kimpembe (presnel) mbappe lottin (kylian) (S.Mantey/L'Equipe)
Ligue 1 - 17e journée (retard)

Le PSG assomme Montpellier (5-1) grâce notamment à un but de Mbappé

Hésitant avant le repos, expéditif en deuxième période (3 buts en 6 minutes), le PSG s'est facilement défait de Montpellier (5-1) et compte quinze points d'avance en tête, avec un match de moins.

La Leçon : Paris n'est jamais rassasié

On s'attendait à un onze très largement remanié côté parisien pour ce match en retard face à Montpellier. Il n'en a rien été. Hormis la première titularisation de Kurzawa cette saison en Ligue 1, Thomas Tuchel a décidé d'aligner son équipe type, les indisponibles en moins (Thiago Silva suspendu, Paredes pas qualifié, Neymar, Cavani, Bernat et Meunier blessés, Rabiot écarté). Pour un résultat similaire aux autres : une victoire (5-1), la treizième des Parisiens en autant de matches cette saison à domicile (47 buts pour, 5 contre).
Le but de Kurzawa, le bijou de Di Maria et deux csc de Montpellier...
Le champion de France en titre a pourtant livré une première période assez mitigée. Avec deux (très) beaux buts à la clé. Le premier signé Kurzawa, de la tête, sur un caviar de Dani Alves (13e). Le deuxième sur un bijou de coup franc direct de Di Maria juste avant le repos (45e), lui qui avait perdu un face-à-face avec Lecomte un peu plus tôt (26e). Mais aussi de nombreuses largesses défensives qui ont permis aux Héraultais de se montrer dangereux à plusieurs reprises. Laborde a manqué le cadre (5e), Skuletic a buté sur Buffon (8e), Mollet sur le poteau (8e). Ce dernier a logiquement fini par remettre les siens à hauteur d'un coup franc excentré boxé sur sa ligne par le portier italien. Mais la goal-line technology a parlé, et l'arbitre a validé le but (31e).

La deuxième période a été bien différente. Paris a clairement accéléré, et multiplié les occasions. Avant d'assommer littéralement son adversaire en l'espace de six minutes. Après s'être vus refuser deux buts pour hors-jeu (Mbappé 69e, Choupo-Moting 71e), les joueurs de la capitale se sont envolés grâce à des réalisations de Skuletic, contre son camp (73e), Hilton, contre son camp aussi (78e), et Mbappé (79e). Sévère pour des Héraultais plutôt joueurs et qui ont réussi à se créer pas mal d'occasions, sans parvenir toutefois à revenir dans le match. Paris conforte sa place de leader, avec quinze points d'avance sur son dauphin lillois, et avec un match de moins au compteur. Montpellier reste sixième.

Le gagnant : Mbappé ne s'arrête jamais

A l'heure où certains aimeraient respirer un peu, Kylian Mbappé enchaîne les matches et continue d'enfiler les buts comme des perles. De nouveau titulaire ce mercredi à la pointe de l'attaque, le jeune homme a rendu une copie semblable aux précédentes : du mouvement, de la disponibilité, des accélérations foudroyantes, quelques gestes de grande classe (Congré ce souviendra certainement longtemps de ce double contact-petit pont qu'il a subi à l'entrée de la surface) et un but. Son vingtième cette saison en dix-neuf matches de Ligue 1, sur une frappe déviée par Hilton après un bon service d'un Kurzawa lui aussi à son avantage. Du Mbappé quoi...

Le perdant : le réalisme montpelliérain

Le manque de prises de risques dans le jeu héraultais est souvent pointé du doigt ces dernières semaines. Face à l'ogre parisien, on s'attendait donc à voir un MHSC recroquevillé sur son but, avec pour seul objectif de limiter la casse. Volontaires, dynamiques et plutôt joueurs, les hommes de Der Zakarian ont proposé tout le contraire, et se sont procurés un nombre d'occasions franches rarement vu pour un adversaire au Parc des Princes en Championnat. Quinze tirs au total, dont cinq cadrés. Pour un seul petit but. Buffon, plutôt solide, y est pour quelque chose. Mais le manque de réalisme des attaquants du MHSC aussi, à l'image d'un Laborde qui aurait pu remettre les siens à hauteur au retour des vestiaires. Dommage, comme souvent contre Paris...
Bruno Rodrigues
Réagissez à cet article
500 caractères max