Soccer Football - World Cup - Group B - Morocco vs Iran - Saint Petersburg Stadium, Saint Petersburg, Russia - June 15, 2018   Morocco's Aziz Bouhaddouz looks dejected after scoring an own goal for Iran's first goal as Iran's Mehdi Taremi and Majid Hosseini celebrate   REUTERS/Dylan Martinez (Reuters)
CM 2018 - Groupe B

Le débrief Mondial avec le gagnant, le perdant et les notes de Maroc-Iran

Terrible scénario pour le Maroc ! Les Lions de l'Atlas ont été crucifiés à la 95e minute par l'Iran ! Avec un but contre son camp de Bouhaddouz... Incroyable.

La leçon : L'Iran braque la banque à la dernière minute

Avec son début de rencontre à cent à l'heure, on se disait d'abord que le Maroc allait facilement dominer son sujet. Dans les vingt premières minutes, Harit et sa bande imposaient un pressing et une intensité qui déstabilisaient complètement les Iraniens. Il ne manquait finalement qu'un but : Harit vendangeait sa reprise (2e), Ziyech loupait le ballon après une combinaison sur corner (3e), El-Kaabi ne cadrait pas (8e), quand ni Ziyech, ni Belhanda, ni Benatia, ni Saïss ne parvenaient à conclure après un cafouillage suite à un corner (19e). La chance des hommes de Renard était passée. Derrière, l'Iran se reprenait quelque peu et était proche de punir son adversaire. Mais Ansarifard (20e) et Azmoun (43e) cafouillaient devant un Munir solide. Après le repos, le Maroc ne trouvait pas le second souffle nécessaire pour porter davantage le danger face à une défense très solide. Le premier éclair du second acte venait de Ziyech à (seulement) dix minutes de la fin avec cette reprise bien écartée par Beiranvand (79e) ! Sans pour autant sonner le réveil. Pire que ça : à la 95e minute, après un coup franc botté sur la gauche, Bouhaddouz, entré en jeu, se jettait et envoyait le ballon de la tête dans ses propres filets (0-1, 90e+5). L'Iran, complètement inoffensive après le repos, était toute heureuse de prendre les trois points !

Le gagnant : Pouraliganji, Monsieur Propre

Une Coupe du monde permet aussi de voir à l'œuvre des joueurs dont on n'a pas l'habitude d'observer. Avec parfois quelques bonnes surprises. Morteza Pouraliganji (26 ans) postule pour entrer dans cette catégorie. Si, à l'image de son équipe, il a fallu qu'il mette un petit temps avant d'entrer réellement dans sa rencontre au niveau de l'intensité, le défenseur central d'Al Sadd, au Qatar, a ensuite éteint El Kaabi et consorts. Très appliqué aux côtés de Cheshmi, son partenaire en défense centrale, Pouraliganji a joué les rocs et s'est montré archi solide. Et cela a payé en toute fin de rencontre avec cette victoire décrochée.

Le perdant : La très mauvaise opération du Maroc

Dans un groupe B où vous allez affronter l'Espagne et le Portugal, vous devez impérativement faire le plein face à la troisième équipe, censée être plus faible. Pour les Marocains, c'est un très gros accroc avec cette défaite concédée dans les arrêts de jeu. Avec ses nombreuses individualités et sa vitesse devant, les Marocains ont pourtant semblé être en manque d'idées pour faire la différence. Dommage au regard de leur début de rencontre qui avait été enthousiasmant. Seulement voilà, derrière, les imprécisions se faisaient de plus en plus nombreuses. Difficile, ainsi, de trouver et lancer El-Kaabi. Et quand en plus vous vous sabordez seul en marquant contre votre camp... Désormais, le Maroc est dans une position très délicate pour forcer une qualification pour les huitièmes. Il faudra passer un véritable cap collectivement mercredi prochain face au Portugal pour une rencontre déjà décisive pour la suite de leur tournoi.

Les notes du Maroc

El Kajoui 6
N. Amrabat 6
Saïss 5
Benatia 5
Hakimi 6
Boussoufa 5
El-Ahmadi 6
Ziyech 7
Belhanda 6
Harit 5
El-Kaabi 4.

Les notes de l'Iran

Beiranvand 7
Rezaiean 6
Pouraliganji 7
Cheshmi 6
Haji Safi 5
Ebrahimi 6
Jahanbakhsh 5
Shojaei 5
Ansarifard 6
Amiri 5
Azmoun 5.
Arbitre : M. Cakir (TUR), 6.
Note du match : 10/20.
Frank Simon et Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max