(L'Equipe)
Ligue 1

Le premier bilan des recrues de la Ligue 1

Avant la trêve d'octobre, le quart des matchs de Ligue 1 se sont déjà disputés. L'occasion d'un premier bilan, loin d'être exhaustif, des joueurs qui ont rejoint notre championnat cet été.

Ils impressionnent

L'évidence. Qui dit recrutement réussi en Ligue 1 pense forcément à Victor Osimhen (Lille), ses buts, son jeu de corps, ses remises et sa rage de vaincre. Le meilleur buteur du Championnat avait planté ses griffes dès la première journée, avec un doublé. Il en a mis cinq autres depuis. Dans la même veine, on retrouve dans le top 5 des buteurs Dario Benedetto (Marseille) ou encore Wissam Ben Yedder (Monaco). L'attaquant de l'équipe de France forme un duo d'enfer avec Islam Slimani, homme fort de la Principauté depuis son arrivée, capable de finir autant que de faire jouer les autres. Dommage que la défense ne suive pas le sillage des performances des joueurs offensifs. Bien plus loin au classement, le grec de Toulouse Efthym Koulouris surnage également au milieu de ses coéquipiers, avec quatre – jolis – buts en sept titularisations.
À l'inverse, plusieurs recrues brillent dans des contextes favorables pour leur équipe, comme l'Angevin Mathias Pereira Lage, le Nîmois Zinédine Ferhat, les Nantais Alban Lafont et Moses Simon, les Bordelais Ui-jo Hwang, Laurent Koscielny et Loris Benito, ou encore les Montpelliérains Arnaud Souquet et Geronimo Rulli. Au rang des gardiens, mention spéciale aussi à Predrag Rajkovic (Reims), qui dirige la co-meilleure défense de Ligue 1. Enfin, même s'il a encore plus fait parler de lui en Ligue des Champions qu'en Championnat, impossible de ne pas mentionner les débuts fracassants d'Idrissa Gueye au PSG, dont les statistiques (huit victoires en autant de matchs toutes compétitions confondues) ne reflètent qu'à peine l'impact du Sénégalais sur sa nouvelle équipe.

On attend encore de voir

À ses côtés, difficile de sortir du lot une des recrues du club parisien. Abdou Diallo, Pablo Sarabia, Keylor Navas, Ander Herrera et Mauro Icardi n'ont pas tous le même temps de jeu, ne portent pas tous les mêmes attentes, mais tous trônent en tête du Championnat, en attendant d'y poser plus nettement leur marque. Dans les autres recrutements bling-bling de Ligue 1, il est compliqué pour le moment d'établir un premier bilan clair des performances du trio Kasper Dolberg, Alexis Claude-Maurice et Adam Ounas (Nice), que l'on attend de voir avec un peu plus d'automatismes. À Lyon, les milieux Jeff Reine-Adelaïde et Thiago Mendes ont montré des belles choses par séquences, mais auront besoin d'une équipe qui se remet à l'endroit pour confirmer. De manière générale, les hommes du milieu de terrain sont souvent concernés par ces doutes. Leur position au cœur du jeu laisse entrevoir des promesses, mais difficile de déterminer dans quelle mesure ils influencent le style de leur équipe, ou l'inverse. C'est notamment le cas de Tiemoué Bakayoko à Monaco ou Yohan Cabaye à Saint-Étienne. Dans des clubs moins médiatisés, deux hommes semblent également en nette progression, mais étaient partis d'assez bas : Wesley Saïd, en manque de rythme lors de son arrivée à Toulouse, et Romain Perraud (Brest), logiquement très coté en Ligue 2 et qui, petit à petit, se fait son nid à l'étage supérieur.

Ils déçoivent

Bien entendu, il n'est pas question ici de porter un jugement définitif sur des joueurs qui, pour la plupart, ont encore besoin d'un temps d'adaptation dans leur nouvelle équipe. À ce titre, si Valentin Rongier (Marseille) est une déception pour le moment, c'est surtout parce qu'il n'a connu sa première titularisation qu'en octobre, pour une défaite contre Amiens, malgré un transfert au contexte assez retentissant. De la même manière, on a forcément plus d'attentes envers des hommes qui ont été les recrues majeures de leur équipe cet été : Joachim Andersen (Lyon), Raphinha (Rennes – on peut aussi y citer la deuxième grosse recrue Flavien Tait) ou Mounir Chouiar (Dijon). On espère également retrouver un Benjamin Lecomte (Monaco) plus constant, même s'il n'est pas du tout aidé par ses défenseurs, à commencer par Guillermo Maripan.
Dans le Nord de la France, à Lille plus précisément, Renato Sanches connaît pour le moment plus la sensation du banc que celle des terrains de Ligue 1. Plus clair encore est le cas de son coéquipier turc Yusuf Yazici, expulsé à la deuxième journée après un premier match très correct, et qui a coulé depuis, entre passages sur le banc et performances d'une grande faiblesse. Le talent est incontestable, la capacité à surpasser les difficultés reste à démontrer. Enfin, le début de saison raté des Verts stéphanois touche, de même, plusieurs de leurs recrues majeures (Denis Bouanga, Harold Moukoudi, Riyad Boudebouz). L'arrivée d'un nouvel entraîneur et la victoire dans le derby sont à-même de lancer une nouvelle dynamique. Pour ceux-là comme pour les autres, le retour de la Ligue 1 après la trêve instaurera une nouvelle donne.

Erwann Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :