Avec le fair-play financier, le PSG doit trouver des sources de revenus pour amortir les transferts de Neymar et Kylian Mbappé (A. Réau/).  L'Equipe
Fair-play financier

Légalité du fair-play financier : la justice belge se dit incompétente

La justice belge s'est déclarée incompétente concernant la légalité du fair-play financier de l'UEFA.

Saisie par un agent de joueurs ainsi que par des supporters du PSG et de Manchester City, la justice belge s'est déclarée incompétente à juger de la compatibilité du fair-play financier (FPF) avec le droit européen.
Dans un arrêt rendu jeudi, la cour d'appel de Bruxelles «a décidé que les juridictions belges n'étaient pas compétentes», comme en première instance, a indiqué un porte-parole de la cour. Elle n'a par ailleurs pas jugé nécessaire d'interroger la justice européenne sur la légalité du fair-play financier.

Victimes «indirectes»

«La cour n'ayant pas examiné la légalité du FPF au regard notamment du droit de l'UE, sa décision ne permet en rien de conclure à la validité du règlement», ont réagi dans un communiqué les deux avocats des plaignants, Martin Hissel et Jean-Louis Dupont. Ce dernier est à l'origine de l' «arrêt Bosman», en 1995, qui a libéralisé le marché des transferts.
Selon ces deux avocats, la cour a estimé que leurs clients n'étaient que victimes «indirectes» du fair-play financier et s'est donc déclarée «incompétente territorialement.» «Il faudrait attaquer l'UEFA à son siège et faire examiner la question par un juge suisse. Mais on ne serait alors plus devant un juge communautaire», a développé Maître Hissel, pour lequel «ce n'est pas un hasard» si la fédération européenne de football s'est installée en Suisse.

Contre le droit européen de la concurrence ?

Les avocats des plaignants soutiennent que le fair-play financier va à l'encontre du droit européen de la concurrence dans la mesure où il limite les investissements, ce qui est interdit.
Selon eux, la règle a aussi eu pour conséquence «de fossiliser la structure du marché» au profit des clubs déjà établis, ceux aux revenus les plus importants, comme le Real Madrid, le FC Barcelone, la Juventus Turin ou le Bayern Munich, au détriment des «nouveaux entrants» comme le Paris Saint-Germain, susceptible d'être sanctionné dans le cadre du fair-play financier.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :