Soccer Football - Bundesliga - Bayern Munich v RB Leipzig - Allianz Arena, Munich, Germany - February 9, 2020  Bayern Munich's Alphonso Davies in action with RB Leipzig's Konrad Laimer   REUTERS/Kai Pfaffenbach  DFL regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video (Reuters)
Allemagne - 21e journée

Le Bayern et Leipzig dos à dos dans le choc au sommet de la Bundesliga

Dans un match qui aura vu le leader largement dominer le premier acte mais le dauphin se procurer plusieurs grosses opportunités au fil de la rencontre, le Bayern et Leipzig ont finalement partagé les points.

La leçon : manque de réalisme et statu quo

Premier contre dauphin, deux des trois meilleures attaques du pays, Robert Lewandowski (22 buts) contre Timo Wener (20 buts), tout était réuni à l'Allianz Arena pour assister à une rencontre spectaculaire. Et les supporters bavarois se sont d'ailleurs sans doute rapidement pris à rêver d'un récital des leurs. Au terme d'une première demi-heure de haut niveau, le Bayern, emmené par un Thiago Alcantara très inspiré, semblait en effet parti pour envoyer un message au RB. Intensité, alternance entre largeur et verticalité, justesse dans la dernière passe, Hans-Dieter Flick avait à ce moment-là de quoi être (très) satisfait. Problème pour l'entraîneur des locaux, Peter Gulacsi repoussait le danger devant Alcantara (5e), Benjamin Pavard faisait preuve de trop d'altruisme alors qu'il était en situation idéale pour frapper (11e) et lorsque les coéquipiers de l'international français pensaient avoir fait le plus dur, Dayot Upamecano sauvait sur sa ligne (40e). Leipzig s'en sortait bien et ne pouvait a priori que mieux faire. Conscients d'avoir frisé la correctionnelle ou remobilisés par Julian Naggelsman (ou les deux), les visiteurs faisaient, au retour des vestiaires, passer des sueurs froides dans le dos des 75000 spectateurs de l'Allianz Arena.
Une de ces soirées...

Par l'intermédiaire de Marcel Sabitzer, d'abord, qui manquait inexplicablement la cible au point de pénalty (46e), puis consécutivement à une erreur d'appréciation de la défense munichoise (49e). Mais sur cette deuxième situation, David Alaba sauvait le siens et le Bayern pouvait alors reprendre le fil de sa rencontre. Sans pour autant se montrer aussi menaçant que durant le premier acte et c'est même Werner qui se procurait l'occasion la plus franche de la seconde période, après que Christopher Nkunku lui a servi l'opportunité d'inscrire son 21e but en Championnat sur un plateau (63e). Mais puisqu'il était écrit que ce sommet allait accoucher d'une souris, le numéro 11 manquait le cadre. De quoi nourrir de vrais regrets ? Pas vraiment. Car sans une ultime parade de son portier, alors que Leon Goretzka pensait avoir suffisamment croisé sa frappe (80e), le RB aurait également pu laisser le Bayern prendre quatre points d'avance en tête du Championnat.

Le gagnant : Lucas Hernandez a rejoué !

Alors qu'il était resté sur le banc mercredi, en Coupe d'Allemagne, face à Hoffenheim, l'international français a effectué son grand retour à la compétition après trois gros mois d'absence. Et si son entrée en jeu n'a pas profondément modifié le cours de la rencontre, Leipzig ne s'est pas procuré une seule occasion franche durant les 25 minutes que le français a passé sur la pelouse. Jérôme Boateng, qui lui a laissé sa place en défense centrale, ne peut pas se targuer du même bilan. Loin s'en faut... Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Kingsley Coman a lui aussi rejoué quelques minutes.

Le(s) perdant(s) : Sabitzer, Werner et Goretzka ratent le coche

Tour à tour, les trois joueurs se sont surpassés pour permettre au tableau d'affichage de rester figé. Et si Goretzka a au moins attrapé le cadre lorsque l'opportunité lui a été donné d'ouvrir le score, ses deux adversaires ont pour leur part gâché ce que l'on croyait immanquable. Le sommet nous aura finalement laissé sur notre faim et ces trois-là y sont pour beaucoup. Robert Lewandowski et Christopher Nkunku peuvent quant à eux reprocher à leurs partenaires respectifs de ne pas leur avoir permis d'ajouter une passe décisive à leurs statistiques personnelles. - T. P.  
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :