diacre (corinne) (J.Prevost/L'Equipe)
Bleues

Le best-of de la conférence de presse de Corinne Diacre après l'annonce de la liste pour la Coupe du monde féminine

Après avoir annoncé sa liste pour la Coupe du monde féminine 2019, la sélectionneure de l'équipe de France Corinne Diacre a tenu une conférence de presse. Et a évoqué longuement la non sélection de Marie-Antoinette Katoto mais aussi les objectifs de la sélection et sa préparation.

Sur la non sélection de Marie-Antoinette Katoto...
«J'ai fait un choix fort. Ce choix était murement réfléchi. Marie Antoinette a un énorme potentiel, je ne vous apprends rien. Mais il lui a manqué de la performance dans les grands rendez-vous.

(Sur le fait que son absence puisse poser problème dans le groupe) Je pense que les 23 joueuses sont heureuses. Le choix est fait, je l'assume. Mes joueuses veulent être championnes du monde, il faudra aller dans le même sens. Si ça pose problème à quelqu'un, la joueuse est en droit de venir me voir et elle laissera la place.

En termes d'investissement, le recadrage (fait en janvier à Katoto, NDLR) était ponctuel. C'est une jeune joueuse, et je pense que cette non sélection va lui faire plus de bien que du mal. Elle a du talent mais aujourd'hui elle ne s'exprime pas à 100%. La Coupe du monde U20 n'a pas encore été digérée. Il faut qu'elle se pose et qu'elle réfléchisse au pourquoi de ses échecs.»

Sur les objectifs de l'EDF...
«Le président m'a fixé l'objectif d'aller en finale. C'est le contrat qui a été établi. Pour moi, ca serait vraiment un échec (si elles n'y allaient pas). L'objectif est élevé. J'avais cette mission quand j'ai signé mon contrat. On a montré de belles choses. Je ne peux pas aller contre l'opinion de mon président, sinon je laisse ma place. Mais ça ne me fait pas peur.»

Sur la préparation de l'EDF...
«Je l'évalue à 7 sur 10.»
«Ces derniers jours ont été longs, les nuits très courtes.»
Sur ce qui lui a plu chez Emelyne Laurent...
«Ses qualités de vitesse. Elle va très vite, parfois tellement vite qu'elle en oublie le ballon. On n'avait pas de profil comme elle capable de rentrer dans la surface et éventuellement capable d'aller chercher un penalty. On a fait en sorte sur les postes que les filles soient les plus complémentaires possibles.»

Sur les derniers jours avant la liste...
«Ces derniers jours ont été longs, les nuits très courtes. Mais je ne suis pas soulagée pour autant. On va retrouver le terrain la semaine prochaine. Il nous reste encore un petit peu de temps pour bien préparer les choses.»

Sur les questions portant sur les différences entre football masculin et féminin...
«Ça m'a agacé au début. Il y avait une forme de jugement. Il fallait agir sur le terrain. Cet été, j'espère qu'on ne parlera que des joueuses, et qu'elles sauront se mettre en valeur de par leurs qualités. On pourra nous comparer aux garçons seulement si on finit champion du monde.»
«Avec les entraîneurs, on s'appelle régulièrement, on fait le point. On en discute avec les filles quand je les ai en rassemblement.»
Sur quelles valeurs elle s'est basée pour faire sa liste...
«Les valeurs de terrain. Leurs performances en EDF, leur investissement dans leurs clubs. Avec les entraîneurs, on s'appelle régulièrement, on fait le point. On en discute avec les filles quand je les ai en rassemblement. Je sais qu'elles sont différentes en club et en sélection. Il faut savoir le plus de choses en relation avec le terrain et ensuite en discuter avec elle.»

Sur la teneur du discours quand elle va retrouver les joueuses...
«Déjà j'aurai un groupe restreint. Ce premier stage va être un stage de régénération. On va quand même travailler, je vais pouvoir faire des entretiens individuels. On entre dans la dernière ligne droite du sprint final.»

Sur comment préparer le groupe...
«On a prévu des coupures pour qu'elles puissent se ressourcer en famille. On va équilibrer entre ça, le travail et le fait qu'elle puisse monter en puissance athlétique. On organisera des temps off pour qu'elle puisse souffler, relâcher la pression.»

Sur la non sélection de Kheira Hamdaoui...
«Elle a été longuement blessée. C'est tombé sur les deux derniers rassemblements. L'absence des uns fait le bonheur des autres. Mais elle est sur la liste complémentaire. Il faut qu'elle continue à travailler.»

Sur son plan de bataille...
«Ca ne peut pas se définir en deux mots. C'est un travail sur le long terme. Les filles connaissent notre projet. On a eu des résultats probants face à de belles nations mais on n'a rien gagné. Donc il faudra être prêt le jour J. Des plans de bataille, je ne vais pas en avoir un, je vais en avoir sept.»
«Le fait de la jouer à domicile, ca ne doit pas être une pression.»
Sur la force et la faiblesse de son équipe...
«La force, c'est son collectif. Je n'ai pas identifié de faiblesse, sinon j'aurais travaillé dessus. La seule qu'on pourrait avoir, c'est la gestion des émotions sur le match d'ouverture. Mais d'ici là on a le temps de travailler ça.»

Sur la confrontation face au Nigéria...
«On va se faire bousculer. On sait à quoi s'attendre. Je connais très bien l'entraîneur et je peux vous dire qu'il fera quelque chose de bien à la Coupe du monde. Mais pas contre nous (sourire).»

Sur le fait de jouer la Coupe du monde en France...
«Jouer une Coupe du monde, c'est fabuleux, que ce soit à domicile ou à l'extérieur. Après le fait de la jouer à domicile, j'espère, ça doit même nous apporter quelque chose de supplémentaire. Ca ne doit pas être une pression.»
Réagissez à cet article
500 caractères max
boiteA 3 mai à 9:39

Mais non enfin !!!! c'est de gagner !CA commence mal.

TheTruth 3 mai à 9:38

????

TheTruth 3 mai à 9:34

Nous avions compris depuis bien longtemps qu'il était question de ne sélectionner KATOTO à aucun prix. D'où les piteuses gesticulations de Diacre ces derniers mois, concernant cette joueuse. Il etait question de créer de toutes pièces un contexte pouvant par la suite justifier sa non sélection. Et nous savons tous bien pourquoi tout ça....

ADS :