scifo (enzo) (L'Equipe)
Fête nationale belge

L'équipe type des Belges passés en Ligue 1

Le 21 juillet, on fête outre-Quiévrain la Belgique indépendante depuis le discours du premier roi, Léopold Ier. Pour rendre hommage à ces chers voisins, FF a établi une onze-type des Diables Rouges passés par le Championnat de France.

Gardien

Gilbert Bodart
Une petite saison en Division 1, mais «le Gil» a convaincu son monde du côté des Girondins de Bordeaux en 1996-1997. Arrivé en remplacement de Gaëtan Huard parti à l'Hercules Alicante, Bodart tient la baraque et sera même élu meilleur gardien du Championnat. En dehors du terrain, sa retraite sportive sera marquée par une série d'affaires judiciaires le concernant sur un trafic de fausse monnaie ou encore de braquage...

Défenseurs

Eric Deflandre
Arrivé à l'Olympique lyonnais en 2000, Eric Deflandre fait partie de ces cadres qui ont lancé le club rhodanien sur les rails du succès. Il décroche trois titres de champion de France avec l'OL aux côtés des Delmotte, Violeau et consorts. Avec ses 57 sélections sous la tunique des Diables Rouges, le natif de Rocourt dans la province de Liège était un solide élément, un soldat qu'appréciait tout particulièrement le président de l'OL, Jean-Michel Aulas. 

Daniel van Buyten
Daniel van Buyten, à lui tout seul le concept de
Daniel van Buyten, à lui tout seul le concept de "défenseur-buteur". (L'Equipe)
Arrivé pour 12 millions d'euros à l'OM en 2001, Van Buyten convainc rapidement du côté du Stade Vélodrome. Il forme un duo efficace avec Frank Leboeuf en défense centrale qui permet à l'OM de décrocher un ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des champions en 2002-2003. Sa particularité : des montées rageuses et de nombreux buts qui ont valu de l'or pour le club phocéen. Il finira meilleur buteur de la saison avec 8 buts (ex-aequo avec Bakayoko). Avant de partir par la petite porte du côté de Hambourg, chassé par les dirigeants olympiens.

Philippe Léonard
Deux titres de champion de France avec l'AS Monaco (1997 et 2000), une frappe lourde et quelques débordements bien sentis. Même s'il n'a jamais vraiment été un titulaire indéboulonnable sur le Rocher lors de ses sept saisons monégasques, Philippe Léonard a laissé une belle trace du côté de Louis-II. Apprécié dans le vestiaire pour sa bonhomie et son franc-parler, l'international belge (26 capes), filera une saison plus tard à l'OGC Nice avant de faire un retour dans son club formateur, le Standard de Liège. 

Milieux de terrain

Danny Boffin
«La mobylette» du FC Metz était un élément-clé de la belle équipe coachée par Joël Muller. Arrivé en Lorraine en provenance d'Anderlecht, Boffin participe dès sa première saison à la folle épopée des Grenats qui perdent le titre de champion de France au goal average face au RC Lens en 1998. Agile et capable de provoquer des un contre un balle au pied, le natif de Saint-Trond portera les couleurs du club de Carlo Molinari durant quatre saisons (113 matches) avant de retourner terminer sa carrière dans le Plat pays.

Franky Vercauteren
Franky Vercauteren, un joueur racé qui a fait se lever les Nantais. (L'Equipe)
Franky Vercauteren, un joueur racé qui a fait se lever les Nantais. (L'Equipe)
Sa célèbre patte gauche était un régal pour les supporters du Football Club de Nantes entre 1987 et 1990. Lorsqu'il fait son arrivée en Loire-Atlantique à 31 ans, Vercauteren est précédé d'une excellente réputation. Il a raflé avec Anderlecht quatre titres de champion de Belgique (1981, 1985, 1986 et 1987), deux Coupes des coupes (1976 et 1978) et enfin un rôle prépondérant dans l'équipe nationale belge avec 63 sélections et deux participations à la Coupe du monde. En 78 matches sous les couleurs des Canaris, il inscrit 18 buts et régale par intermittence avec ses dribbles.  

Enzo Scifo
Balle au pied, il brillait par sa classe et la qualité de ses passes. Enzo Scifo était un joueur à part, de la caste des racés, capables d'éliminer avec sa vision du jeu une ligne entière de joueur et d'attirer les défenseurs sur lui. Passé par Bordeaux, l'AJ Auxerre et Monaco, le natif de la Louvière est souvent considéré comme le meilleur joueur belge de tous les temps. Brillant à la Coupe du monde 1986 où il est élu meilleur jeune de la compétition, il devient plus tard un piston essentiel du système Guy Roux en Bourgogne. Après un passage au Torino, Scifo brille sur le Rocher durant quatre saisons. Il y remportera même un titre de champion en 1997. Le capitaine de ce onze-type.

Marc Wilmots
Une seule saison en Gironde, mais déjà de quoi voir la classe de Marc Wilmots. Surnommé «Le taureau de Dongelberg», l'ancien joueur du Standard et de Schalke 04, fait le job du côté de Lescure. Une trentaine de matches pour dix buts en 2000-2001. Sous le maillot au scapulaire, Wilmots a déjà l'âme d'un leader. Il n'est pas étonnant de le voir aujourd'hui diriger l'équipe nationale de Belgique et l'avoir menée jusqu'en quarts de finale de la Coupe du monde 2014 au Brésil. Si les Diables Rouges se qualifient pour l'Euro 2016 et jouent un match à Bordeaux, il y a fort à parier que les applaudissements seront nourris pour le coach. 

Attaquants

Eden Hazard
Eden Hazard a régalé la Ligue 1 pendant des années. (L'Equipe)
Eden Hazard a régalé la Ligue 1 pendant des années. (L'Equipe)
Avec Enzo Scifo, le joueur belge le plus talentueux à être passé par notre Championnat de France. Sous les couleurs du Losc, Eden Hazard a tout fait. Dribbles, provocations, débordements, buts en rafale, caviars à la louche... Il aura surtout donné un nombre incalculable de maux de tête à ses adversaires directs. Il mènera son équipe vers un doublé historique (Championnat et Coupe de France) des Dogues lors de la saison 2010-2011. Malheureusement, il ne sera resté «que» cinq saisons en Ligue 1... Trop fort pour le Championnat hexagonal, il est parti briller en Premier League sous la tunique des Blues de Chelsea.

Erwin Vandenbergh
Soulier d'or européen en 1980 (avec 39 buts marqués), meilleur joueur du Championnat belge en 1981, Vandenbergh remporte la coupe de l'UEFA en 1983 avec Anderlecht. Sous le maillot de la sélection nationale, il a un rôle prépondérant dans les bons résultats des Diables Rouges. Sélectionné pour les Coupes du monde 1982 (il inscrit le but de la victoire face à l'Argentine, championne en titre) et 1986 ainsi que lors des Euros 1980 et 1984, Vandenbergh a claqué 20 goals en 48 sélections. Autant dire que lorsqu'il débarque au Losc en 1986, le gaillard a une réputation bien solide. En quatre saisons, même s'il ne parvient pas à hisser les Dogues dans le top 5 hexagonal, le natif de Ramsel plante 38 buts avant de signer à La Gantoise. Un attaquant très efficace.

Kevin Mirallas
Il aura parfois été maladroit devant les cages, parfois brillant sur des éclairs, Kevin Mirallas aura en tout cas laissé des souvenirs du côté de Lille, son club formateur et Saint-Etienne. La réminiscence d'un ailier prometteur à souhait, mais qui n'aura jamais véritablement percé au niveau où on l'attendait. Aujourd'hui, le Liégeois de naissance est un élément indispensable des Toffees d'Everton et a un rôle de joker au sein de la sélection belge.  

Johan Tabau, @Jtabau
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
59reg 22 juil. à 2:12

avec comme selectionneur Goethals, et adjoint Gerets