paredes (leandro) (P.Lahalle/L'Equipe)
CDF - Finale

Le PSG sans Verratti, un milieu à la peine lors de la finale de Coupe de France

Thomas Tuchel a surpris en se passant de Marco Verratti pour débuter la finale de Coupe de France. Malheureusement pour le PSG, le test Saint-Etienne a révélé les carences du duo Gueye-Paredes.

Zéro récupération, zéro tacle, huit ballons perdus. Le sacre parisien en Coupe de France (1-0) n'éclipsera pas la première période d'Idrissa Gueye. Le Sénégalais a manqué de tout : de rythme, d'anticipation, d'inspiration... et de complémentarité. Pire, à ses côtés, Leandro Paredes n'a été meilleur qu'au niveau des échauffourées. Le tandem mis à l'essai lors des matches amicaux par Thomas Tuchel a vraiment peiné contre Saint-Etienne. Pour plusieurs raisons, et ce n'est pas rassurant.

Sans réponse face à l'intensité

Si les hommes de Claude Puel ont abusé de l'agressivité, tant sur l'exclusion de Loïc Perrin (31e) que pour le carton jaune orangé de Mahdi Camara (37e), les Verts ont surtout mis à mal un PSG en manque de repères. Après avoir cartonné Le Havre (9-0), Waasland-Beveren (7-0) et le Celtic Glasgow (4-0), Paris a enfin trouvé un peu d'adversité face aux Verts... peut-être même trop pour le milieu parisien. Il y a d'abord eu le poteau pour empêcher un but de Denis Bouanga (5e), puis une domination d'une demi-heure jusqu'à l'exclusion du capitaine stéphanois. Même en deuxième période, les joueurs foréziens à 10 ont mis en danger le milieu et la défense du PSG, qui se trouvait dans un système proche du 4-2-4 tant l'équipe a semblé coupée en deux. Devant l'intensité, Idrissa Gueye et Leandro Paredes ont été transparents en première période, puis très moyens ensuite. Avant l'Atalanta (12 août), le doute est permis.

Lire aussi : Le PSG remporte sa treizième Coupe de France sans briller

Gueye sans créativité

La discrétion a surtout concerné Gueye, puisqu'à l'inverse de Paredes, il ne s'est pas montré à la caméra sur la bagarre post-carton rouge. Emprunté dans ses déplacements et ses prises de balle, sans envie, le Sénégalais a trop souvent délaissé le domaine défensif. La preuve dans son domaine de prédilection : il n'a réalisé aucune interception et ne s'est dégagé d'aucune situation chaude en 90 minutes. Mais c'est surtout à la relance que la recrue parisienne a déçu. Trop lent dans ses déplacements, triste dans ses intentions, il n'a pas apporté aux attaquants, qui ont trop souvent dû se créer des occasions eux-mêmes.

Paredes sans vitesse

Son domaine : l'impact psychologique sur les adversaires, son poids dans les disputes. Son défaut : la lenteur pour gérer les transitions. Résultat : une bonne performance dans les duels au sol (5 remportés sur 7 disputés), les dégagements (3) et les tacles (2)... mais une apathie offensive. Encore une fois, le milieu n'a pas réussi à joindre les attaquants. Cuit à la 75e minute, Paredes a finalement cédé sa place à Marco Verratti, l'homme qui aurait pu permettre au PSG de remporter plus glorieusement sa 13e Coupe de France. - T.T.
Réagissez à cet article
500 caractères max
raph88 25 juil. à 16:33

VERRATTI est indispensable !!!

michaelherry123 25 juil. à 15:28

Verrati est sur courant alternatif, n'apporte aucune garantie au niveau de l'impact physique au milieu (jeu de tete inexistant par exemple). Verrati c'est aussi un poids mort au niveau du danger offensif, il ne marque jamais. Alors oui il fait des passes decisives, parfois.Il est bon techniquement, mais il a 28 ans maintenant ce n'est plus un espoir et on lui laisse passer trop de chose. Il est paye' une fortune , 11 millions net, mais semble souvent en surpoids.

ADS :