Championnat des étoiles
s'abonner
maradona (diego) (A.Lecoq/L'Equipe)
Disparition

Le jour où Diego Maradona a failli signer à l'Olympique de Marseille

À l'été 1989, l'Olympique de Marseille de Bernard Tapie était tout proche d'enrôler Diego Maradona. Retour sur un transfert avorté au dernier moment.

Décédé mercredi, Diego Maradona restera une légende pour les supporters napolitains et argentins. Mais au cours de sa carrière, le champion du monde 1986 aurait également pu laisser une trace dans l'histoire de l'Olympique de Marseille. Comme il l'expliquait à l'occasion de ses 60 ans dans France Football en octobre dernier, Diego Maradona était bien proche de porter les couleurs phocéennes. «Les dirigeants de Marseille m'ont contacté et m'ont proposé de doubler mon salaire. J'évoluais alors à Naples et le président Ferlaino m'avait dit que si on décrochait la Coupe d'Europe (la Coupe de l'UEFA, remportée face au VfB Stuttgart), il me laisserait partir. Bernard Tapie et Michel Hidalgo sont même venus me voir jusqu'en Italie pour me faire une proposition et pour qu'on en discute tous ensemble».
«Il était très bien là-bas avec ses quatre voitures. Mais ça n'avait rien à voir avec ce qu'il aurait pu avoir à Marseille» (Michel Hidalgo)
Cette histoire aurait clairement pu faire basculer l'OM dans une autre dimension. Été 1989, alors que Diego Maradona est à son apogée avec le Napoli, Michel Hidalgo, le directeur sportif olympien, souffle l'idée à son président Bernard Tapie de faire venir El Pibe de Oro dans la cité phocéenne, et ira même jusqu'à faire le déplacement à Naples pour rencontrer Diego. «Il était très bien là-bas avec ses quatre voitures. Mais ça n'avait rien à voir avec ce qu'il aurait pu avoir à Marseille. On pouvait lui offrir tout ce qu'il voulait. Il m'avait déjà demandé s'il pouvait avoir une maison en bord de mer, à Cassis, avec des palmiers. Il s'était renseigné sur tout», expliquait Hidalgo au Parisien.

Mais comme souvent dans le football, il est difficile de démêler le vrai du faux dans ces périodes de mercato et cette version de l'ancien sélectionneur des Bleus a été démentie par un certain Luciano Moggi, ancien directeur sportif du Napoli. «Naples avait décidé de ne pas transférer Maradona. Bernard Tapie savait très bien que ça ne se produirait pas. Il s'en est servi pour faire un peu de publicité et pour servir ses intérêts, avait-il expliqué. Maradona a toujours voulu rester à Naples». Car finalement, le président du club italien refuse ce transfert sans vraiment s'en expliquer, au détriment du génie argentin. «Une fois que je suis retourné à Naples, j'ai dit à Ferlaino : "Merci président pour toutes ces belles années, je m'en vais." À ce moment-là, il a commencé à faire l'idiot, comme s'il ne comprenait pas, et il a fait marche arrière. Fin de l'histoire», ajoutait Maradona dans FF le mois dernier.

1992, l'autre vaine tentative

Mais les dirigeants marseillais n'avaient pas dit leur dernier mot. Après son départ de Naples en 1991, El Pibe de Oro est une nouvelle fois sollicité par l'OM. Dans une interview avec le journaliste argentin Marcello Pellini, Marcos Franchi, homme d'affaires et proche de l'icône, lâche le nom de l'OM comme nouvelle destination pour Maradona. «C'est l'OM qui a notre priorité. Je dois aller négocier ces jours-ci à Marseille, avec les dirigeants de l'OM. Séville est intéressée aussi mais Marseille passe avant». Une déclaration qui va enflammer toute la France, mais finalement, il s'agira d'une nouvelle déception pour les supporters marseillais. «On ne va pas à Marseille, ce n'est pas mieux que Naples», aurait dit Marcos Franchi à Diego Maradona. L'Argentin signera finalement à Séville, et l'OM soulèvera sans lui la Ligue des champions au printemps suivant.
Samuel Zemour
Réagissez à cet article
500 caractères max
Pelao78 28 nov. à 17:18

Une période où l om était le 2ème budget européen derrière le Milan de Berlusconi et pouvait donc proposer les plus gros salaires de l époque

ADS :