20/09/2015 Roma, stadio Olimpico, campionato di calcio serie A 2015-15, Roma-Sassuolo, nella foto esultanza di Mohamed Salah per il gol *** Local Caption *** (L'Equipe)
Votre meilleur joueur africain actuel (2e)

Le Roy : «Salah, le porte-drapeau de l'Egypte»

La semaine dernière, vous avez été 6 800 000 à élire le meilleur joueur africain actuel. Avec 10% des voix, l'Egyptien Mohamed Salah arrive deuxième. Chaque jour, Claude Le Roy, sélectionneur à succès en Afrique depuis des années, nous donnera son avis sur les cinq premiers de votre classement.

«Je l'avais vu jouer il y a très longtemps avec Arabe Contractors (NDLR : club égyptien du Caire où Salah a évolué avant d'arriver à Bâle). C'est un joueur important, mais qui n'a quand même pas réussi à s'imposer à Chelsea (janvier 2014-janvier 2015). Il est peut-être allé là-bas trop tôt d'ailleurs.
 
C'est un super joueur, adroit devant le but, qui fait un gros début de saison avec la Roma (NDLR : cinq buts en neuf matches de Serie A). En Italie, il montre qu'il est un joueur de niveau international. J'aime son adresse devant le but et sa qualité dans les déplacements. Je pense qu'il doit encore beaucoup travailler dans la récupération collective.
Aujourd'hui, on voit que Rudi (Garcia) l'a mis complètement en confiance et on observe rapidement la différence entre un joueur qui doute et celui qui est en pleine confiance. Mais le mettre deuxième meilleur joueur africain actuel, c'est un peu exagéré selon moi.

«Pas une référence sur le continent pour le moment»

En sélection, je ne l'ai pas vraiment regardé. L'Egypte a beaucoup chuté dernièrement, même si certains clubs sont arrivés dans le dernier carré des compétitions continentales, mais ce n'est plus du tout l'équipe du début du 21e siècle qui avait gagné trois CAN consécutivement (2006, 2008, 2010). Les événements géopolitiques ont aussi paupérisé les résultats des Pharaons.
 
Actuellement, Mohamed Salah devient le porte-drapeau de cette équipe et aspire à être un rouage important s'il continue sur ses performances avec la Roma. Chose qu'il ne pouvait pas faire avant en jouant trois matches dans la saison avec Chelsea.
 
Mais on ne peut pas dire qu'il soit extraordinairement populaire en Afrique, ce n'est pas vrai.
Je vis depuis très longtemps en Afrique noire et il y a un distinguo entre les pays du Maghreb, le nord de l'Afrique, les pays d'Afrique noire et, ensuite, l'Afrique du Sud. Il y a eu des immenses joueurs algériens par exemple qui faisaient l'unanimité dans toute l'Afrique. Des joueurs comme Mahrez et Salah, pour le moment, ne sont pas des références sur tout le continent.»

Les épisodes précédents

Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :