Sous la pluie de Ferrare, Allan (au premier plan) a marqué le seul but napolitain d'un match terne et sans enjeu. (D. Mascolo/Reuters)

Le Napoli vainqueur sans forcer de la SPAL

Déjà assuré de finir deuxième de Serie A, le Napoli a disposé (2-1), à Ferrare, d'une SPAL déjà assurée de son maintien dans un match à la hauteur de son enjeu.

Un dimanche après-midi pluvieux, dans un stade de Ferrare clairsemé et avec deux équipes au destin déjà scellé : le décor était planté pour ce SPAL-Napoli, qui comptait pour la 36e journée de Serie A. Assuré de finir dauphin de la Juventus, les Napolitains l'ont emporté difficilement face à une SPAL déjà maintenue, et qui a bien failli tenir en échec les Napolitains (1-2).

C'est le milieu de terrain brésilien Allan qui a débloqué la situation pour le Napoli au retour du vestiaire, sur une très belle frappe légèrement excentrée dans la surface qui n'a laissé aucune chance à Viviano (0-1, 49e). Par la suite, les Napolitains se sont contentés de gérer leur fine avance et ont logiquement craqué en fin de rencontre sur un penalty transformé par Petagna (1-1, 83e), peu après une intervention du VAR qui a annulé un but hors-jeu de Floccari (76e). Une égalisation qui aura eu le mérite de réveiller les Napolitains, qui ont repris l'avantage dans les dernières minutes par Mario Rui (1-2, 88e), et de permettre une fin de match plus rythmée. À noter la grosse performance du portier napolitain Alex Meret, auteur de plusieurs parades décisives en deuxième période pour préserver l'avantage des siens.

Statu quo au classement: 11e avec 42 points, la SPAL ne profite pas de la défaite de Sassuolo face au Torino (3-2) tandis que Naples, assuré de finir deuxième, est toujours deuxième mais avec trois points de plus.