Football Soccer - Barcelona v Athletic Bilbao - Spanish King's Cup - Nou Camp stadium, Barcelona, Spain - 11/01/17  Barcelona's Neymar reacts during match.  REUTERS/Albert Gea (Reuters)
Espagne

Le Barça 2016-17 est-il vraiment moins fort que lors des saisons précédentes ?

Habitué aux sommets européens chaque année, le Barça est un peu plus en difficulté cette saison. Entre mauvais choix tactiques et joueurs en manque d'efficacité, les Catalans ne paraissent plus aussi invincibles qu'avant.

Depuis quelques semaines, le FC Barcelone est dans le collimateur de tous les observateurs du football. Pas uniquement parce que c'est l'un des plus grands clubs du monde, mais aussi parce que le PSG l'affronte dans une semaine en Ligue des champions. Et, n'en déplaise à tous les amoureux du ballon rond, en guise de Saint-Valentin, ce n'est pas vraiment un cadeau. Ou alors empoisonné. Il faut dire que, malgré une légère baisse de régime - 5 victoires, 2 nuls, 1 défaite en janvier toutes compétitions confondues - comparé à leur rythme de croisière habituel durant le premier mois de l'année (8 victoires, 1 nul en 2016; 8 victoires en 2015; 6 victoires, 2 nuls en 2014), ce Barça-là fait peur.

Et pour cause : avec 23 buts inscrits en janvier, les Catalans présentent la meilleure attaque en Europe des 5 grands Championnats sur la période. Avec un trio offensif quasi retrouvé (70% des buts de l'équipe en janvier), le club catalan ne paraît pas moins fort que ces dernières années à la même période. Si l'on analyse la situation de manière cartésienne, ce qui compte c'est le classement à la dernière journée et non celui que l'on imagine avec d'hypothétiques calculs des mois auparavant. Pour preuve, ils ont compté jusqu'à 12 points d'avance l'année dernière sur leur rival madrilène, avant de n'en compter plus qu'un au soir du multiplex de la 38e journée. Mais c'est ailleurs que le bât blesse.

Un problème Neymar ?

1489 : C'est le nombre de minutes durant lesquelles le Brésilien n'a pas trouvé le chemin des filets.
Si la productivité barcelonaise n'a pas semblé être affectée par le manque de réalisme du Brésilien, il est néanmoins resté 16 matches sans tromper le gardien adverse, soit la plus longue période de disette de toute sa carrière. Son dernier "record" (10 matches sans marquer) remonte à l'époque où il jouait avec Santos, mais il était encore remplaçant à ce moment-là. Depuis, il a marqué à trois reprises durant le mois de janvier. Un bilan bien famélique quand on connaît le standing du joueur et que deux buts sur trois ont été inscrits sur penalty. Reste que, si Neymar cristallise tous les maux de son équipe de par son statut de star, c'est tout le collectif qui est à la peine dans le jeu.

Une identité de jeu à renouveler

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le Barça a déjà laissé filer 18 points en 21 journées. Des chiffres éloquents qui montrent le mal-être latent des Catalans, notamment au Camp Nou, autrefois considéré comme une forteresse inexpugnable, où ils ont déjà perdu 9 points. Des chiffres qui mettent en évidence la situation délicate dans laquelle ils se trouvent.

Le problème majeur de ce collectif réside dans le fait qu'il est devenu prévisible avec le ballon. Une réalité inconcevable pour les plus fidèles d'aujourd'hui, mais aussi d'hier, habitués à jouir d'un "football total" instigué par Cruyff il y a de cela quelques décennies. L'utilisation de la possession de balle n'est plus aussi efficace qu'il y a quelques saisons; les joueurs peinent à se déplacer sans ballon et les latéraux ne sont plus aussi influents. Le Barça ne crée plus de décalages et, par manque de dynamisme, n'arrive plus à déséquilibrer la défense adverse en une passe ou une touche de balle et s'en remet inexorablement au génie de Messi pour faire la différence.
Le Barça joue haut et s'expose défensivement, notamment en contre-attaque, plus particulièrement quand on sait que le repli défensif ne fait, étonnamment, pas partie des priorités. Avec un Piqué souvent aux avant-postes, Mascherano ne peut, à lui seul, soutenir une ligne composée de quatre joueurs. Au pire, ils sont en infériorité numérique. Au mieux il y a un face à face avec Ter Stegen. Désormais, cette équipe ressemble davantage à un assemblage d'individualités, aussi talentueuses soient-elles, qu'à un collectif qui pratique un football léché. Et Luis Enrique n'y est pas étranger.
Le Barça accroché sur la pelouse du Betis, le 29 janvier (1-1). (Reuters)
Le Barça accroché sur la pelouse du Betis, le 29 janvier (1-1). (Reuters)

Des mauvais choix tactiques et une histoire de gros sous

Le coach fait trop tourner son effectif avec, de surcroît, des rotations superfétatoires. Un parallèle marquant avec une équipe type qui n'a quasiment pas tourné les saisons précédentes. A contrario, certains joueurs comme Sergi Roberto montrent des signes de suractivité, d'où le retour au premier plan d'Aleix Vidal, longtemps mis en quarantaine. Autre élément à ne pas négliger dans cette méforme : les blessures. Enrique n'est actuellement pas en possession de tout son effectif, qu'il se contente d'articuler pendant cette période de turbulence avant l'arrivée des beaux jours. Mais les polémiques liées à l'Asturien ne sont pas que l'apanage du terrain.

En coulisses et dans les médias espagnols, son salaire fait débat. Ses émoluments, estimés à 19 millions d'euros par la presse locale, feraient de lui l'entraîneur le mieux payé au monde. En parallèle, le Barça a déboursé entre 65 et 100 millions d'euros lors du dernier mercato estival (le montant dépendra des primes additionnelles). Et il ne faut pas non plus oublier la prochaine prolongation de contrat de Messi, qui a récemment refusé pour faire monter les enchères, et d'Iniesta, à qui le club souhaiterait proposer un contrat à vie, qui se termine en juin 2018.
Si la réussite des années précédentes l'a jusque-là protégé, forcément de manière temporaire, le coach est désormais sous le feu des projecteurs. Les résultats du club ne sont pas à la hauteur de ses revenus. Pour le moment, seul Umtiti apporte une réelle valeur ajoutée et la marge de manœuvre pour renforcer l'effectif sera maigre si la direction décide de conserver un salaire aussi élevé. Les prochaines semaines vont être décisives pour le Barça qui, après avoir perdu autant de points, n'a plus le droit à l'erreur. Plus le droit à l'erreur pour Neymar, qui se doit de retrouver l'efficacité pour faire, de nouveau, briller la MSN. Plus le droit à l'erreur pour Luis Enrique, qui doit retrouver la bonne formule, et vite, sous peine de se retrouver face à de fâcheuses déconvenues.
Julien Holtzer 
Réagissez à cet article
500 caractères max
boukourdi 9 févr. à 9:30

Le Barça se résume en la personne de Messi. Si un jour, ce joueur phénoménal partira, ce club deviendra une équipe ordinaire. En outre le Barça est toujours favorisé par l'arbitrage, comme le cas de la dernière rencontre où il a été refusé un but légal à l'Atletico Madrid. C'est devenu flagrant.

Toto0 9 févr. à 5:01

J'aime bien le Barça, mais l'équipe est fatiguée c'est claire. Les nouveaux ne sont pas encore à point. Iniesta ne doit plus jouer plus que 45 minutes, et Bousquet n'est pas en forme, Rakitic non plus. La défense est très moyenne à part Piqué. C'est seulement le trio MNS qui fait la différence. Je ne suis pas certain que le Barça pourra battre le PSG, c'est à voir... en tout cas, beaucoup de changements s'imposent à Barcelone.

valverde 8 févr. à 22:06

moi je dis qu'il faut mieux se méfier de l'animal blessé

RYO 8 févr. à 16:49

Si on enleve la MSN du Barca, le reste de l'équipe ne constitue qu'une équipe tout juste moyenne, c'est ça le problème du Barca!

dfenestor 8 févr. à 6:36

Luis Enrique n'a pas le choix, son equipe est belle et bien malade, presque tous ses joueurs sont fatigués, et l'equipe ne tient qu'au trio MNS qui est footballistiquement commandé par Neymar. Vous voyez bien que l'equipe est dependante de Messi, mais Messi a son tour est dependant de Neymar. Neymar ne marque plus depuis le renouvellement de son contrat, parce qu'il est payé pour passer la balle à Messi, et c'est ce qu'il fait d'ailleurs. Regardez le match de Barca vs Atletico sans Neymar!!!

voir toutes les réactions