauvetage sur la ligne à la 17e minute, empêchant Perisic d'ouvrir la marque. Par la suite, on le verra surtout briller par ses accélérations dans le couloir et ses centres, dont celui de la 24e minute conduisant au but de la tête de Saul, celui du 1-0 pour l'Espagne.

Sergio Ramos (Espagne)
Comme face à l'Angleterre trois jours plus tôt, le capitaine de la Roja a concédé très peu d'opportunités au 9 d'en face, que ce soit Livaja puis Santini. Et Sergio Ramos a profité de la soirée de mardi pour signer son 14e but en 158 capes. Un but à la Sergio Ramos, d'une détente impériale, deux têtes au-dessus de ses adversaires, à la réception d'un corner (de Marco Asensio). C'était le cinquième but d'une Espagne qui a infligé à la Croatie la plus lourde défaite de son histoire.

Olivier Verdon (Bénin)
En obtenant un 0-0 à domicile face au Togo, les Ecureuils de Michel Dussuyer (dont c'était la première sur le banc béninois) gardent la tête de leur groupe d'éliminatoires de la CAN 2019, aux côtés de l'Algérie. Face à "Sheyi" Adebayor et Matthieu Dossevi, leaders offensifs togolais, Verdon s'est révélé l'homme du match, selon le site béninois bjfoot. Aligné à gauche dans le trio central défensif avec Khaled Adenon et Junior Salomon, le jeune Sochalien (22 ans) a sorti un match de patron : assurance dans ses interventions, décisions dans les duels et propreté dans les relances, l'ancien Bordelais a dominé les débats, maîtrisant sans coup férir Adebayor. Impressionné, ce dernier lui a offert son maillot en fin de rencontre !
Sergio Ramos a encore marqué de la tête. (Reuters)
Sergio Ramos a encore marqué de la tête. (Reuters)
Bernardo Silva (Portugal)
Le grand bonhomme du succès portugais face à la Nazionale de Roberto Mancini, lundi, pour l'entame de Ligue des nations de la Seleçcao. Au sein d'une équipe privée de Cristiano Ronaldo, le danger est venu avant tout de ses pieds. Positionné en milieu droit, Bernardo Silva a profité du manque de filtre du milieu azzurro pour semer la panique dans le camp italien. Il a distillé ballon sur ballon, faisant la différence par sa technique supérieure. Et s'il n'a pas trouvé le chemin des filets, c'est uniquement parce que Romagnoli a détourné sur la ligne l'une de ses conclusions, avant que Donnarumma ne sorte le grand jeu sur une autre.

Saul (Espagne)
Natif de Elche, le milieu de l'Atletico tenait à faire bonne figure face à la Croatie. Cela nous a donné une prestation extraordinaire de qualité et de quantité, avec cette capacité à verticaliser le jeu d'une Roja qui, sous la houlette de Luis Enrique, cherche à diversifier son football de possession de ballon. Et Saul a inscrit son deuxième but en cette Ligue des nations : après avoir marqué face à l'Angleterre, samedi, il a ouvert la marque contre les Croates d'une reprise de la tête sur un centre de Carvajal.

Christian Eriksen (Danemark)
Les internationaux danois ont fini par trouver un accord avec leur fédération et c'est tant mieux. Après qu'une sélection composée de joueurs des divisions inférieures se soit inclinée lourdement en Slovaquie (3-0) mercredi dernier en amical, les tauliers ont remis les choses en place quatre jours plus tard en Ligue des Nations : 2-0 aux dépens du Pays de Galles avec un doublé d'Eriksen (un tir croisé du droit touchant le poteau avant de rentrer puis un penalty de l'intérieur du pied droit), qui pointe désormais à 25 buts en 83 sélections.

Blaise Matuidi (France)
Très actif en phase de couverture, il a mis les Bleus sur les rails de la victoire, dimanche soir face aux Pays-Bas (2-1 pour la France, en tête de son groupe de Ligue des nations), en servant un caviar à Mbappé après avoir intercepté une tête en retrait de Promes. Déchaîné sur le terrain, Blaise Matuidi l'a également été après le coup de sifflet final au cours des célébrations du titre mondial au Stade de France.
Matuidi était partout face aux Pays-Bas. (Sammy Minkoff/EXPA/PRESSE SPOR/PRESSE SPORTS)
Matuidi était partout face aux Pays-Bas. (Sammy Minkoff/EXPA/PRESSE SPOR/PRESSE SPORTS)
Marco Asensio (Espagne)
Endiablé ! Après l'ouverture du score par Saul c'est lui qui a fait clairement basculer la rencontre avec deux buts juste après la demi-heure. Après avoir battu Kalinic d'un superbe tir du gauche de 20 mètres, il a récidivé d'une nouvelle frappe du gauche, plus enroulée, qui a touché la transversale avant de taper dans le dos du gardien croate et franchir la ligne de but. Après la pause, Marco Asensio a offert les trois autres buts espagnols : passe en profondeur pour Rodrigo, corner pour la tête de Sergio Ramos, remise pour Isco. Trois passes décisives et un but et demi face aux finalistes du Mondial : chapeau !

Romelu Lukaku (Belgique)
Buteur face à l'Ecosse en amical vendredi dernier (4-0), l'attaquant des Diables Rouges a fait tourner la tête des défenseurs islandais hier pour les débuts de la Belgique en Ligue des nations. Le 3-0 à Reykjavik porte entièrement sa marque : c'est Lukaku qui a obtenu le penalty du 1-0 de Hazard puis a repris en vrai renard des surfaces un ballon repoussé par le gardien adverse sur une tête de Kompany, avant de pousser dans le but, d'un bel intérieur du droit, un centre de Mertens, sans oublier une remise à Meunier dont la frappe s'est écrasée sur le poteau. N'en jetez plus pour le meilleur buteur (40 réalisations) de l'histoire de la sélection de Belgique !

Neymar (Brésil)
Qu'on se le dise : O'Ney est en forme en vue de la Ligue des champions ! Face au Salvador en amical, il a marqué un but sur penalty et réalisé trois passes décisives lors du 5-0 en faveur de la Seleçao, à Landover dans le Maryland. Les bienheureux ? Richarlison, Coutinho et Marquinhos !
Roberto Notarianni (avec Frank Simon)
Réagissez à cet article
500 caractères max