payet (dimitri) (E. Garnier/L'Equipe)
La question qui fâche

La question qui fâche : régler ses comptes en conférence de presse est-il un mode de communication utile ou puéril ?

Il n'y a plus aucun doute à avoir : les hostilités entre l'Olympique de Marseille et l'Olympique Lyonnais sont bien lancées avant le choc de dimanche entre les deux formations. Et c'est Dimitri Payet en conférence de presse qui s'est lui-même chargé de mettre le feu aux poudres en allumant son ancien entraîneur Rudi Garcia. Mais cette façon de communiquer est-elle réellement bien adaptée ?

«Je n'aimerais pas qu'il parle de nous comme ça.» «Aujourd'hui, on a un coach qui dit clairement les chose.» Ou encore : «on ne s'est pas séparés en bon termes». Avant la venue de Lyon dimanche au Vélodrome, Dimitri Payet a profité de la conférence de presse d'avant-match pour se payer Rudi Garcia en insistant sur la détérioration progressive de ses relations avec le nouvel entraîneur de l'OL. Dans une sorte de figure de rhétorique, le milieu offensif marseillais a même réussi la performance de ne jamais prononcer son nom ! Comme pour mieux le dénigrer. Un lynchage verbal qui a de quoi rendre l'atmosphère de ce choc un peu plus irrespirable alors que le contexte s'annonçait déjà pourtant bouillant pour le retour de celui qui a dirigé le club phocéen d'octobre 2016 au mois de mai de dernier.

La feu marseillais n'a pas besoin d'être attisé

Au terme d'une saison calamiteuse, Garcia et la direction olympienne avaient choisi de mettre un terme à l'aventure du finaliste de la Ligue Europa 2018 (défaite 3-0 contre l'Atlético Madrid). Mais plus que ce dernier exercice raté conclu à une triste sixième place sans strapontin européen à la clé, les supporters marseillais n'ont que peu goûté son rebond chez l'ennemi lyonnais il y a moins d'un mois en remplacement de Sylvinho, limogé pour ses mauvais résultats. A l'image de la venue de Mathieu Valbuena (à l'OM de 2006 à 2014) en septembre 2015 avec le maillot rhodanien sur le dos, l'ambiance s'annonce délétère pour Garcia. L'ancien international français n'avait en effet pas été épargné au cours d'une opposition marquée par des sifflets à chacune de ses prises de balle, de jets de bouteilles, mais, surtout, de la figurine d'un pendu à son effigie accroché à une potence dans les tribunes.

Des saillies pas toujours profitables

La sortie de Payet au sujet de son ancien technicien n'apaisera donc logiquement pas les tensions et les crispations des fans les plus virulents. D'autant plus que les petites phrases pour tenter de mettre une certaine pression sur leur adversaire n'avaient pas réussi aux Olympiens ces dernières années. En mars 2018 et en pleine lutte pour une place qualificative en Ligue des champions, Frank Zambo Anguissa avait bien tenté d'envoyer un message fort aux Lyonnais en leur promettant vouloir les «exploser». Résultat : 3-2 pour l'OL et un ticket validé pour la C1 en fin de saison quand l'OM avait dû se contenter de la C3.

Plus cocasse, Garcia en personne n'a souvent pas non plus été tendre envers son actuel président en multipliant les prises de bec avec Jean-Michel Aulas ! Qu'importe, les deux hommes ont depuis enterré la hache de guerre pour établir la collaboration la plus fructueuse possible en termes de résultats. De quoi inspirer les supporters olympiens ? Pas vraiment étant donné qu'une nouvelle cohabition avec le champion de France 2011 en Provence n'est absolument pas à l'ordre du jour !

Régler ses comptes en public est-il un mode de communication utile ou puéril ?

Clément Lacord
Réagissez à cet article
500 caractères max
oskare68 9 nov. à 21:09

Ceux sont de jeunes puéril même si ils jouent les hommes avec leur Ferrari.Ils mériteraient une bonne fessée et au lit.Et 15j SANS Play Station.Non mais...

Gabsi94 9 nov. à 15:31

Il y a 100 000 supporters qui aimeraient te voir marquer et faire marquer sur au moins une saison entière pas que sur 1 match par mois

pacopacer 9 nov. à 13:35

A défaut de faire parler de lui sur le terrain, il essaie à tout prix d’exister en dehors !

voir toutes les réactions
ADS :