Soccer Football - Champions League Semi Final Second Leg - Liverpool v FC Barcelona - Anfield, Liverpool, Britain - May 7, 2019  Liverpool's Trent Alexander-Arnold applauds fans after the match                  Action Images via Reuters/Carl Recine (Reuters)
C1/C3

L'équipe type des matches retour de Ligue des champions et de Ligue Europa

Voici notre équipe type des demi-finales retour de Coupes d'Europe, entre la Ligue des champions de mardi et mercredi puis la Ligue Europa de jeudi. Le onze s'articule autour d'un 4-3-3.

Gardien

La légende d'Anfield en cette magique soirée du mardi 7 mai 2019 commence par ce gardien brésilien barbu à l'allure de gros ours : Alisson Becker est en train de devenir spécialiste en élimination du Barça pour avoir déjà participé à la remontada de la Roma face aux Blaugrana, en quarts de la précédente édition (1-4 au Camp Nou, 3-0 à l'Olimpico).

Lire : Alisson, le doublé de remontada

Mais cette fois, le portier de la Seleçao a eu beaucoup plus de boulot. On osera même dire que, après le rapide but d'Origi, c'est lui qui a rendu possible l'exploit des Reds en multipliant les prouesses entre la 15e et la 51e minute : tir du gauche de Messi détourné de la lucarne, sauvetage sur Coutinho, «murage» de Jordi Alba, échec à Suarez ! Que ceux qui se demandaient pourquoi Liverpool avait déboursé plus de 60 M€ pour faire venir Alisson sur les bords de la Mersey aillent se cacher dans un coin !

Défenseurs

À l'aller à Barcelone, Klopp lui avait préféré Gomez. On se demande pourquoi, tant Alexander-Arnold a été actif et décisif dans le couloir droit de Liverpool. Le jeune défense latéral anglais a non seulement limité les incursions espagnoles dans la seconde partie du match, mais il a aussi et surtout inspiré deux des trois derniers buts, en centrant de la droite à la 52e minute, puis en jouant rapidement le corner sur le 4-0 d'Origi, profitant du peu de réactivité des Blaugrana.

Lire : Les notes de Liverpool-Barça avec un 9 pour Alexander-Arnold

En charnière, Van Dijk trouve logiquement sa place pour avoir tenu la baraque au plus fort des assauts blaugrana et mis une pression d'enfer de l'autre côté du terrain. Il lui faudra renouveler une semblable prestation, début juin, pour que la finale 100% Premier League face à Tottenham s'achève en apothéose. Van Dijk devra y croiser le fer avec un autre guerrier du Benelux : le Belge Jan Vertonghen, qui a disputé la demi-finale retour face à l'Ajax (gagnée 3-2 après le 0-1 à domicile de la semaine dernière) avec un masque protecteur à cause de sa fracture du nez de l'aller. Ce qui ne l'a pas empêché de lutter sur tous les ballons, ne pas baisser les bras au plus fort de la tempête Ajax et même de faire trembler les Lanciers. Entré dans le dernier quart d'heure du temps réglementaire, l'Italien Davide Zappacosta a permis à Chelsea d'éloigner la grosse pression de Francfort sur sa surface en multipliant les raids offensifs : sans la bravoure de Trapp, celui-ci aurait pu éviter aux Blues un séance de tirs au but qui s'est, heureusement pour les Londoniens, finie en beauté avec un billet pour Bakou et une finale de C3, elle aussi, 100% anglaise.

Lire : Les notes de Chelsea-Francfort
Dele Alli a été décisif dans la qualification des Spurs pour la finale. (Reuters)
Dele Alli a été décisif dans la qualification des Spurs pour la finale. (Reuters)

Milieux

Si l'Ajax a vu son rêve de finale s'évanouir en début de seconde période face aux Spurs, Ziyech, lui, y a cru jusqu'au bout, donnant des frissons à Lloris à plusieurs reprises, notamment en expédiant le ballon sur le poteau du gardien de Tottenham à la 79e minute. Et dire que l'international marocain pensait avoir fait le plus dur avec sa superbe frappe du gauche de la 35e qui portait le score à 2-0... Utilisé comme avant-centre à Barcelone, Wijnaldum était passé complètement à côté de la plaque à l'aller. Mardi, le Néerlandais s'est rattrapé en faisant basculer la demi-finale d'Anfield. Entré pour palier la blessure de Robertson et positionné dans un rôle plus en phase avec son profil, au milieu de terrain, il s'est révélé l'homme du destin, marquant en deux minutes (53e et 56e) les buts qui ont littéralement assommé le Barça.

Lire : Wijnaldum, prousse mythique

C'est son coup de tête en suspension qui a remis les deux équipes à égalité, faisant entrer Anfield dans un état second. Troisième élément de notre milieu, l'Anglais Alli a enfin fait parler sa classe dans un match capital : on lui doit deux des trois passes décisives à Lucas Moura et un nombre impressionnant de ballons distillés, que ce soit en jeu placé ou sur des contres meurtriers.

Lire : Les notes d'Ajax-Tottenham

Attaquants

Auteur d'un but et deux passes décisives à l'aller, Aubameyang a encore fait la différence sur le terrain de Valence où Arsenal a validé brillamment son billet pour la finale de Ligue Europa (4-2 après le 3-1 de la première manche). L'ex-attaquant de l'ASSE a réalisé un triplé à Mestalla, confirmant sa magnifique complémentarité avec Lacazette.

Lire : Les notes de Valence-Arsenal

Un autre ancien pensionnaire de L1 a enchanté cette semaine, l'ancien lillois Divock Origi, qui a marqué deux des quatre buts de Liverpool. Deux buts plein d'opportunisme : sur le 1-0, le Belge reprend du droit une frappe de Henderson repoussée par Ter Stegen ; sur le but de la qualification, il prend de vitesse sur corner une défense barcelonaise d'une incroyable passivité. Enfin, le troisième élément de notre attaque est aussi passé par la France, plus précisément au PSG. Il s'agit évidemment de Lucas Moura, qui a mis à l'agonie la défense de l'Ajax après la pause, transperçant par trois fois les lignes arrières néerlandaises pour offrir à Tottenham la première finale de Ligue des champions de son histoire. Sur le but du 2-2, le Brésilien a carrément fait ce qu'il voulait dans la surface de l'Ajax, marquant en pivotant sur lui-même. Impressionnant !
Roberto Notarianni
Réagissez à cet article
500 caractères max