Pour Jair Bolsonaro, les matches doivent pourvoir reprendre à huis clos au Brésil.  (Ueslei Marcelino/Reuters)
BRE

Le président brésilien Jair Bolsonaro insiste pour une reprise

Malgré la pandémie de coronavirus, le chef de l'Etat brésilien Jair Bolsonaro estime que les matches doivent pouvoir reprendre à huis clos.

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, insiste pour un retour rapide du football dans son pays. Sous la pression du chef de l'Etat, la Fédération brésilienne (CBF) a élaboré un protocole de reprise du Championnat (qui aurait dû débuter début mai), en collaboration avec des infectiologues et des médecins du sport.
Vendredi, Bolsonaro a de nouveau insisté pour la reprise des matches, bien que son pays soit fortement touché par la pandémie de coronavirus (près 10 000 morts). Le club de Flamengo, qui a procédé à une large campagne de tests en interne, a notamment enregistré plus de 30 cas positifs, tous asymptomatiques, dont 3 joueurs.
Les joueurs du Brésil mettent en avant leur santé
« A notre avis, et bien que je ne sois pas médecin, nous pensons que les matches pourraient reprendre, sans public dans un premier temps », a indiqué le président, lors d'un échange avec la presse devant le palais de l'Alvorada à Brasilia, rapporte l'agence italienne Ansa.
« Certaines équipes, comme Flamengo et Palmeiras, ont des millions de dollars de dépenses et certaines ont dû réduire les salaires »
Bolsonaro a plaidé l'urgence économique, arguant que la situation des clubs, privés des revenus issus des droits télé, était préoccupante. « Certaines équipes, comme Flamengo et Palmeiras, ont des millions de dollars de dépenses et certaines ont dû réduire les salaires. »
Il a sommé son nouveau ministre de la Santé, l'oncologue Nelson Teich, nommé le 17 avril, d'inscrire le sujet du football à son agenda lors de sa visite à Rio de Janeiro, où il doit rencontrer le gouverneur Wilson Witzel et le maire Marcelo Crivella. Vendredi, son ministère annonçait le décès de 751 personnes du Covid-19 en 24 heures, des chiffres officiels fortement mis en doute par la communauté scientifique.
Réagissez à cet article
500 caractères max
RensenbrinkRIP 9 mai à 11:24

Je suis aussi pour la reprise mais seulement pour un 2 contre 2 spécial: Bolsonaro et Dutarte d’un coté contre Trump et Boris Johnson de l’autre. Pas de masques bien sûr. Pas d’eau ou de boisson sportive non plus. Plutôt du détergent pour se réhydrater. L’arbitre peut-être Aulas. Ça marche?

Heraclite 9 mai à 11:06

Ils vont etre contents les tenants de la reprise acceleree de savoir qu'ils sont soutenus par Bolsonaro, président d'un pays dans lequel il n'est plus suivi ni même écouté en matiere de politique sanitaire par les gouverneurs des etats de pays fédéral.

ADS :