hayrapetyan (levon) pogba (paul) griezmann (antoine) (L'Equipe)

Les Bleus devront cravacher...

Pour le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 en Russie, la France a hérité du groupe A en compagnie des Pays-Bas, de la Suède, de la Bulgarie, de la Biélorussie et du Luxembourg. FF passe au crible les adversaires des hommes de Deschamps.

Le favori : Les Pays-Bas

Memphis Depay, le gros danger des Oranje. (L'Equipe)

Le gros morceau de ce groupe A. Les Oranje seront un adversaire redoutable pour l’équipe de France de Didier Deschamps. Troisièmes du dernier Mondial au Brésil, les Néerlandais sont clairement les favoris. L’équipe de Danny Blind est un savant mélange d’expérience et de jeunes pousses à l’avenir doré comme par exemple Memphis Depay, tout fraîchement arrivé à Manchester United. La première place sera difficile à aller chercher.

Le concurrent direct : La Suède
A 36 ans, Zlatan Ibrahimovic sera-t-il toujours là pour mener les jeunes Suédois sur la route de la Coupe du monde ? Pas si sûr… Mais ce n’est pas tant un problème que ça. Les Scandinaves possèdent une belle génération de jeunes pousses prêtes à venir toquer à la porte de l’équipe première. Les Blagult (NDLR Bleus-jaunes) ont d’ailleurs profité du dernier Euro Espoirs pour le démontrer. Avec en figure de proue Guidetti et Kiese-Thelin, la Suède a remporté la compétition face à une équipe du Portugal qui avait l’allure du véritable épouvantail de la compétition. Attention les Bleus… Il n’y a qu’une place qualificative directe pour la Russie…

Le mauvais souvenir : La Bulgarie

Le terrible précédent face à la Bulgarie... (L'Equipe)

Qu’il est loin le temps des Kostadinov et Stoitchkov… Et pourtant, la Bulgarie de 1993 hante toujours les esprits français. Elle restera à jamais cette maudite équipe qui avait empêché les Bleus de participer à la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis avec une génération dorée (Papin, Cantona, Ginola…). L’heure sera donc à la revanche et à l’attention. L’équipe bulgare n’est plus ce qu’elle était, loin de là, son principal danger, Ivelin Popov, nouvel attaquant du Spartak Moscou et ancien buteur du Kuban Krasnodar. C’est dire… Attention tout de même à ne pas se voir trop beau. Comme en 1994…

L’habituée: La Biélorussie
Pour la troisième fois consécutive, les Bleus retrouveront la Biélorussie sur la route de leurs qualifications. Pour l’Euro 2012 en Pologne-Ukraine, les hommes de Laurent Blanc avaient souffert le martyr face à Kutuzov et consorts. Une défaite surprenante au Stade de France en septembre 2010 (0-1) et un nul plus que compliqué à Minsk (1-1). Un véritable morceau difficile à digérer à l’époque. Sur le chemin de Rio pour le Mondial 2014, l’équipe de France ferre de nouveau avec la Biélorussie. Deux victoires confortables avant des barrages difficiles contre l’Ukraine. Les Bleus savent à quoi s’en tenir. Une équipe très difficile à négocier. Demandez à l’Espagne qui ne s’est imposée que par un but d’écart à Borisov en juin dernier…

Le plus faible : Le Luxembourg
Une équipe qui a beaucoup progressé au fil des années, certes. Mais le Luxembourg reste tout de même une escouade largement abordable pour les Français. Le Duché compte en ces rangs le jeune Messin Chris Philipps ou encore un jeune lyonnais du centre de formation : Christopher Martins Pereira. Pas de quoi fouetter un chat. Les Bleus avaient déjà croisé la route des Luxembourgeois pour se qualifier à l’Euro 2012. Deux victoires 2-0. Tranquille. Tout en restant sérieux bien sûr.
 
Johan Tabau, @Jtabau