Soccer Football - Champions League Round of 16 First Leg - Ajax Amsterdam v Real Madrid - Johan Cruijff Arena, Amsterdam, Netherlands - February 13, 2019  Real Madrid's Karim Benzema celebrates scoring their first goal with team mates   REUTERS/Wolfgang Rattay (Reuters)
Ligue des Champions - Huitièmes

Le Real Madrid s'impose de justesse à Amsterdam grâce à Benzema et Asensio

Quelle intensité dans ce huitième de finale aller de la Ligue des champions ! Un Ajax rafraîchissant a été à la hauteur de l'événement, mais n'a pas su être tueur dans sa période de domination. Tout le contraire du Real qui a vu Benzema marquer et Asensio donner la victoire à quelques minutes de la fin (1-2).

La leçon : Le froid réalisme du Real Madrid

Le Real a tremblé, le Real a été bousculé, le Real a été emprunté, mais le Real a remporté son huitième de finale aller de la Ligue des champions à l'extérieur. À Amsterdam, les Merengue ont peiné dans les grandes largeurs en première période (11 tirs à 4 pour l'Ajax). Benzema n'a été que trop peu servi et c'est surtout l'incapacité des Espagnols à surmonter les vagues néerlandaises qui étonnait. Tadic frappait d'ailleurs le poteau (26e) avant que la VAR n'entre en scène. Sur un corner, Tagliafico reprenait de la tête et trompait Courtois, fautif sur sa première intervention. Seulement voilà, un hors-jeu était sifflé à Tadic, placé juste devant le portier madrilène (37e). Un premier tournant pour une ouverture du score qui aurait été méritée. Après le repos, Madrid revenait avec de meilleures intentions, arrivant enfin à se projeter devant un Ajax qui piochait petit à petit physiquement.

Les notes du match
Asensio, le coup de poignard.
Après un travail exceptionnel de Vinicius qui effaçait trois joueurs, ce dernier servait Benzema dans les meilleures conditions (0-1, 60e). Alors qu'on pensait que ce but allait sonner la fin des espoirs néerlandais, les coéquipiers de Van de Beek trouvaient pourtant l'énergie pour égaliser par Ziyech, parfaitement trouvé par Neres en retrait (1-1, 75e). Dans un dernier quart d'heure qui allait à cent à l'heure des deux côtés, entre Asensio, Vazquez et Dolberg, chacun effectuait les mauvais choix. Et pourtant, alors qu'on les pensait atteint à leur tour, les Merengue empochaient la victoire à trois minutes du terme. Carvajal centrait pour Asensio au second poteau. Onana était trop court (1-2, 87e). Un froid réalisme digne des plus grands clubs. L'Ajax pourra longtemps s'en vouloir en vue du retour, notamment après cette toute dernière action où Dolberg butait sur un Courtois bien présent dans ce moment archi chaud. Un retour où le Real sera privé de Ramos, qui a écopé d'un avertissement synonyme de suspension.

Le gagnant : Benzema, puissance 60

Franchement, après cette prestation, très difficile pour nous de tirer un gagnant côté madrilène. FF choisit Benzema, qui a lui-même avoué au micro de RMC Sport ne pas avoir effectué une grande partie, pour le symbole de ses 60 buts. On ne l'a absolument pas vu pendant une heure. Mais c'est lui qui plaçait les siens sur les bons rails en ouvrant la marque. Avec cette frappe précise, chirurgicale, hors de portée d'Onana, le Français a inscrit son soixantième but dans la plus grande des compétitions de clubs. 60 pions en 111 matches de Ligue des champions. De quoi conforter son statut de meilleur buteur français en C1. Benzema prend maintenant neuf unités d'avance sur Henry (51). Il égale Van Nistelrooy et se hisse donc à la quatrième place des meilleurs réalisateurs de l'histoire. Prochaine cible : Raul et sa marque à 71. Atteignable ?

Le perdant : L'Ajax a manqué de maturité à haut niveau

«Le haut niveau ne pardonne pas.» Plus que jamais, cette phrase prend tout son sens au regard du scénario de ce match. Avec son effectif globalement jeune, l'Ajax n'a pas su être tueur. Mais pourtant, que son football a été plaisant et rafraîchissant à voir évoluer ! Quel bonheur de voir l'insouciance de cette équipe, soutenue par un public présent, jouer au football, dominer le triple tenant du titre du trophée et avoir le mental pour revenir à hauteur. On a surtout complètement adoré le premier acte plein de panache des Hollandais. Mais voilà, le haut niveau, c'est aussi savoir concrétiser, à l'image du poteau de Tadic ou la très grosse opportunité de Dolberg. Mais c'est avec ce genre de matches que l'expérience rentre et que ce collectif apprend.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Le_sage 14 févr. à 8:28

pas aidé comme par hasard un peu par l'arbitrage , non ?encore une fois une polémiquele foot pue vraiment le fric

buzz71 14 févr. à 6:41

Expérience et le VAR,ou le zèle d'un arbitre planté derrière son pupitre, font la différence.Je ne vois pas comment on peut siffler hors jeu sur cette action,le joueur ne gène pas Courtois qui est très en retard.

Kenzou 14 févr. à 4:48

L’expérience du Réal Madrid a fait la différence .

Hachem 14 févr. à 0:30

Le Real est loin d'être qualifié. Même avec Ramos qui est suspendu au retour, cela a été laborieux. Il faudra que Solari joue avec 3 défenseurs centraux pour s'en sortir.

ADS :