Soccer Football - African Champions League Final - Second Leg - Esperance Sportive de Tunis v Al Ahly - Stade Olympique de Rades, Rades, Tunisia - November 9, 2018  Esperance's Anice Badri in action with Al Ahly's Marwan Mohsen  REUTERS/Zoubeir Souissi (Reuters)
Maghreb FC

Les 4 Fantastiques de l'Espérance de Tunis, vainqueur de la Ligue des champions de la CAF

L'Espérance de Tunis a gagné Ligue des champions de la CAF vendredi soir, aux dépens d'Al-Ahly (1-3, 3-0). Pour empocher le trophée pour la troisième fois de son histoire, le Taraji s'est notamment appuyé sur une colonne vertébrale solide et talentueuse. Découverte.

Anice Badri : le buteur

C'est l'homme du tournoi. Anice Badri (en photo) a fini sa Ligue des champions en apothéose avec un but stratosphérique contre l'Ahly en délivrant ainsi tout le peuple espérantiste. Sur la compétition, c'est 8 buts en 16 matches pour cet ailier dont l'année 2018 est synonyme de consécration, ponctuée par une participation au Mondial avec les Aigles de Carthage. Le chemin fut long et heurté pour le joueur de 28 ans. Formé à l'OL, il met le football entre parenthèse à l'âge de 16 ans en raison d'une hernie discale. En 2008, il revient par la petite porte à Saint-Priest puis avec la réserve du LOSC avant de réellement démarrer sa carrière au Royal Mouscron-Péruwelz (2013-2016). C'est là que l'Espérance vient le débaucher en lui offrant un contrat de trois ans... Bien joué. L'ailier s'intègre parfaitement et empile deux championnats de Tunisie (2017 et 2018). Nabil Maaloul, le sélectionneur tunisien, lui offre logiquement un ticket pour la Russie. Rapide, tranchant et doté d'une frappe de mule, il est devenu Badrigoal lors de cette compétition.

Fousseny Coulibaly : le moteur

Au milieu avec son acolyte Franck Kom, Fousseny Coulibaly forme la garde noire de l'entrejeu de l'Espérance. Ce produit du Stella Club d'Adjamé protège sa charnière centrale, mais sait aussi se projeter balle au pied. A 29 ans, il est une valeur sûre du Championnat de Tunisie qu'il a découvert en 2013 du côté de Monastir. Là-bas, ce gaillard d'1,93m marque les esprits par son impact, et un tempérament de feu. Un profil rare qui a mis la puce à l'oreille à l'ancien sélectionneur Nabil Maaloul qui a envisagé de naturaliser l'Ivorien pour lui faire disputer le Mondial avec la Tunisie. Le milieu défensif a été décisif lors du parcours avec un but en quarts de finale de la Ligue des champions contre l'un des rivals préférés du Taraji, l'Etoile du Sahel.

Youcef Belaili : le doué

Retour gagnant pour Belaili. Ex-grand espoir du football algérien, Belaili (26 ans) a enfin réussi a accroché la Ligue d'Afrique des Champions à son palmarès. Il restait sur deux finales perdues en 2012 avec l'Espérance, et plus récemment avec l'USM Alger en 2015 (absent sur le match). Meneur de jeu de talent dans le schéma de l'EST, Belaili est un joueur doué à la trajectoire contrariée. Attendu en Europe, il débarque finalement à l'Espérance en 2012 où il remplace Yousef Msakni. Il brille, et impressionne par sa faculté à faire les différences. Mais sa carrière subit un coup d'arrêt terrible avec un contrôle positif en 2015 alors qu'il évoluait sous les couleurs de l'USM Alger. Parti à Angers, il ne s'adapte pas aux exigences du football européen. Il retrouve l'Espérance et son influence avec trois buts lors de cette Ligue des champions, et des gestes de talent. À 26 ans, son retour dans le cocon tunisois est un succès.

Khalil Chemmam : le taulier

Formé à l'Espérance, il est en quelque sorte l'âme du Taraji. Surnommé El Capitano, ce latéral gauche de métier a disputé la finale retour dans l'axe pour compenser l'absence de Chemseddine Dhaoudi. Khalil Chemmam, solide au poste, est avec le gardien Moez Ben Chérifia, l'autre joueur a remporté sa deuxième C1, après le succès de 2011. L'ancien joueur du Vitoria Guimaraes (2014-15) est en train de se constituer un palmarès hors norme sur le continent (2 C1, 8 titres de champion, 4 Coupe de Tunisie...). À 31 ans, il n'est plus qu'à quatre matches de la barre des 100 apparitions en compétition continentale.

Nabil Djellit
Réagissez à cet article
500 caractères max
okba_s1 11 nov. à 11:43

vive l'ésperance de Tunis