PARIS, FRANCE - MARCH 11: (FREE FOR EDITORIAL USE) In this handout image provided by UEFA, Juan Bernat of Paris Saint-Germain celebrates with Neymar after scoring his team's second goal during the UEFA Champions League round of 16 second leg match between Paris Saint-Germain and Borussia Dortmund at Parc des Princes on March 11, 2020 in Paris, France. The match is played behind closed doors as a precaution against the spread of COVID-19 (Coronavirus).  (Photo by UEFA - Handout/UEFA via Getty Images)  *** ED (Handout/UEFA/PRESSE SPORTS/PRESSE SPORTS)
Ligue des Champions - Huitièmes

La qualification du PSG face à Dortmund vue par la presse européenne

Grâce à des buts signés Neymar et Bernat, le PSG a renversé Dortmund (2-0) et validé son billet pour les quarts de finale. FF a fait le tour de la presse sportive européenne pour voir un peu ce qui s'y disait.

Au lendemain de la belle qualification de Leipzig face à Tottenham (1-0, 3-0), la presse allemande était logiquement beaucoup moins tendre avec le Borussia Dortmund, éliminé par le PSG après un huitième de finale à huis clos (2-1, 0-2). Si les principaux médias reviennent sur les «moqueries du PSG», par ses célébrations au coup de sifflet et dans le vestiaire, tous portent un regard lucide sur le match proposé par les hommes de Lucien Favre.

«La defense du Borussia n'a pas su contenir les stars du PSG autour de Neymar, avance Bild. Au milieu, Witsel et Can ont été pâles, et l'attaquant Haaland est resté discret lors du match le plus important de l'annéeKicker parle de son côté d'un «BVB particulièrement à court d'idées et inefficace avec le ballon». «Le BVB n'a quasiment pas été dangereux», ajoute le magazine. Pour Der Spiegel, Dortmund a montré trop de «faiblesses dans la construction» et accumulé les «mauvaises passes», en plus d'«erreurs défensives», qui font que Paris n'a eu à livrer qu'une «performance moyenne» pour se qualifier.
«C'est pour ces matches que le PSG a acheté Neymar».
En Espagne, les principaux titres évoquent logiquement la performance de l'Atlético, tombeur de Liverpool (1-0, 3-2 a.p.), et reviennent très peu sur le succès parisien. Ils annoncent toutefois la fin de la malédiction des Parisiens et évoquent les célébrations des joueurs parisiens au coup de sifflet final. «Neymar règne en silence et le PSG met fin à la malédiction des huitièmes», titre tout de même Marca. Avant de se pencher un peu plus sur la performance du Brésilien, «qui a réalisé l'un de ses meilleurs matches de la saison lors du rendez-vous le plus important pour son équipe». «C'est pour ces matches que le PSG a acheté Neymar», ajoute le quotidien, quand AS revient lui sur «les larmes de Neymar» après le coup de sifflet final.

Enfin, les médias anglais analysent dans les grandes largeurs l'élimination de Liverpool et réservent logiquement une grosse part de leurs publications au coronavirus. La BBC souligne tout de même le match insuffisant livré par Dortmund, qui a «rarement inquiété la défense du PSG». «Navas n'a pas eu à se détendre pour faire le moindre arrêt», peut-on enfin lire. La Gazzetta, en Italie, assure que «le huis clos n'a rien changé. Neymar a effacé Haaland. Dortmund est k.o. et Paris en quarts». Avant de conclure qu'au «cours des deux dernières années, Dortmund s'est trop souvent révélé fragile psychologiquement à des moments clés de la saison». - B. Ro.
Réagissez à cet article
500 caractères max
rom0906 12 mars à 17:03

Résumons : Dortmund a été médiocre et un PSG moyen l'a emporté logiquement.

ADS :