v.l. Kingsley Coman (Bayern), Dayot UpamecanoMuenchen, 19.12.2018, Fussball Bundesliga, FC Bayern Muenchen - RB Leipzig *** Local Caption *** (Lennart Preiss/WITTERS/PRESSE/PRESSE SPORTS)
Allemagne - 21e journée

Le baromètre des Français du Bayern Munich et du RB Leipzig

Ils sont neuf joueurs français à faire partie des effectifs du Bayern Munich et du RB Leipzig, adversaires ce dimanche et candidats au titre en Allemagne. Si certains réalisent une jolie saison, d'autres sont, malgré eux ou non, bloqués en salle d'attente.

Pavard et Nkunku (se) régalent, Upamecano en patron

Débarqué l'été dernier au Bayern Munich après un transfert à 35 millions d'euros, Benjamin Pavard a connu un léger retard à l'allumage, à l'image de sa nouvelle équipe. Baladé entre l'axe et le couloir droit, l'ancien du VfB Stuttgart incarnait une défense en manque de repères. Mais depuis l'arrivée d'Hansi Flick aux commandes, Pavard s'est stabilisé à droite et a trouvé sa vitesse de croisière. Il est même le joueur de champ du Bayern le plus utilisé cette saison (29 matches, dont 28 titularisations), et sa relation technique avec ses partenaires offensifs est remarquable.

À Leipzig, Dayot Upamecano a progressivement retrouvé le rythme de la compétition (il avait subi une sérieuse blessure à un genou en fin de saison dernière), au point de (re)devenir le patron d'une défense assez exposée. Régulièrement contraint de sortir loin de sa surface pour compenser l'allant offensif de son latéral, l'ancien Valenciennois ne fuit jamais le duel et fait souvent preuve d'une bonne lecture de jeu. Mais celui qui réalise la saison la plus épatante est sans contestation possible Christopher Nkunku, devenu au fil des mois un élément moteur aux yeux de Julian Nagelsmann. On pensait Emil Forsberg indéboulonnable ? L'ancien Parisien l'a petit à petit poussé sur le banc, grâce à des performances emballantes et des stats parlantes (4 buts, 9 passes en Bundesliga). Et quand le RBL a eu besoin d'un sauveur pour ne pas perdre face au Borussia Mönchengladbach la semaine passée, c'est Nkunku, d'une frappe limpide, qui a égalisé en toute fin de rencontre (89e, 2-2). Essentiel !

Tolisso, Mukiele, Cuisance, rude concurrence

S'il naviguait jusque-là entre le banc et le onze de départ, le changement d'entraîneur a déclassé Corentin Tolisso dans la hiérarchie des milieux de terrain du Bayern. Le trio Kimmich-Thiago-Goretzka s'est installé, a brillé, et le champion du monde français n'a plus été titulaire depuis le 23 novembre. Il devra certainement attendre une blessure, une suspension ou un turnover pour avoir à nouveau sa chance. Au moins, son statut reste supérieur à celui de Michaël Cuisance, arrivé à Munich à la surprise générale au mois d'août, dans la foulée de son vingtième anniversaire.

Frustré par son temps de jeu à Mönchengladbach, l'international U20 a disputé au total... 46 minutes avec les champions en titre. Avec un passage en équipe réserve au coeur de l'automne. Bref, l'horizon à court terme semble bouché pour le talentueux milieu de terrain né à Strasbourg. Dans le camp d'en face, Nordi Mukiele a connu une première partie de saison faite de hauts et de bas. Son début d'exercice était rempli de promesses, mais l'ancien Montpelliérain a eu plus de mal à enchaîner dans son couloir droit. Polyvalent et endurant, le latéral reste un titulaire en puissance au sein d'un secteur défensif fragilisé par les blessures.
Nordi Mukiele et Corentin Tolisso luttent pour se faire une place de choix dans leur équipe respective. (PRESSE SPORTS)
Nordi Mukiele et Corentin Tolisso luttent pour se faire une place de choix dans leur équipe respective. (PRESSE SPORTS)

Coman, Hernandez et Konaté attendent leur (re)tour

Recrue la plus chère de l'histoire du Bayern Munich (80 millions d'euros pour l'arracher à l'Atlético Madrid), Lucas Hernandez n'a pu jouer que neuf fois depuis son arrivée. La faute à une rupture du ligament de la cheville droite subie le 22 octobre face à l'Olympiakos en Ligue des champions. Désormais de retour dans le groupe, le défenseur franco-espagnol espère retrouver le niveau prometteur qu'il avait affiché lors de ses premiers pas en Bavière, dans une défense centrale en jachère. Clairement, son retour rapide dans le onze est une évidence. Ce sera peut-être moins facile pour Kingsley Coman, absent depuis le 11 décembre en raison d'une blessure au genou droit.

Car Thomas Müller a su se rendre à nouveau indispensable au sein du trio d'attaque du Bayern, et la place restante côté gauche pourrait se disputer entre le Français et Serge Gnabry, auteur d'une saison de haute volée. Enfin, le meilleur défenseur du RB Leipzig durant une grande partie de l'année 2019, Ibrahima Konaté, a vu sa progression stoppée par une vilaine blessure à la hanche, début octobre contre Lyon (0-2). Alors qu'il semblait aux portes de l'équipe de France, l'ancien Sochalien a du prendre son mal en patience. S'il a repris l'entraînement depuis plusieurs semaines, son cas est géré prudemment par le staff du RBL. Un vrai coup d'arrêt.
C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :