neymar kurzawa (layvin) - cache - draxler (julian) rabiot (adrien) thiago silva verratti (marco) alves (daniel) cavani (edinson) mbappe lottin (kylian) (S.Boue/L'Equipe)
Ligue 1

Les 5 devoirs du PSG à un mois d'affronter le Real Madrid en ligue des champions

Dans un mois jour pour jour, le PSG défiera le Real à Madrid. Pour espérer être prêt le jour J, le club de la capitale a quelques petites choses à gérer. En voici cinq.

Plier le Championnat

On ne va pas se mentir. Avec neuf points d'avance sur son dauphin, Monaco, au classement, on ne voit pas trop comment ce PSG qui écrase tout sur son passage en France, pourrait ne pas être champion en fin de saison. Mais s'ils veulent aborder sereinement la dernière ligne droite, là où tout se joue, notamment sur la scène européenne, les hommes d'Emery seraient bien inspirés de plier le Championnat le plus vite possible. Des succès à Nantes, ce dimanche soir, et à Lyon, le week-end prochain, les rapprocheraient encore un peu plus de ce titre de champion qui leur tend les bras. Ça serait au moins ça de fait...

Assurer en Coupe

Tout le monde le sait, l'objectif principal des dirigeants parisiens est d'atteindre le dernier carré, voire plus, en Ligue des champions. Mais pas question pour autant de faire l'impasse sur le reste. Avec l'effectif qui est le sien aujourd'hui, terminer la saison sans faire le triplé Championnat-Coupe de France-Coupe de la Ligue serait un petit échec pour ce PSG qui veut toujours «rêver plus grand». A défaut, il doit déjà assurer le minimum. Surtout qu'il s'est déjà fait ravir le titre de champion par Monaco l'été dernier. Perdre un titre national cette saison, lui qui en a remporté seize sur les vingt mis en jeu depuis 2013 (4 titres de champion, 3 Coupes de France, 4 Coupes de la Ligue, 5 trophées des champions), ferait légèrement tâche. Surtout quand on a dans son effectif les deux joueurs les plus chers de l'histoire.

Bien gérer le turnover

Cela lui est souvent reproché, à juste titre, depuis le début de saison. Malgré un effectif XXL, Unai Emery n'est pas le plus grand partisan du turnover. On pense notamment au valeureux Thomas Meunier, brillant en 2016-17 mais très peu utilisé depuis l'arrivée l'été dernier de Dani Alves (12 matches au total, toutes compétitions confondues). Avec son calendrier très fourni, le PSG a de quoi donner du temps de jeu. Berchiche, Kimpembe, Lo Celso, Pastore, Di Maria voire Lucas, s'ils restent au club, ne demandent que ça : faire souffler les cadres mais aussi avoir l'occasion de se montrer davantage.

Remettre Cavani à sa vraie place

Son retour tardif de vacances ne pouvait pas rester sans conséquence. L'Uruguayen est resté à la maison lors des deux premiers matches de l'année du PSG. De quoi mettre un terme à un feuilleton qui ne doit pas s'éterniser. S'il veut se présenter sous son meilleur jour face au Real, le PSG a besoin d'un Cavani auteur de 53 buts en 2017, et de 26 réalisations en 28 rencontres depuis le début de saison, dont 6 en 6 sorties en Ligue des champions. Il est donc temps de remettre l'ancien Napolitain à sa place, en pointe, et de continuer de le mettre dans les meilleures conditions pour qu'il aide le PSG à passer un cap.

Réussir son mercato d'hiver

Certains, en manque de temps de jeu, ont envie de partir. D'autres n'en ont en revanche pas l'intention. Déjà court à certains postes, dont celui de sentinelle, le PSG ne doit pas faire n'importe quoi lors de ce mercato hivernal s'il ne veut pas perdre un équilibre toujours fragile dans un vestiaire professionnel. Pour rentrer dans les clous du fair-play financier, le club de la capitale va devoir vendre. Mais aussi, forcément, se renforcer si certains viennent à quitter le bateau. Le tout à moindre frais, puisque le club ne pourra pas investir comme il le souhaite. Une équation à plusieurs inconnues, donc, mais qui aura une importance capitale pour la fin de saison parisienne.
Bruno Rodrigues
Réagissez à cet article
500 caractères max
boupka 15 janv. à 12:33

Je pense que tout a été dit,que la méforme des madrilènes ne trompent personne.ils seront prêts pour la double confrontation. C'est là où les grandes équipes se montrent toujours.