azpilicueta (cesar) (L'Equipe)
Focus

L'équipe type des joueurs partis de l'Olympique de Marseille depuis 3 ans

Depuis 2012, l'Olympique de Marseille a la fâcheuse tendance à laisser partir des joueurs cadres et à ne pas stabiliser son effectif lors des mercatos. Preuve en est encore en cet été 2015. FF s'est amusé à recomposer un onze type de joueurs qui ont quitté l'OM depuis 2012.

Gardien de but

Elinton Andrade (2009-2012)
Autant se le dire tout de suite, ce n'est pas à ce poste-là que les Phocéens pourraient avoir un grand regret sur les départs depuis 2012. Steve Mandanda est fidèle au poste depuis 2007 et ce ne sont que ses doublures qui se succèdent aux portes de la Commanderie. Qu'à cela ne tienne, aux dépends de Gennaro Bracigliano, nous offrons le poste de titulaire au fantasque brésilien, certes maladroit, mais importantissime dans le vestiaire de l'OM lors de son passage au Vélodrome.
Le fantasque gardien brésilien a laissé de bons souvenirs dans le vestiaire marseillais.  (L'Equipe)
Le fantasque gardien brésilien a laissé de bons souvenirs dans le vestiaire marseillais. (L'Equipe)

Défenseurs

César Azpilicueta (2010-2012)
Enormément décrié lors de ses premiers mois sous les couleurs olympiennes, le latéral espagnol entre dans la lumière un soir de novembre 2010 en Coupe de la Ligue. Outre un but crucial inscrit face à l'AS Monaco, «Azpi» défend à merveille et apporte indéniablement sur le plan offensif. Malheureusement pour l'OM, l'ancien joueur de l'Osasuna Pampelune qui aura coûté la bagatelle de sept millions d'euros contracte une vilaine blessure quelques jours plus tard : rupture du ligament croisé au genou gauche. Six mois d'absence. L'OM recrute Rod Fanni pour palier à son absence. A son retour, Azpilicueta reprend directement ses galons de titulaire à droite et séduit tout son monde. Chelsea le fait signer à l'aube de la saison 2012-2013. «Azpi» à l'OM, une histoire qui restera toujours en pointillés...

Souleymane Diawara (2009-2014)
Avec lui, l'OM a tout gagné. Un titre de champion en 2010, trois Coupes de la Ligue (2010, 2011 et 2012), deux Trophées des Champions (2010 et 2011). Rien que ça... Souleymane Diawara aura été un élément essentiel sous les ordres de Didier Deschamps. Puissance athlétique, justesse de placement, jeu de tête aiguisé... «Souley» avait tout du parfait stoppeur. Il quittera le Vélodrome avec les hommages de Vincent Labrune qui a décidé de retirer son numéro 21 au panthéon olympien. Un peu beaucoup pour les supporters marseillais qui l'ont toujours considéré comme un vrai professionnel mais très loin d'être une icône. Parti libre à l'OGC Nice, Diawara vient tout juste d'être remis en liberté après deux mois et demi à la prison des Baumettes.

Lucas Mendes (2012-2014)
Le prototype du défenseur propre et efficace. Sans fioritures et sans être le défenseur le plus élégant de sa génération, Lucas Mendes a su s'imposer aux côtés de Nicolas Nkoulou dans l'axe de la défense marseillaise. Toujours juste dans ses placements et souvent buteur sur les coups de pied arrêtés, le Brésilien était l'un des chouchous du public marseillais. Encensé pour sa sobriété et sa bonhomie, le natif de Curitiba plie bagage à la surprise générale à l'aube de la saison 2014-2015. Une offre de cinq millions d'euros du Qatar (Al-Jaish) a eu raison de Vincent Labrune. Pourtant, il n'aurait pas fait de mal au secteur défensif de l'OM qui a connu pas mal de misères sous les ordres de Marcelo Bielsa.

Jérémy Morel (2011-2015)
Un fidèle soldat sur qui les coaches marseillais se sont toujours reposés. Moqué et raillé lors de ses trois premiers exercices à Marseille au poste d'arrière latéral gauche, Jérémy Morel réalise une saison flamboyante sous les ordres d'«El Loco» en défense centrale. Son sang-froid et sa justesse de placement en ont fait l'un des joueurs les plus utilisés par Bielsa, véritable fan du natif de Lorient. L'histoire se terminera pourtant en eau de boudin avec son départ gratuit vers l'Olympique... lyonnais. Pas sûr que les supporters de l'OM lui pardonneront ce choix. Ses oreilles risquent de siffler lors du prochain «Olympico» au Vélodrome...
Lucas Mendes, la sobriété à l'état pur.  (L'Equipe)
Lucas Mendes, la sobriété à l'état pur. (L'Equipe)

Milieu défensif

Stéphane Mbia (2009-2012)
Parfois agaçant alors qu'il avait un talent fou, l'international camerounais a dans l'ensemble laissé un bon souvenir aux supporters de l'OM. Il faisait partie de l'armada de Deschamps qui a tout raflé après avoir connu une disette de 17 longues années sans trophées majeurs... Souvent utilisé en défense centrale où il excellait, Mbia s'entêtait à vouloir jouer au milieu où il n'a pas franchement brillé sous les couleurs olympiennes. Il quittera le navire en 2012 direction l'Angleterre et les Queens Park Rangers pour quelque cinq millions d'euros. L'OM en avait déboursé douze au Stade rennais quelques années auparavant.
Stéphane Mbia a tout raflé sous les couleurs de l'OM. (L'Equipe)
Stéphane Mbia a tout raflé sous les couleurs de l'OM. (L'Equipe)

Milieux offensifs

Mathieu Valbuena (2006-2014)
Dans les travées du Vélodrome, bon nombre se demandaient en 2006 «Mais qui est ce petit bonhomme sur le banc ?». Ils ne se doutaient guère que huit ans plus tard le meneur de jeu arrivé de Libourne pour 80 000 euros allait rester dans toutes les mémoires olympiennes et participer à deux coupes du monde avec les Bleus. Valbuena à l'OM, c'est l'histoire de celui que l'on n'attendait pas, mais qui s'est toujours battu pour mouiller la tunique ciel et blanche. Mathieu Valbuena aura tout connu à Marseille. Le banc de touche, les moqueries, l'ascension, les titres, les buts dantesques, les pleurs... Un éminent joueur que le public marseillais n'est pas prêt d'oublier pour sa sincérité et son intégrité. Aujourd'hui en Russie, Valbuena doit se demander si son avenir sera toujours moscovite après la suspension du Dynamo pour les quatre prochaines années en Coupe d'Europe.

Dimitri Payet (2013-2015)
Deux petites années et puis s'en va. Le jour et la nuit. Une première saison très décevante où le Réunionnais vivotait sur son côté droit, noyé dans la médiocrité ambiante qui étouffait l'OM il y a deux saisons. Un deuxième opus rayonnant sous les ordres de Marcelo Bielsa. Placé derrière André-Pierre Gignac dans un 4-2-3-1 taillé pour lui, Dimitri Payet enchaîne les caviars à la louche et les gestes techniques de grande classe. Le Vélodrome le plébiscite. Et le coup de bâton arrive il y a quelques jours. L'ancien joueur du Losc va filer à l'anglaise pour la prochaine saison, du côté de West Ham. Déjà un regret du côté de la Canebière même si l'opération financière semble être intéressante pour Marseille.

André Ayew (2005-2015)
L'enfant du cru. Le fils de la grande idole Abedi Pelé qui a su, lui aussi, entrer dans le cœur des supporters marseillais. Combattif sur son aile gauche, attaché au maillot phocéen, André Ayew aura été sans aucun conteste l'un des hommes forts de l'OM ces trois dernières années. Formé au club, il a toujours su faire transmettre sa rage de vaincre à ses coéquipiers, même s'il est parfois apparu esseulé à certains moments. Il quitte le navire olympien sans que le club ne touche la moindre indemnité. Direction Swansea et la découverte de la Premier League. Un poil décevant...
André Ayew, enfant du club a quitté le Vélodrome pour Swansea. (L'Equipe)
André Ayew, enfant du club a quitté le Vélodrome pour Swansea. (L'Equipe)

Attaquants

André-Pierre Gignac (2010-2015)
Arrivé en catastrophe au mercato estival de 2010, André-Pierre Gignac aura mis du temps à s'imposer sous les couleurs de son club de cœur. Le régional de l'étape se trimballe une vilaine pubalgie et son entente avec Didier Deschamps est des plus électriques. Après le départ de ce dernier, «APG» retrouve des couleurs et portera l'attaque de l'OM à bout de bras. Il inscrira 64 buts toutes compétitions confondues en trois saisons et terminera sous les applaudissements d'un Vélodrome qui n'avait pas hésité à huer ses piètres prestations d'auparavant. Libre d'aller où il le souhaitait en cette fenêtre de transferts de l'été 2015, il a fait le choix de l'exotisme et du fanatisme en s'engageant sous les couleurs des Tigres de Monterrey au Mexique. Un projet étonnant mais tout aussi intéressant. Une demi-finale de Copa LIbertadores l'attend déjà le 14 juillet prochain face aux Brésiliens de l'Internacional Porto Alegre.

Loïc Rémy (2010-2012)
Débarque sur la Canebière avec Gignac, Loïc Rémy connaîtra deux belles saisons pleines à l'Olympique de Marseille. Tout d'abord exilé sur le côté droit, il retrouve rapidement l'axe du terrain et le chemin des filets. L'ancien joueur de l'OGC Nice score à 39 reprises à la pointe de l'attaque phocéenne et est un élément indispensable pour Didier Deschamps qui croit fortement en lui. Blessé juste avant l'Euro 2012, où il pouvait postuler à une place dans le groupe France, Rémy a du mal à récupérer pleinement de sa blessure à la cuisse. L'arrivée d'Elie Baup à la tête de l'OM et l'efficacité de Gignac au poste de numéro 9 font de lui un joueur faisant partie de la rotation de l'effectif. Il n'est plus titulaire et demande à aller voir ailleurs au mercato hivernal. Direction QPR. Un choix surprenant à la base, mais validé aujourd'hui puisqu'il réussit plutôt bien sous les ordres de José Mourinho à Chelsea.
Loïc Rémy, un temps titulaire indiscutable à l'OM, chassé par Gignac lors de ses six derniers mois sous les couleurs olympiennes. (L'Equipe)
Loïc Rémy, un temps titulaire indiscutable à l'OM, chassé par Gignac lors de ses six derniers mois sous les couleurs olympiennes. (L'Equipe)

Ils auraient pu être cités

Jordan Ayew, Lorient (2006-2014)
Morgan Amalfitano (2011-2014)
Giannelli Imbula (2013-2015)

Johan Tabau, @Jtabau
Réagissez à cet article
500 caractères max
rorose 24 nov. à 14:37

A l'OM seul compte le business.

YeledMatok5738 16 août à 14:51

Apres Rc Strasbourg *Rc Lens * Chateauroux ou vas Entrene J.P.P * 1. Marseille ( Ligues 1) 2. Bayern Munich ( Almagne) 3 As Milan ( Series A) 4. CSKA Moscow ( Russia)

ronnie53 30 juin à 22:20

Mouai ça fait pas rêver!

Mungo13016 30 juin à 19:02

Je vois Imbula à la fin, ça y est c'est officiel ??mon plus grand regret c'est Dédé Ayew ... un joueur sous-côté d'une force !!!