Newcastle aura-t-il un jour un propriétaire saoudien ? (E. Garnier/L'Équipe)
Angleterre - Newcastle

Le rachat de Newcastle par les Saoudiens est « compliqu? selon le patron de la Premier League

Richard Masters, le patron de la Premier League, a confirmé que le rachat de Newcastle par les Saoudiens constituait une thématique « complexe ».

Le projet de reprise de Newcastle par un fonds souverain saoudien est un dossier « compliqu?, a affirmé ce mardi Richard Masters, le patron de la Premier League. Officialisée mi-avril, l'offre de rachat de 300 millions de livres (330 M€), qui aboutirait à une prise de contrôle des Magpies à 80 % par le Fonds d'Investissement Public (PIF) saoudien piloté par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a provoqué une vive polémique.
Amnesty International et la fiancée de Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien assassiné fin 2018 dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul dans une opération commanditée, selon des responsables turcs et américains, par le Prince héritier, ont écrit à la Premier League pour lui enjoindre de ne pas autoriser cette reprise.

lire aussi

Newcastle, un rachat à crédit limité
Un deuxième front anti-feu vert s'est ouvert peu après sur la question du piratage des images, dont les Qatariens de beIN Sports détiennent les droits, par un bouquet satellite saoudien agissant impunément en raison de l'inaction des autorités saoudiennes.
« Je ne peux pas faire de commentaires sur le calendrier ou sur les détails de l'offre. Mais dans un monde parfait, les rachats se passeraient proprement, clairement et rapidement. Parfois, ça devient plus compliqu?, a répondu le dirigeant à des députés de la commission britannique du Numérique, de la Culture, des Médias et des Sports.

Masters « frustré » par Riyad

La dernière étape pour ce projet est de réussir le « test des propriétaires et des dirigeants » de la Premier League, qui doit s'assurer qu'un club ne tombe pas dans de mauvaises mains. Masters a admis avoir été « extrêmement frustr? par la passivité de Riyad face au piratage des diffusions de compétitions sportives.
En juin, l'Organisation mondiale du commerce avait reproché dans un rapport aux autorités saoudiennes de n'avoir mis en place aucune mesure ni législation permettant de poursuivre les auteurs de tels actes.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :