Galatasaray a été battu par Benfica, jeudi en Ligue Europa. (Presse Sports)
Fair-play financier

Le TAS donne raison à Galatasaray dans son conflit avec l'UEFA pour le fair-play financier

Le TAS a donné raison ce vendredi à Galatasaray, qui avait fait appel du réexamen de ses comptes par l'UEFA dans le cadre du fair-play financier. Le club turc conserve donc son accord initial.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rendu sa décision publique, ce vendredi, dans le conflit opposant Galatasaray à l'UEFA, qui avait remis en cause un accord passé sur le fair-play financier. L'instance disciplinaire a tranché en faveur du club turc, car l'appel en interne au sein de l'UEFA a été effectué trop tardivement, selon le TAS.
L'accord en question, qui remonte à juin 2018, a été passé avec l'enquêteur en chef de l'ICFC, l'instance chargée du contrôle financier des clubs au sein de l'UEFA. Mais il a été contesté par la chambre de jugement de l'ICFC, laquelle a décidé début octobre de procéder à un « examen plus approfondi » des comptes de Galatasaray, jugé coupable d'une infraction.

Un bon signe pour le PSG ?

Avec ce deal, le club turc s'est engagé, pour les saisons allant de 2018 à 2022, à une « contribution financière » pouvant aller jusqu'à 15 millions d'euros, une limitation du nombre de joueurs en compétitions UEFA ainsi qu'une « limitation significative des dépenses sur le marché des transferts ».
Le TAS « rétablit » donc la première décision rendue par la chambre d'instruction de l'ICFC et « l'accord » négocié en conséquence, a précisé le communiqué du TAS. Également visé par un réexamen de ses comptes, le PSG, qui a aussi saisi le Tribunal arbitral du sport pour des raisons similaires à celles de Galatasaray, attend toujours d'être fixé sur son sort. Mais ce premier verdict tend à penser qu'il pourrait être aussi favorable au club parisien.
Réagissez à cet article
500 caractères max
oskare68 15 févr. à 17:34

un petit arrangement entre amis en quelques sortes