Soccer Football - La Liga Santander - FC Barcelona v Atletico Madrid - Camp Nou, Barcelona, Spain - June 30, 2020  Barcelona's Lionel Messi reacts, as play resumes behind closed doors following the outbreak of the coronavirus disease (COVID-19)   REUTERS/Albert Gea (Reuters)
Espagne - 33e journée

Le Barça, qui laisse encore plus s'envoler le titre, ne pourra s'en prendre qu'à lui-même après son nul face à l'Atlético Madrid

Alors qu'il a mené deux fois et que Lionel Messi a inscrit le 700e but dans sa carrière, le Barça a tout de même réussi à concéder le match nul à domicile face à l'Atlético Madrid (2-2). Jeudi, le Real Madrid peut prendre quatre points d'avance en tête de la Liga et ainsi foncer vers un titre qui lui semble désormais promis.

La leçon : Inéluctable et quasi inévitable

Trois nuls sur ses quatre dernières sorties en Liga. En moins de onze jours, le FC Barcelone a perdu la Liga. Et, ce mardi soir, face à l'Atlético, avec un coach presque frileux, un attaquant de pointe (Suarez) pas assez présent, une star scotchée sur le banc (Griezmann) et des erreurs individuelles coupables (deux penaltys concédés aux Madrilènes), le Barça a offert une voie toujours plus royale au Real Madrid. Jeudi, les troupes de Zidane pourraient prendre quatre points d'avance en tête à cinq journées du terme. Pourtant, dans cette rencontre au Camp Nou, et notamment en première période, on se disait qu'on avait devant nous un FC Barcelone un peu plus enthousiaste que ces derniers temps. Du mouvement, un peu de spectacle, des assauts vers les cages de l'Atleti. Et même de la réussite, avec ce but contre son camp improbable de Diego Costa (1-0, 11e). Seulement voilà, si ce but aurait dû donner de la confiance à Setien et ses hommes, la défense blaugrana brisait cet élan. Gérard Piqué puis Arturo Vidal se cassaient les dents sur Carrasco. Derrière, Ter Stegen stoppait le penalty de Diego Costa, mais l'arbitre faisait retirer la sentence, l'Allemand s'étant avancé. Niguez s'en chargeait et égalisait (1-1, 19e).
Sans Griezmann, sur le banc, Barcelone passait tout proche de vite reprendre les rênes avec ce tir de Messi qui léchait le poteau (22e). Face à un Atlético joueur, Barcelone tentait, en vain, encore à l'image d'un Messi étonnamment peu précis (30e). En recherche de son 700e but en carrière, l'Argentin devait patienter juste après le repos pour avoir une occasion en or. Felipe déséquilibrait Semedo dans la surface. Messi, d'une panenka, surprenait Oblak pour atteindre donc cette barre symbolique (2-1, 50e), mais pour surtout replacer le Barça vers un succès très important. C'était sans compter sur une nouvelle imprécision de la défense. Cette fois l'oeuvre de Semedo. Niguez, pourtant en difficulté lors du premier acte, s'offrait un doublé sur un plateau (2-2, 62e). Là encore, Ter Stegen n'était pas heureux en touchant nettement le cuir, mais en ne pouvant l'empêcher de rentrer. Barcelone avait laissé sa chance. Et même s'il restait une demi-heure pour faire une dernière fois la différence, celle-ci était bien brouillonne. Setien ne bougeait que trop tard (voir ci-dessous) et son Barça se heurtait alors à un Madrid qui avait fermé à double tour. Fatal. Mais si inéluctable pour les Catalans. Vivement la saison prochaine...

Le gagnant : Cet enquiquinant Carrasco

Son très bon coup franc du début de match était proche de faire mouche (6e). Ensuite, il se chargeait à lui tout seul de mettre la pagaille dans la défense barcelonaise pour provoquer les deux penaltys. Le Belge, visiblement en grande forme physique, ne se ménageait pas et enchaînait les courses comme celle juste avant la pause où il était contré de justesse par la défense (45e+3). Mais ses nombreux efforts lui faisaient perdre un peu de lucidité en fin de rencontre comme sur cette passe pas dans le bon tempo alors que le contre était bon à jouer. On parie que Diego Simeone ne lui en tiendra pas rigueur.

Le perdant : Quique "frileux" Setien

C'est peut-être un brin sévère. Mais dans une dernière demi-heure où le Barça jouait quasiment sa saison, où il y avait la place pour inscrire un troisième but à cet Atlético, où c'était peut-être le moment d'envoyer d'autres munitions, il y a eu comme l'impression que les Catalans se sont éteints, qu'ils ont manqué de caractère, qu'ils étaient frileux. Un peu à l'image de leur coach. Setien est loin d'avoir le caractère de Simeone, et on n'a pas du tout senti de révolte et d'envie d'aller se dépasser pour toujours croire au titre. Qu'attendait le coach blaugrana pour lancer Fati et même un Griezmann entré à trois secondes de la fin du temps réglementaire ? Incompréhensible.
Réagissez à cet article
500 caractères max
azizissimour 1 juil. à 14:50

Leo Messi Le meilleur Joueur 700 But Felicitation

djad16 1 juil. à 14:43

Messi fait tjs du bien pour le Barça , mais ce n'est plus Messi d'il y a 2 ans. Suarez et devenu plus decesif que lui. Hier, c'etait plutot Suarez qui n'etait pas a son niveau.

King_Henry 1 juil. à 11:13

Messi est en train de detruire le barça !

alphaisidore 1 juil. à 0:40

Ce coach est tellement nul !!!

ADS :