cafu  blanc (laurent)  simonyan (nikita) (P.Lahalle/L'Equipe)
Exclu FF

Laurent Blanc dans France Football : «J'aurais peut-être dû replonger tout de suite...»

Depuis son renvoi du PSG il y a vingt-huit mois, Laurent Blanc se refusait à évoquer le PSG. Pour France Football, il est sorti de sa réserve dans le cadre d'un entretien fleuve à paraître ce mardi où il revient sur son départ, l'affaire Aurier ou encore Rabiot. Il évoque aussi son avenir, Varane, les Bleus ou encore Zidane. Extraits des paroles de Président.

Son avenir : «Je n'avais pas prévu de rester aussi longtemps sans club»

«Je n'avais pas prévu de rester aussi longtemps sans club. Rien n'est prévisible dans ce métier (...) Je m'aperçois que faire trois ans dans un grand club, et même dans un club tout court, est une sacrée performance actuellement (...) Aujourd'hui, je me dis que j'aurais peut-être dû replonger tout de suite. J'avais des offres de beaux clubs (...)  Entraîner, c'est du bonheur pour moi ! (...) Le PSG, ça t'impacte ! Je pensais qu'une ou deux années de repos me redonneraient l'énergie nécessaire pour relever un gros challenge. J'ai peut-être manqué de lucidité sur ma situation à ce moment-là (...) J'attends un bon projet, avec un club qui a de l'ambition.»
Laurent Blanc s'affiche en Une du nouveau numéro de France Football.
Laurent Blanc s'affiche en Une du nouveau numéro de France Football.

Le PSG : «Il n'a pas pris conscience de la dimension du top niveau européen»

«Il n'a pas pris conscience de la dimension du top niveau européen. C'est bien beau de dire qu'on est dans le top 8 en 2016 mais la concurrence se bouge aussi. Il y a des grands clubs européens en face, qui sont au très haut niveau depuis trente, quarante, cinquante ans et qui possèdent de l'avance sur Paris dans beaucoup de domaines : la culture du club, l'expérience, l'influence... Ce sont des choses qui se construisent dans la durée et ne s'achètent pas (...) La victoire ne se programme pas. C'est ce qui fait aussi le charme du foot.»

Adrien Rabiot et Marco Verratti : «Leur évolution n'est pas celle que j'attendais»

«Leur évolution n'est pas celle que j'attendais. Ce sont deux joueurs qui évoluent dans l'entrejeu et c'est là que Paris, depuis un certain temps, a des limites, pour ne pas dire des problèmes. Adrien, tout n'est malheureusement pas clair chez lui. Ce garçon a tout pour réussir. Pour l'instant, il n'a plus l'itinéraire qu'il devrait avoir alors qu'il a tout. Mais je suis peut-être mal placé pour le juger. Je l'aime tellement (...) Verratti n'a plus évolué dans le jeu depuis deux ou trois ans.»

Le Ballon d'Or : «Je vote Varane»

«Je suis juré, je vote Varane. Il a gagné la C1 et la Coupe du monde (...) Il est plus fort que moi ! Et beaucoup plus en avance ! Il a la chance mais surtout le talent d'évoluer dans un des plus grands clubs du monde depuis huit saisons alors qu'il n'a que vingt-cinq ans. Il a gagné quatre Ligues des champions avec le Real, il compte déjà plus de cinquante sélections. C'est quasiment du jamais vu pour un Français, en plus défenseur (...) C'est un honneur pour moi d'être comparé à Varane.»
L'intégralité de l'entretien de Laurent Blanc est à retrouver dans France Football à partir de ce mardi en kiosque ou dès le lundi à 18 heures en numérique en cliquant ici.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Hachem 13 nov. à 15:12

Laurent Blanc exagère. Lui qui est parti de rien, qui a été l'exemple pour tant de jeunes comme Mexès, Candela, etc, bref un pionnier de l'expatriation des footballeurs français de l'époque moderne et qui fut pressenti à Naples comme leur nouveau Maradona sans compter tout le reste.

thbi 12 nov. à 19:49

Grand homme

Gwadaboy 12 nov. à 17:47

Blanc! lui aussi soigne son image! Ce qui manque au PSG? c'est uniquement l'INFLUENCE. si vous otez par exemple les erreurs d'arbitrages volontairement en défaveur du PSG cette année, malgré un jeu pas terrible ils sont 1er avec 4 points d'avance! les années passées, le scandale de la remontada ne peut pas exister en sens inverse! c'est l' UEFA qui sous l'influence des grands d'Europe ne veut pas encore laisser le PSG gagner