Soccer Football - Spanish Super Cup Final - Real Madrid v Atletico Madrid - King Abdullah Sports City, Jeddah, Saudi Arabia - January 12, 2020   Real Madrid's Sergio Ramos gestures   REUTERS/Waleed Ali (Reuters)
Espagne - Supercoupe

Le Real Madrid sacré aux tirs au but face à l'Atlético en Supercoupe d'Espagne

Longtemps accroché par un Atlético courageux, le Real Madrid a dû attendre la séance des tirs au but pour remporter la finale de la Supercoupe d'Espagne (0-0, 4 tab à 1).

La leçon : Une victoire aux forceps

Si Zinédine Zidane a bien gagné son premier titre depuis son retour au Real, il a tout de même pas mal souffert. Dans cette finale de Supercoupe, les deux équipes de Madrid ont dû aller jusqu'aux tirs aux buts pour se départager. Et, à ce petit jeu, ce sont les protégés du champion du monde 1998 qui ont su forcer la décision. Avant cela, les 90 premières minutes avaient été franchement difficiles à regarder. Privé de Benzema, blessé lundi dernier à l'entrainement, mais aussi de Bale (infection respiratoire) et Hazard, toujours blessé à la cheville, le Real se montrait broullon dans le jeu. Malgré quelques fulgurances d'Isco, Jovic n'avait eu qu'une occasion franche à se mettre sous la dent, quand il frôlait le poteau à la 51e minute.

Puis tout s'emballait pendant la prolongation. Les deux équipes se rendaient coup sur coup, butant à chaque fois sur les gardiens très en forme dans cette finale. À la 115e minute, le Stade Roi-Abdallah - qui avait soutenu le Real toute la soirée - s'arrêtait de chanter quand Morata partait en contre pour offrir le titre à son club. Mais c'était sans compter sur Valverde, qui sauvait son équipe de la défaite d'un vilain geste. En taclant par derrière l'ancien du Real, l'Uruguayen écopait d'un carton rouge totalement mérité.

Ramos sacre le Real

Direction les tirs au but, donc. Avec une équipe du Real bien plus adroite que son voisin, à l'image de Saúl, qui envoyait la première tentative des Colchoneros sur le poteau. Partey butait lui sur Courtois. En bon capitaine, Ramos ne tremblait pas et offrait la victoire aux siens.

Le gagnant : Courtois a fait le job

Dans la continuité de ce qu'il fait en Liga depuis le mois de décembre, Courtois a été l'homme fort du Real. Le Belge s'est montré très vigilant pendant les 120 minutes de jeu, et n'a concédé qu'un seul tir au but lors de la séance finale. À la 80e, il a sauvé les siens sur une frappe de Morata, et à la 118e, il ne s'est pas fait surprendre par la balle contrée de Ferland Mendy, alors qu'elle filait dans son but. Après des débuts compliqués sous les couleurs madrilènes, il remporte son premier titre, et montre qu'il retrouve peu à peu le niveau qu'il avait quand il jouait à Chelsea.

Le perdant : Le spectacle pendant 90 minutes

Entre l'Atlético et le Real, on s'attendait à un match tactique, pour ne pas dire fermé. Et on y a eu le droit pendant tout le temps réglementaire. Ces 90 premières minutes ont manqué de folie, de réalisme, et même d'implication. Le fait que le match se joue sur un autre continent, et donc sans une grosse partie des supporters des deux équipes, y est peut-être pour quelque chose. Mais heureusement, l'implication attendue en début de match est arrivée au moment de la prolongation. Le Real a hissé son niveau de jeu, et obligé Trippier et ses coéquipiers à se contenter de contres.
Maxime Desvallées
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :