gerrard (steven) *** Local Caption *** 186 photos (F.Mons/L'Equipe)
écosse - 21e journée

La méthode Steven Gerrard

Alors qu'il s'apprête à disputer son septième Old Firm, l'ancien milieu de terrain de Liverpool présente tous les atouts d'un futur grand entraîneur. Depuis qu'il dirige les Rangers, sa progression est en tout cas constante.

Lorsque Steven Gerrard a posé ses valises à Glasgow après dix-sept années d'exceptionnels et loyaux services à Liverpool et un court intermède américain du côté de Los Angeles, il y a d'abord eu de la curiosité. Beaucoup de curiosité. Et puis, très rapidement, un premier symbole, lorsque le néo-entraîneur a refusé de se faire photographier dans la Blue Room d'Ibrox Park, la pièce dans laquelle sont exposés tous les trophées des Rangers et où les entraîneurs du club ont coutume de poser lors de leur intronisation. Mais il y a aussi et surtout tout le reste : un remarquable bilan comptable et des principes de jeu clairement définis qui laissent penser que l'entraîneur pourrait être à la hauteur des attentes que son statut de joueur légendaire a fait naître.
Bien sûr, certains reprocheront à l'ancien relayeur d'avoir opté pour la facilité en choisissant de rallier l'Ecosse plutôt que de traverser la Manche ou de lancer sa seconde carrière en Premier League. Reste que les chiffres - campagnes européennes incluses - sont très flatteurs en comparaison de ceux qui escortent ses prédécesseurs. En moyenne, entre la saison 2010-2011 - en ne prenant en compte que les saisons durant lesquelles les Rangers ont évolué dans l'élite - et celle au début de laquelle Gerrard a pris les commandes des Lights Blues, ces derniers ont perdu 10 matches par exercice. Depuis le début de l'été, les hommes de l'ancien milieu des Reds n'ont pour l'instant concédé que 3 petites défaites et seulement 13 depuis son arrivée, au milieu de l'année 2018. Mieux, les Gers récoltent cette saison 2.36 points par match, toutes compétitions confondues (2.61 en Championnat) ! A titre de comparaison, lors de la saison du dernier titre de Champion du club (2010-2011), l'équipe dirigée par Walter Smith s'était inclinée 9 fois, sur l'ensemble des compétitions dans lesquelles elle était engagée.

Système asymétrique

Mais au-delà des chiffres, celui qui a récemment prolongé son contrat jusqu'en 2024 a aussi et surtout réussi à poser sa patte sur une équipe qui n'avait plus été aussi cohérente dans le jeu depuis bien longtemps. Grâce, notamment, à un système légèrement asymétrique. Présentée en 4-3-3 par les différents diffuseurs des rencontres des Rangers, l'équipe de Gerrard évolue avec le seul Ryan Kent comme véritable joueur offensif de couloir. Car celui qui devrait théoriquement être son pendant couloir droit - Sheyi Ojo ou Scott Arfield - évolue quasiment systématiquement dans un rôle axial, en soutien d'Alfredo Morelos ou de Jermain Defoe. Pour mieux permettre à James Tarvenier, latéral droit et capitaine de l'équipe, de plonger dans le dos de cet ailier qui n'en a que le nom. «Pour résumer, je crois qu'on peut dire que tout est mis en place pour que Morelos ou Defoe soient servis le plus souvent possible» indique John McGarry qui suit la formation pour le Scottish Daily Mail.
Par le biais d'un système légèrement hybride, donc, mais également à l'aide d'un pressing haut et d'une intensité de tous les instants. Une énergie qui transpire également lorsque l'équipe évolue plus bas sur le terrain. «Gerrard met un point d'honneur à ce que son équipe défende sa surface de réparation de façon très rigoureuse, poursuit McGarry. Connor Goldson et Nikola Katic, les deux défenseurs centraux, font ça très bien dans les airs. Cette paire joue un rôle clé.» Et contribue grandement à l'imperméabilité d'une équipe qui possède, cette saison, la meilleure défense du pays (10 buts en encaissés en 18 journées, pour 10 clean sheet). Un bilan jusque-là plus satisfaisant que celui de la saison passée à pareille époque (16 buts contre) et qui dit probablement beaucoup du technicien qu'est en train de devenir l'ancien numéro 8.

Coaching gagnant

«Il a incontestablement progressé depuis son arrivée, souligne le journaliste du Daily Mail. La saison dernière, son équipe perdait trop de points face à des formations modestes. Tandis qu'au moment où l'on se parle, elle n'a concédé qu'une seule défaite, face au Celtic, et deux nuls, face à Hearts et Aberdeen.» Car dorénavant, même lorsque les Rangers ne sont pas dans un grand jour, ils gagnent. Ce fut par exemple le cas durant le Boxing Day, lors de la réception de Kilmarnock. Au terme d'une rencontre peu aboutie, les Bleus Clairs l'ont ainsi emporté par la plus petite des marges, grâce à Alfredo Morelos.
L'attaquant colombien venait tout juste d'entrer sur la pelouse lorsqu'il a délivré les siens et c'est aussi à cela que l'on mesure la progression d'un entraîneur. Pas toujours inspiré dans ses choix en cours de rencontre lors de son premier exercice à la tête de l'équipe, Gerrard semble avoir franchi un véritable cap à ce niveau. C'est à tout le moins ce que les chiffres laissent entendre : cette saison, les remplaçants des Rangers ont déjà inscrit 12 buts en 36 rencontres ! Suffisant pour détrôner le Celtic, octuple tenant du titre et qui occupe la tête du Championnat avec cinq points d'avance - mais un match de plus - sur son rival de toujours ? L'entraîneur des Rangers a en tout cas été clair sur un point : il n'acceptera de prendre la pose dans la mythique Blue Room qu'après avoir remporté le Premiership.
Thymoté Pinon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :