(L'Equipe)
Préparation

Le coaching mental, qu'est-ce que c'est ?

Déjà bien installé à l'étranger, et de plus en plus prisé par les clubs français, l'appel à des coaches mentaux permet d'obtenir le meilleur rendement possible des joueurs. Le point sur cette pratique avec Bryan Lambo, professionnel en la matière.

«Mon combat, c'est de faire comprendre aux équipes que le mental, c'est 70 % du travail. Le joueur a beau être bien physiquement, si mentalement ça ne suit pas, c'est mort», explique Bryan Lambo, dont le métier est de fournir un accompagnement mental à des sportifs de haut niveau comme des footballeurs. Au quotidien, son travail consiste à «transformer des sportifs de haut niveau en champions.» Pour cela, il amène les joueurs à comprendre eux-même ce qui les bloque, ou ce qui les rend moins performant. L'objectif du coach est de leur permettre d'aborder leurs matches dans les meilleures dispositions mentales. Entre leurs revenus élevés et des relations avec les médias pas toujours facile à gérer, les footballeurs perdent parfois le contrôle de leurs nerfs. Le coaching mental sert aussi à leur apprendre à gérer cela, «d'autant qu'ils n'ont souvent pas été préparés à devenir riche rapidement».

Un travail en deux phases

Pour aider les joueurs, il leur consacre d'abord du temps «entre les murs». «Le but est d'amener les sportifs à trouver leurs propres solutions, indique Bryan Lambo. Mais à la différence d'un psy, je ne fais pas que les écouter. Je suis en quelque sorte le GPS. Un footballeur va me dire : Bryan, je voudrais marquer plus de buts”, “je voudrais être plus courageux”, “je sais pas prendre de recul” ou, “j'ai parfois peur des matches”. Et moi, je vais l'amener à trouver ce qui le bloque ou le sabote. “ Voilà pour la partie théorique. Sauf que contrairement à beaucoup de ses confrères, Bryan Lambo accompagne aussi les joueurs sur le terrain pour les aider. «Je leur fais faire des exercices pratiques et je les observe afin de voir pourquoi ils n'arrivent pas à poser le geste qu'ils souhaitent.» Enfin, le coaching mental peut aussi consister à analyser les faiblesses de l'adversaire pour tenter de jouer dessus, car comme l'explique Bryan Lambo, «tout le monde a une faiblesse».

Une méthode atypique

Si toutes les méthodes de coaching mental diffèrent, celle de Bryan Lambo a la particularité de s'appuyer sur le passé de ce personnage haut en couleur. «Ma méthode est un mélange entre mes différentes expériences de vie, et les outils plus traditionnels du coaching.» C'est en effet dans son parcours qu'il puise l'essentiel de ses enseignements. «Je suis un ancien sportif, même si je n'ai pas eu la carrière que je voulais. Ensuite j'ai passé des années dans la forêt équatoriale africaine ou je me suis perdu. Et c'est là bas que j'ai développé mes techniques d'adaptation avec l'environnement. Quand je suis rentré en France, je suis rentré à l'EFA (Ecole Française de Coaching) ou j'ai eu mon diplôme.» Depuis, Bryan Lambo a écrit un livre : Ce que la forêt m'a appris, dans lequel il détaille sa méthode. Il a aussi collaboré individuellement avec des joueurs qui l'ont sollicité, notamment l'international Camerounais Jacques Zoua, mais aussi des clubs camerounais, et l'ES Viry-Châtillon (National 2). Désormais, il espère convaincre des clubs professionnels de l'utilité du coaching mental. «Ca se développe, mais en France... C'est comme dans tous les domaines, on veut d'abord que ça marche très bien à l'étranger, avant de s'y mettre. C'est dommage», regrette-t-il.
Réagissez à cet article
500 caractères max
RYO 6 sept. à 5:18

L'Équipe Nationale d'Algérie a besoin de ce genre de coaching. C'est dommage! une génération de bons joueurs est en train de tout perdre! un gâchis.

ADS :