lejeune (kevin) (L'Equipe)
Ligue 2

Lejeune mène l'équipe type de la 5e journée

Deux joueurs du FC Metz en grande forme, deux Valenciennois performants, un Sammaritano à la hauteur... Voici l'équipe type de L2 du week-end.

Les notes

Damien Perquis (Valenciennes) : 7*

Mickaël Alphonse (Bourg-en-Bresse) : 7*
Djibril Konaté (Laval) : 7*
Christopher Jullien (Dijon) : 7*
Salimo Sylla (Auxerre) : 7*

Djiman Koukou (Niort) : 7*
Kevin Lejeune (Metz) : 8*

Antony Robic (Nancy) : 7*
Frédéric Sammaritano (Dijon) : 7*
Yéni Ngbakoto (Metz) : 8*

Edouard Butin (Valenciennes) : 7*

Le zoom : Lejeune, cadre dynamique

D'ordinaire, Kévin Lejeune est de l'autre côté du mur. Ou du terrain, c'est selon. Plus souvent au départ qu'à l'arrivée. Par deux fois, le milieu messin a d'ailleurs terminé sur le podium des meilleurs passeurs de Ligue 2, l'année dernière avec le club lorrain, déjà (13 passes décisives, 2e derrière le Normand Fajr). Et trois ans plus tôt, sous la tunique du Tours FC (8, 3e derrière le Castelroussin Hadad et le Sedanais Karaboué). Avec une prédilection pour les coups de pied arrêtés, exercice où il excelle, au point d'avoir délivré neuf de ses treize offrandes dans cet exercice, en 2012-13. Mais, cette fois, Lejeune se sert plus qu'il ne sert. Il a déjà inscrit quatre buts, égalant son record établi sur toute la saison 2013-14. Certes, deux d'entre eux ont été inscrits sur penalty, autre grande spécialité, mais c'est bien dans le jeu qu'il a marqué le but de la victoire face à Evian-TG samedi, au bout du bout du temps additionnel, symbole de son implication dans le début de saison sans tâche du FC Metz, leader invaincu de cette Ligue 2. Dans un groupe totalement reconstruit après la descente de L1 au printemps, Lejeune, comme Ngbakoto, autre étoilé de la journée (8), est une vigie, un repère et un exemple pour les arrivants et les gamins qui grandissent. Un patron et un élément-moteur.

Il a battu Cristiano Ronaldo !

De son pied gauche velouté, l'ancien Auxerrois (il a été formé à l'AJA) guide la cordée messine sur le chemin d'un retour en L1, celui-là même qu'il avait emprunté en 2013-14. A l'époque, donc, il avait éclairé le chemin avec ses passes décisives, cette fois, comme s'il voulait lui-même prendre les choses en main dans un groupe en construction, s'occuper lui même de finir le travail plutôt que le commencer. Du coup, il n'a offert qu'un seul caviar, face à Valenciennes, à destination du pauvre Cheick Doucouré (absent six mois à cause d'une rupture des ligaments croisés). Lejeune connaît cette blessure pour l'avoir subie il y a une dizaine d'années, lorsqu'il promettait de révolutionner le jeu auxerrois, où il était présenté comme un talent de demain. Il avait d'ailleurs terminé trois ans plus tôt à la deuxième place du Championnat d'Europe U17, en compagnie notamment de Jimmy Briand, battu aux tirs au but par la Suisse après avoir éliminé grâce à ces mêmes tirs au but l'Allemagne de Lukas Podolski en quarts puis l'Espagne de David Silva en demis (il avait d'ailleurs manqué le sien), après avoir battu sèchement en phase de poules le Portugal d'un certain... Cristiano Ronaldo. Une décennie plus tard, les deux n'ont pas eu exactement la même destinée, mais Lejeune semble enfin avoir trouvé à Metz un territoire favorable pour exprimer son grand talent. Vu la qualité de son pied gauche, il était temps !

Arnaud Tulipier
Réagissez à cet article
500 caractères max
Steph 3 sept. à 10:49

Metz est impressionnant en ce début de saison, ils ont bien digéré la descente en ligue 2 en faisant un bon recrutement. Ca sera un candidat à la montée à coup sûr.Pour ceux que ça intéresse suivez mes pronostics ligue 2 sur mon site