gourvennec (jocelyn) (A.Reau/L'Equipe)
Ligue 1 - 10e journée

Les cinq enseignements de la 10e journée de Ligue 1 avec Edinson Cavani, Bordeaux, Nice, Montpellier et Nantes

Voici, comme après chaque week-end de Ligue 1, nos cinq enseignements de la journée écoulée. Au menu cette semaine : Cavani, Bordeaux, Nantes, Montpellier et Nice.

Le mental de Cavani n'est plus à prouver

L'Uruguayen Edinson Cavani n'a pas eu beaucoup l'occasion de se mettre en évidence lors d'OM-PSG (2-2). Presque invisible, il a sagement attendu son heure. Profitant en quelque sorte du malheur de Neymar, expulsé, pour pouvoir tirer le fameux coup franc du temps additionnel. Cavani est ainsi sorti de sa boite (90e+2) après avoir lui-même obtenu la faute pour ramener un point de Marseille. Sa force de caractère – et sa capacité à tirer les coups francs au passage – n'est définitivement pas une légende. Même discret comme il a été au Vélodrome, El Matador a encore prouvé combien il était indispensable à ce PSG.

Nantes a la baraka

Les Canaris ont réalisé le grand huit face à Guingamp samedi. La victoire face aux Costarmoricains, bien aidée par une incroyable faute de main du gardien Johnsson (86e) est le huitième match sans défaite pour l'escouade de Claudio Ranieri. Un coup du sort qui permet aux Nantais de nicher actuellement dans les cimes du classement. Depuis le début de saison, Nantes marche surtout au caractère : les Canaris ont glané leurs victoires par un but d'écart à chaque fois, et ont parfois forcé le destin grâce à des exploits personnels. En témoignent la frappe lointaine de Girotto contre Caen (5e journée, 1-0), ou le coup de canon en pleine lucarne de Dubois face à Strasbourg (1-2, 7e journée). Les Nantais ont aussi été sauvés deux fois par leurs montants contre Lyon (0-0, 4e journée). Un peu de chance, et du caractère : cela suffit à Nantes pour caracoler dans les hauteurs du classement.

Montpellier est surprenant

À la vue de leur calendrier, la huitième place actuelle de Montpellier est une grosse performance. Le club de la Paillade reste sur une série de cinq matches sans défaite, et ce après avoir enchaîné Paris, Monaco, Nice et Saint-Etienne (en plus de Troyes) ! Les partenaires de Vitorino Hilton ont prouvé leur solidarité pour arracher le match nul contre Paris (0-0) et Monaco (1-1), ils ont dominé des Niçois grâce à un grand Benjamin Lecomte dans les buts (2-0), puis ont mérité leur succès à Saint-Etienne (0-1), où ils ne s'étaient plus imposés depuis 22 ans. Montpellier doit sa bonne forme à une défense de fer, la meilleure du Championnat (6 buts encaissés). L'équipe de Michel Der Zakarian n'avait pourtant pas démarré l'exercice 2017/18 de la meilleure des façons, en s'inclinant trois fois sur les cinq premières journées. Oui mais voilà : les Montpelliérains ont depuis trouvé la bonne vague. Et pour l'heure, ils y surfent allègrement.

Bordeaux est de plus en plus décevant

Qu'est devenu le Bordeaux solide du début de saison ? Invaincu sur les sept premières journées, les joueurs de Jocelyn Gourvennec n'ont visiblement pas du tout digéré leur voyage à Paris, où ils ont été laminés (6-2). Depuis, Bordeaux n'a pas trouvé la faille contre le Nantes de Ranieri (1-1), et s'est piteusement incliné contre Amiens, samedi, au stade Océane du Havre (1-0). Les Girondins, pas inspirés face au bloc picard, demeurent trop dépendants des prestations de Sankharé et surtout de Malcom. Le premier n'a pas été à la fête contre Amiens, alors que le Brésilien, gêné au quadriceps, n'est entré qu'en fin de match seulement. Sans Malcom, Bordeaux est atone, et l'apport de Kamano et De Préville n'est pas suffisant pour leur permettre de suivre le rythme de devant. Les Girondins doivent retrouver l'inspiration en attaque, alors qu'ils reçoivent Monaco au prochain match...

Nice n'aime pas les promus et se met en danger

Après ses défaites contre Troyes (2e journée, 1-2) et à Amiens (3-0, 4e journée), Nice a complété sa collection de revers face aux promus. Les joueurs de Lucien Favre se sont inclinés dimanche face à Strasbourg (1-2). Un doublé de l'ancien Valenciennois Nuno Da Costa a suffi aux Alsaciens. Les Azuréens ont mis beaucoup de temps à rentrer dans leur match, et n'ont pas profité de leur supériorité numérique pendant 40 minutes pour arracher au moins un nul. Nice avait par exemple giflé Monaco à la maison (4-0, 5e journée), mais les promus ne sont clairement pas sa tasse de thé. De fait, les Aiglons glissent doucement mais sûrement vers les profondeurs du classement. Ils pointent désormais à la 14e place du classement, à un petit point de la zone de relégation !
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :