Football Soccer - Barcelona v Paris St Germain - UEFA Champions League Round of 16 Second Leg - The Nou Camp, Barcelona, Spain - 8/3/17 Paris Saint-Germain's Marco Verratti looks dejected after the game  Reuters / Albert Gea Livepic (Reuters)
Ligue des Champions - 8es

Le PSG tombe de très très haut face au Barça (1-6) !

Malmené et mené 3-0 après la pause, le PSG pensait avoir fait le plus dur en réduisant la marque par Cavani. Mais les Catalans, bien aidés par plusieurs décisions d'arbitrage douteuses, ont fini par renverser les Parisiens à la toute dernière seconde (6-1).

Une première période catastrophique

Ils l'avaient assuré avant le match : malgré le score très large de l'aller (4-0), les Parisiens ne comptaient pas venir au Camp Nou pour défendre. C'est pourtant ce qu'ils ont fait d'entrée de jeu. Le seul problème est qu'ils l'ont très mal fait. Regroupés dans leurs trente mètres et privés de ballon par un adversaire qui n'attendait que ça, ils ont donné le bâton pour se faire battre. Et Luis Suarez n'a eu besoin que de trois petites minutes, et d'une grosse mésentente au sein de la défense parisienne, pour ouvrir la marque et mettre le doute dans les têtes parisiennes. Dès lors, le PSG a vacillé, subi et fait preuve d'une fébrilité assez incroyable, concédant un grand nombre d'occasions aux Catalans (Mascherano 10e, Messi 15e, Neymar 18e, Iniesta 28e). Incapables d'aligner deux passes, coupables d'errements défensifs et de gestes plus approximatifs les uns que les autres, les hommes d'Emery ont alors sombré, jusqu'à encaisser un deuxième but gag signé Kurzawa contre son camp après une grosse erreur de Marquinhos et une claquette de Trapp sur la jambe du latéral gauche (40e)... A ce moment de la rencontre, on ne voyait pas comment les Parisiens, qui n'avaient pas réussi à faire trembler Ter Stegen une seule seconde jusqu'à la pause, allaient pouvoir s'en sortir.

Le milieu a bu la tasse

Malgré un nouveau but signé Messi, sur penalty, suite à une faute de Meunier sur Neymar dans la surface (50e), Edinson Cavani pensait avoir fait le plus dur en réduisant la marque d'une belle frappe du gauche (62e), quelques minutes après avoir touché le poteau. Au final, il est le seul Parisien à avoir vraiment tenu son rang, même s'il a ensuite perdu un face à face avec Ter Stegen qui aurait tué le match (63e). Derrière, le néant. Impérial à l'aller, le milieu de terrain parisien n'a tout simplement pas existé ce mercredi soir. Visiblement perturbé par le 3-4-3 très offensif du Barça et par le pressing très haut exercé par les hommes de Luis Enrique, le trio Rabiot-Verratti-Matuidi a pris l'eau de toutes parts. Placé en sentinelle, comme à l'aller où il avait livré un match exceptionnel, le premier nommé a bu la tasse, aussi bien défensivement qu'offensivement. D'ordinaire si précieux dans la construction du jeu, le jeune Italien a lui aussi sombré, même s'il est à l'origine du but de Cavani. Et Matuidi a beaucoup couru dans le vent. Le désert...

Des décisions d'arbitrage douteuses

Bien sûr, les Parisiens ne pourront pas se cacher derrière ça, puisqu'ils ont tout de même encaissé six buts. Mais ils pourront tout de même regretter quelques décisions d'arbitrage qui leur auront été au final (très) défavorables. On pense notamment au carton jaune plutôt clément adressé à Piqué pour un tacle par derrière sur Cavani (23e). Mais aussi à une nouvelle faute de ce même Piqué, déjà averti donc, sur l'Uruguayen qui a finalement valu un jaune au... second pour contestation. Ou encore à la faute non sanctionnée de Mascherano sur Di Maria, seul face au but (85e, le Barcelonais a reconnu la faute après coup). Mais le tournant du match reste sans aucun doute ce penalty très très sévère accordé à Suarez à l'entrée du temps additionnel, alors que le Barça menait 4-1 suite à un coup franc direct du Brésilien quelques minutes plus tôt (88e). Celui-ci transformait et relançait alors une rencontre qui était à ce moment pliée. A l'affût après un centre de Neymar, Sergi Roberto, abandonné par la défense parisienne, ne se faisait pas prier pour qualifier les siens à la dernière seconde. Pour la première fois de l'histoire des Coupes d'Europe, une équipe s'est qualifiée après avoir été battue 4-0 à l'aller. Et, pour la première fois de l'histoire des Coupes d'Europe, une équipe a donc été éliminée après avoir gagné 4-0 à l'aller. Cette équipe, c'est le PSG, qui voit une nouvelle fois ses rêves de grandeur s'envoler. Un énorme camouflet qui devrait rester très très longtemps dans les têtes parisiennes.
Bruno Rodrigues

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
franceatlas.al 9 mars à 21:05

La tactique du staff technique qui impose un jeu défensif aux joueurs qui n'ont pas l'habitude d'évoluer de la sorte est une faute professionnel surtout face au Barça qui n'attendait que ça. La responsabilité de l'entraîneur est lourdement engagé. La seul période où les catalans se sont retrouvés en danger est en deuxième période lorsque le psg a joué son jeu. Fin de match idem première période, positionnement trop bas même sanction 3 buts. Scandaleux !!!!

baddekleib3 9 mars à 16:56

Larbitre a enpecher paris de ce qualifier

baddekleib3 9 mars à 16:54

Je suis mauritanien arbitre du match paris /barca a etais tres male juger il doit etre sanctionnez dix ans amander de 5000000 million euro et faire enquete pour corripuition je mapelle badde mon email baddekleib3@gmail.com site googlecom

chivato 9 mars à 16:30

Tom Ovrebo 2

RYO 9 mars à 15:54

La plus grande erreur commise par le PSG est de jouer défensivement dès la première minute. Ils avaient les moyens de marquer au moins 2 buts. Erreur stratégique.

voir toutes les réactions
ADS :