Soccer Football - Champions League - Group A - Galatasaray v Real Madrid - Turk Telekom Stadium, Istanbul, Turkey - October 22, 2019  Real Madrid's Toni Kroos celebrates scoring their first goal  REUTERS/Kemal Aslan (Reuters)
Ligue des Champions - Groupe A

Le Real Madrid et Zinédine Zidane respirent un peu en s'imposant à Galatasaray

En difficulté ces derniers temps, avec un Zidane apparemment sous la menace, le Real Madrid a fait le boulot en s'imposant à Galatasaray (1-0, but de Kroos) pour sa première victoire de la saison en Ligue des champions ! Les Merengue comptent quatre points après trois journées.

L'ombre de Jose Mourinho planait dans le ciel d'Istanbul au coup d'envoi et sans un grand Thibaut Courtois, l'avenir de Zinédine Zidane se serait peut-être obscurci davantage. L'entraîneur français ne s'en était pas caché en conférence de presse : sans une victoire sur la pelouse de Galatasaray, il n'était pas assuré de diriger la séance d'entrainement du lendemain. Mais comme tout va très vite dans le football, il est ce mardi soir virtuellement qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions et le risque d'être reversé en Ligue Europa s'éloigne.

Toni Kroos en patron

Il le doit donc pour partie à son gardien, auteur de trois arrêts déterminants (10e, 11e et 38e), mais aussi à certains des tauliers qui l'avaient porté au sommet du foot européen lors de son premier passage à la tête de la Maison Blanche. Et notamment à Toni Kroos, auteur de l'ouverture du score (18e) pour son centième match dans la compétition. Sur un joli service en retrait d'Eden Hazard, c'est lui qui a donné un peu d'air à ses coéquipiers et à son entraîneur.
En seconde période et dans le sillage d'un excellent Karim Benzema, le Real aurait pu faire le break. Mais à chaque fois, Fernando Muslera a repoussé les assauts. Et lorsqu'Eden Hazard est parvenu à éliminer le gardien uruguayen, c'est la barre transversale qui est venue sauver les Turcs (65e). De leur côté, les hommes de Fatih Terim auront eu toutes les difficultés à se montrer dangereux durant le second acte et c'est finalement logiquement que les coéquipiers de Sergio Ramos empochent leur première victoire dans la compétition. Quelques heures avant la rencontre, le capitaine du Real avait tenu à indiquer que le vestiaire était «à la vie à la mort avec Zizou». Les Merengue n'ont en tout cas pas donné l'impression d'avoir envie qu'un certain entraîneur portugais revienne aux affaires.
Réagissez à cet article
500 caractères max
nobru83 23 oct. à 7:31

Le real n ai plus rien sans ronaldo

mazedour 23 oct. à 3:01

Vous ne parlez pas de foot, mais de polémiques. Zidane et le Real se respectent trop pour avoir des disputes/relations de chiffonniers. Zidane s'en ira tout seul s'il sait que sa présence porte préjudices au Real.

ADS :