Soccer Football - Serie A - Napoli v Inter Milan - Stadio San Paolo, Naples, Italy - May 19, 2019   Napoli's Fabian Ruiz celebrates scoring their third goal with Dries Mertens as Inter Milan's Ivan Perisic looks dejected    REUTERS/Ciro De Luca (Reuters)
Italie - 37e journée

L'Inter sombre à Naples et se fait peur pour la Ligue des champions

Après la claque reçue à Naples ce dimanche (4-1), l'Inter est dans l'obligation de gagner le week-end prochain pour assurer sa place en C1. L'AC Milan est en embuscade, et l'Atalanta monte sur le podium.

C'est rempli d'ambition que l'Inter se rendait sur la pelouse de Naples en clôture de la 37e journée de Serie A. Et pour cause, si les ouailles de Spalletti l'emportaient face aux Sudistes, l'Inter aurait alors validé son billet pour la prochaine Ligue des champions et ce, même si l'AC Milan l'avait emporté contre Frosinone (2-0). À l'entame de la rencontre, les Interistes se distinguaient par des sorties de balles tranchantes, mais aussi par leur manque de liant dans les trente mètres adverses. Et Naples, de son côté, ne se faisait pas prier pour mettre le feu à la surface de l'Inter dès que l'occasion se présentait. Mertens (3e) et Milik (11e) allumaient les premières mèches. La pression s'accentuait sur les Milanais et Asamoah, coupable d'une mauvaise passe, offrait sur un plateau d'argent la sphère à Zielinski. D'une magnifique frappe, le Polonais trouvait la faille (1-0, 16e). Le début de la fin pour les Nerazzurri.

Le Napoli en contrôle

Malgré des tentatives de Perisic (17e), Martinez (37e) et Nainggolan (39e), l'Inter, sans idée ni conviction, n'avait pas grand chose à se mettre sous la dent. Le Napoli mettait le pied sur le ballon et faisait tourner en bourrique son adversaire. Callejon, seul au second poteau, gâchait même une offrande de Ghoulam et loupait l'occasion de doubler la mise (41e). Au retour des vestiaires, rien ne changeait et l'ultra-domination napolitaine s'accentuait. Et c'est tout logiquement que Mertens, sur une galette de Callejon, faisait le break (2-0, 61e). Tant bien que mal, l'Inter sortait la tête de l'eau et était à deux doigts de réduire la marque par deux fois, après des tentatives de D'Ambrosio (65e) et Martinez (66e).

Mais Ruiz ne l'entendait pas de cette oreille et pliait l'affaire sept petites minutes à la faveur d'un joli doublé (3-0, 71e et 4-0, 78e). Entre temps, Lautaro Martinez, bien seul sur le front de l'attaque interiste, embrassait la barre transversale (74e). La réduction de l'écart d'icardi sur penalty (4-1, 81e) ne changeait rien. La fessée, elle, est sévère. Après cette lourde défaite, l'Inter voit son voisin rouge et noir revenir à une petite longueur et aura l'obligation de l'emporter la semaine prochaine face à Empoli, à domicile, qui jouera de son côté sa survie dans l'élite. D'autant plus que l'Atalanta, au bénéfice de son match nul contre la Juventus ce dimanche soir (1-1), récupère la troisième place. Rien n'est joué. - M.A.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :