RJ - Rio de Janeiro - 07/07/2019 - Copa America 2019, Brazil v Peru - Brazil champion of the Copa America 2019 at the Maracana stadium Photo: Marcello Zambrana / AGIF (Marcello Zambrana/AGIF/PRESSE/PRESSE SPORTS)
La question qui fâche

Le football de sélection a-t-il perdu de son intérêt ?

Les internationaux sont en vacances, les clubs en phase de reprise. Ce cycle annuel marque la fin des compétitions internationales, mais pose aussi question.

C'est tout un paradoxe. Celui entre le supportérisme naturel, derrière une équipe nationale pour laquelle on s'emporte à la moindre occasion. Et entre l'analyse objective, sur son canapé ou au stade, du jeu proposé. Au jeu des émotions, le football international ne perdra certainement jamais de sa superbe. Quant au spectacle, c'est un autre constat. CAN, Copa America, Ligue des nations, matches amicaux... Quel ennui ! L'Euro Espoirs aura certes quelque peu sauver la mise, difficile de placer ces jeunes prospects dans la même catégorie. Et parmi les raisons de ces échecs footballistiques successifs, impossible de contourner la question des matches à répétition, poussant des stars à bout de souffle en fin de saison. À titre d'exemple, Sadio Mané, qui aura été au niveau en Égypte, termine l'exercice 2018-19 à plus de 60 matches.
Le sacro-saint «pragmatisme» au dépend, souvent, de velléités offensives
Autre donnée cruciale, le temps de préparation. Toujours réduit à la portion congrue, il se conjugue à l'impératif de résultats. La suite ? Le sacro-saint «pragmatisme» au dépend, souvent, de velléités offensives et collectives. Rares sont les performances offensives abouties de A à Z. Et c'est le gap entre football de clubs et football de sélections qui se creuse. Quand les clubs, via leurs entraîneurs notamment, développent toujours davantage leurs circuits de relance, leurs combinaisons et leurs automatismes, les sélections disposent d'un laps de temps réduit. Et au jeu d'être prêt «plus vite et mieux», force est de constater que la priorité est moins de produire un football leché que de préserver les organismes. Conséquence, on s'est beaucoup ennuyé...

Le football de sélection a-t-il perdu de son intérêt ?

Réagissez à cet article
500 caractères max
Gaucho 21 juil. à 11:32

Émotionnellement, non, mais au niveau du spectacle présenté, oui.Et comment pourrait-il en être autrement ?Du côté club, des entraînements quotidiens tout au long d une saison. Du côté équipe nationale, des rassemblements de huit jours max 5 ou six fois par saison. Le plus efficace devant ce peu de vie commune c est d agir sur le plus simple à mettre en place, la destruction. Et s appuyer sur des exploits individuels pour faire la différence.

King_Henry 20 juil. à 23:18

Non, c est mieux que jamais!

lamuerta 20 juil. à 21:17

il a perdu de sa superbe,car le football en club est de plus en plus fort,mais l'intérêt sera toujours là.

oskare68 20 juil. à 20:32

Plus aucun intérêt.2-3 buts ou 2-3 bonnes passes a 18 ans et vla que c'est un crack ou une pépite et veux bien sur,un top club.Ils en ont que faire des séléctions autres que la A.C'est selon leur bon vouloir.

ADS :