À 34 ans, Zlatan Ibrahimovic, félicité par Lucas, Serge Aurier et Maxwell, règne encore sur la Ligue 1. (P. Lahalle) (L'Equipe)
Ligue 1

Le top 10 des «papys» de la Ligue1

À l'instar de Grégory Pujol (35 ans), auteur d'un formidable but avec le GFC Ajaccio contre Nice (3-1), les anciens de la Ligue 1 prouve cette saison qu'ils savent se rendre indispensables dans un Championnat plutôt adepte du jeunisme.

1 - Vitorino Hilton, 38 ans, défenseur Montpellier

Vitorino Hilton (S. Thomas) (L'Equipe)
Vitorino Hilton (S. Thomas) (L'Equipe)
Pour son entraîneur, Rolland Courbis, Vitorino Hilton, 38 ans, fait partie «du top 3 des défenseurs de la Ligue 1 avec Thiago Silva et Nkoulou», comme il l'a récemment confié à L'Équipe. Cette saison, Hilton est le joueur le plus utilisé par Courbis avec son compère de la défense, Daniel Congré : ils ont tous les deux disputé 900 minutes de Championnat répartis en dix matches.  Agé de 38 ans, Vitorino Hilton n'a pas tellement envie de prendre sa retraite et quand on voit ses performances cette saison avec Montpellier dont il est le meilleur joueur (5,44 de moyenne dans L'Équipe), on comprend mieux pourquoi il a encore envie de faire durer le plaisir.
Hilton, défense de s'arrêter

2 - Sébastien Squillaci, 35 ans, défenseur, Bastia

Sébastien Squillaci (F. Faugère) (L'Equipe)
Sébastien Squillaci (F. Faugère) (L'Equipe)
Meilleur joueur de son équipe depuis le début de la saison (5,7 de moyenne de L'Équipe), Sébastien Squillaci a rarement déçu depuis son retour en Ligue 1 en 2013 sous le maillot bastiais. Cette saison, associé le plus souvent à un autre ancien, François Modesto (37 ans), il est intraitable. Avec onze matches disputés, comme Seko Fofana, Gaël Danic (34 ans le 19 novembre) et  Yannick Cahuzac, il fait logiquement partie des hommes de base de Ghislain Printant, l'entraîneur de l'équipe corse.

3- Jérémie Bréchet, 36 ans, défenseur, GFC Ajaccio

Jérémie Bréchet (A. Martin) (L'Equipe)
Jérémie Bréchet (A. Martin) (L'Equipe)
Au Gazélec, Jérémie Bréchet, 36 ans, a retrouvé «le plaisir que j'avais quand j'ai commencé le foot, enfant», comme il l'a confié à L'Equipe en septembre dernier. Pourtant avant de signer pour l'équipe ajaccienne en 2014, le joueur formé à l'OL avait failli mettre un terme à sa carrière. «En dehors des clubs turcs, grecs, chypriotes – des traquenards – rien». Même si sa «cote était aussi élevée qu'une Twingo de 1990», il avait envie d'un dernier défi pour ne pas finir sur «une fausse note». Après une saison en L2, le voici de retour dans l'élite même s'il a été absent pour la reprise à cause d'une fracture du péroné. Depuis qu'il a repris la compétition mi-septembre, il n'a manqué qu'un seul match (8e journée) et disputé l'intégralité des six autres.
Jérémie Bréchet : «Ma cote était aussi élevée qu'une Twingo de 1990»

4 - Florent Balmont, 35 ans, milieu de terrain, Lille

Edinson Cavani (R) of Paris St Germain fights for the ball with Lille's Florent Balmont during their French Ligue 1 soccer match at the Pierre Mauroy stadium in Villeneuve d'Ascq near Lille August 7, 2015.  REUTERS/Pascal Rossignol (L'Equipe)
Edinson Cavani (R) of Paris St Germain fights for the ball with Lille's Florent Balmont during their French Ligue 1 soccer match at the Pierre Mauroy stadium in Villeneuve d'Ascq near Lille August 7, 2015. REUTERS/Pascal Rossignol (L'Equipe)
«Je ne suis pas fini mentalement et sportivement». En février dernier, alors qu'il venait de fêter ses 35 ans et qu'il jouait moins avec Lille – «un match sur trois» - Florent Balmont, lançait ce cri du cœur. Cette saison, l'entraîneur a changé (Hervé Renard a succédé à René Girard) et fait encore confiance au vieux «Dogue» titulaire lors des sept matches qu'il a disputé. Victime d'une déchirure aux ischios-jambiers mi-septembre, Balmont a retrouvé sa place dans le onze de départ sitôt sa blessure guérie. En mai dernier, alors qu'il discutait de son avenir avec Lille, l'ancien Lyonnais s'interrogeait : «Je ne comprends pas qu'en France on soit catalogué selon l'âge. Un joueur d'expérience, c'est indispensable dans un groupe». Il le prouve encore cette saison.
C'est le nombre de matches disputés par Florent Balmont en Ligue 1 depuis ses débuts en 2002, à l'Olympique Lyonnais. Après un passage en prêt à Toulouse (2003-2004), il est brièvement revenu à Lyon (2 matches) avant de signer à Nice (2004-2008) puis de s'engager à Lille où il évolue depuis sept ans.

5 - Rémy Vercoutre, 35 ans, gardien de but Caen

Rémy Vercoutre (J.L. Fel) (L'Equipe)
Rémy Vercoutre (J.L. Fel) (L'Equipe)
La longévité, chez un gardien de but, est moins rare que chez un joueur de champ, mais à 35 ans, Rémy Vercoutre vit véritablement une seconde jeunesse au Stade Malherbe de Caen où il est arrivé la saison dernière pour enfiler – enfin – le costume de numéro 1. Après une première saison mitigée où les Caennais ont longtemps lutté pour le maintien avant de se relancer, Vercoutre peut se targuer d'être cette saison à la tête d'une défense solide qui n'a encaissé que 12 buts en onze matches. Seules six équipes ont fait mieux cette saison en Ligue 1.
Rémy Vercoutre a presque gagné son pari

6 - Nicolas Seube, 36 ans, milieu de terrain, Caen

Nicolas Seube (F. Porcu) (L'Equipe)
Nicolas Seube (F. Porcu) (L'Equipe)
Si Andy Delort (3 buts, 2 passes décisives) attire les projecteurs en ce début de saison, Nicolas Seube, 36 ans, continue de faire le boulot dans l'ombre comme depuis son arrivée en Normandie en 2001. Cette saison, il a déjà disputé dix matches pour six titularisations et savoure le bonus offert par ses dirigeants qui ont prolongé son contrat d'un an. «Je n'aurais pas joué de la saison passée, j'aurais arrêté sans regrets, mais quand on est performant et qu'on joue, on réfléchit différemment... Voilà un an, dans ma tête, c'était la dernière. Et puis on se prend au jeu. J'ai réussi à me surpasser, à repousser des limites, à gagner une année. Voilà, resigner à trente-six ans, en L?1, c'est très bien», confiait-il en septembre dernier à L'Équipe.

7 - Ricardo Carvalho, 37 ans, défenseur, Monaco

Ricardo Carvalho (S. Thomas) (L'Equipe)
Ricardo Carvalho (S. Thomas) (L'Equipe)
L'arrivée de Ricardo Carvalho, remplaçant au Real Madrdi à Monaco, en 2013, avait légitimement suscité quelques interrogations. Le défenseur portugais, souvent blessé, n'était plus appelé en sélection, et surtout il était loin de ses meilleures années à Porto ou à Chelsea. Deux ans après, Carvalho, âgé de 37 ans, a prouvé qu'il était encore largement au niveau de la Ligue 1. Il aurait pu aller vivre une retraite dorée à Dubaï ou au Qatar, a choisi de poursuivre avec l'ASM par amour de la compétition. «Je veux aussi finir à un bon niveau, sur une bonne image, et ici c'est parfait, a-t-il confié en août dans L'Équipe. C'est peut-être ma dernière saison, je réfléchis : j'ai fait une super carrière, le foot va me manquer, la fin arrive», réalisait-il précisant que «depuis que j'ai trente-trois ans, je me bats contre mon âge. Je sais bien que je vais le perdre, ce combat, mais je lutte.» Avec beaucoup de talent.
C'est le nombre d'années que Ricardo Carvalho a passé sans être appelé en sélection. Il y a effectué son retour en 2014 à 36 ans, à la faveur de ses bonnes prestations avec l'ASM. Il pourrait même disputer l'Euro 2016, l'an prochain en France, à 38 ans !

8 - Sylvain Armand, 35 ans, défenseur, Rennes

Sylvain Armand (V. Michel) (L'Equipe)
Sylvain Armand (V. Michel) (L'Equipe)
Même si, à l'image de son équipe, il a sombré contre Nice (4-1) lors de la 10e journée, Sylvain Armand reste l'un des hommes forts de Rennes. A 35 ans, avec 480 matches au compteur, il est le joueur de Ligue 1 qui a disputé le plus de match dans le Championnat de France. Arrivé à Rennes en 2013 après neuf saisons au PSG, il s'est imposé comme un titulaire indiscutable dans l'équipe de Montanier. Il apporte son expérience dans un effectif dont la moyenne d'âge dépasse à peine 24 ans et qui ne compte que deux trentenaires, lui et Olivier Sorin, le gardien remplaçant.
Sylvain Armand- Mahtieu Bodmer : le duel

9 - Grégory Pujol, 35 ans, attaquant, GFC Ajaccio

Grégory Pujol. (P. Pochard) (L'Equipe)
Grégory Pujol. (P. Pochard) (L'Equipe)
En plus de marquer le but le plus rapide de la saison le week-end passé contre Nice (32 secondes), Grégory Pujol s'est également offert l'un des plus beaux buts de cet exercice. À 35 ans, il est actuellement le meilleur buteur français en activité dans l'élite en ayant inscrit 73 buts. Il a démarré en Ligue 1 avec Nantes en 2002 et a toujours inscrit au moins un but par saison. L'ancien Valenciennois (2007-2014) a également la particularité d'avoir évolué durante toute sa carrière en première division, sauf la saison dernière quand il a rejoint le GFC en L2 avant d'obtenir la montée.
C'est le nombre de titre que compte Grégory Pujol : il a été sacré champion de Belgique avec Anderlecht en 2006.

10 - Benjamin Nivet, 38 ans, milieu de terrain, Troyes

Benjamin Nivet (F. Faugère) (L'Equipe)
Benjamin Nivet (F. Faugère) (L'Equipe)
«Pour être franc, la retraite me fait un peu peur. Forcément, c'est quelque chose qui me trotte dans la tête, mais ça m'effraie un peu de me dire que tout peut s'arrêter d'un coup. (...)Pour l'instant, j'aime tellement ce que je fais... ». En mai dernier, alors qu'il venait d'obtenir sa 3e montée avec Troyes, où il est revenu en 2012 après un passage à Caen (2007-2012), Nivet, qui avait déjà effectué un premier passage dans l'Aube entre 2001 et 2007, ne se doutait sans doute pas que son équipe peinerait autant dans l'élite. Les Aubois n'ont toujours pas gagné en Ligue 1 mais Nivet, meilleur Troyens cette saison (4,86 de moyenne de L'Équipe) tient toujours son rang.
Depuis la saison 2002-2003 et son premier passage à Troyes, Benjamin Nivet a toujours marqué au moins deux buts par saison, en Ligue 1 ou en Ligue 2. Pour le moment, cet exercice ressemble à une anomalie puisqu'il n'a pas encore scoré lors des dix matches disputés (8 titularisations).
Réagissez à cet article
500 caractères max