odsonne (edouard) (ARGUEYROLLES LAURENT/L'Equipe)
Youth League

Les cinq pépites du PSG

Il n'y a pas que le PSG des «grands» qui brille sur la scène européenne. Ce mercredi, les U19 parisiens ont battu ceux de l'AS Roma en quarts de finale de la Youth League, la Ligue des champions des U19 (3-1). L'occasion de se pencher sur cinq espoirs du club de la capitale, avec l'avis de Laurent Bonadéi, leur entraîneur de l'an dernier (aujourd'hui à la tête de la réserve de Nice, en CFA).

Odsonne Edouard (né en 1998)

Signera, signera pas ? C'est un peu la question qui se pose sur l'avenir d'Odsonne Edouard (en photo) depuis l'été dernier. Au sortir d'un Euro U17 qu'il avait survolé avec huit réalisations (meilleur buteur de la compétition), victoire à la clé avec les Bleus, le jeune Parisien avait entamé des démarches avec son club pour passer professionnel. A ce jour, même si cela semble en bonne voie, le contrat n'est toujours pas signé. Le PSG ferait bien de se presser puisque le Guyanais sera libre de s'engager où il le souhaite l'été prochain et de nombreuses écuries européennes lui font les yeux doux. Pourtant, c'est probablement le joueur en qui Paris fonde le plus d'espoirs. Technique et puissant, ce longiligne attaquant (1,87 m sous la toise) impressionne par son sang-froid face au but. Notamment en Youth League où il a déjà inscrit trois buts cette saison (en cinq matches) et forme un duo prolifique avec Jean-Kevin Augustin (quatre buts). Laurent Blanc, qui l'avait emmené en stage en Autriche l'été dernier, compte déjà sur lui : «Ça lui arrive de s'entraîner avec nous, a récemment déclaré l'entraîneur parisien. Il faut le faire progresser. J'essaye de l'incorporer le plus souvent possible à l'effectif pro».

L'avis de Laurent Bonadéi : «C'est un garçon talentueux, un vrai buteur, complet, capable de marquer des deux pieds et de la tête. Il sait allier puissance et finesse. Dernièrement, il a beaucoup progressé dans le jeu collectif et dans les tâches plus ingrates comme le pressing. Si son poste de prédilection est avant-centre, il peut aussi évoluer à gauche, pour rentrer sur son pied droit et faire apprécier sa belle frappe de balle».

Christopher Nkunku (1997)

En le faisant débuter contre Montpellier, Laurent Blanc a prouvé qu'il comptait pleinement sur les jeunes. Bien qu'il n'ait pas rayonné dans l'entrejeu, plutôt normal pour un joueur qui disputait ses premières minutes en Ligue 1, il devrait de nouveau avoir sa chance dans les prochaines semaines. Fait rare, Nkunku avait débuté en Ligue des champions avant de jouer en L1 (contre Malmö le 8 décembre), quelques jours avant de signer son premier contrat professionnel (jusqu'en 2018). S'il s'affirme aujourd'hui au poste de relayeur, il a débuté ailier droit, à l'INF Clairefontaine et au PSG à partir de 2010. Mais sa justesse technique a poussé ses éducateurs à le replacer dans le cœur du jeu. «Il a une qualité de passe au-dessus de la moyenne et une excellente vision du jeu», argumente son agent, José-Karl Pierre-Fanfan. L'an dernier, en U19, il a délivré pas moins de 19 passes décisives ! Habituel titulaire en CFA cette année, il revient en U19, comme bon nombre de ses coéquipiers, pour jouer la Youth League. Une compétition où il brille, comme contre le Real Madrid, en phase de poule (4-1, deux buts et une passe décisive à son actif). A l'image d'un certain Marco Verratti, dont il s'inspire, Nkunku s'illustre par sa capacité à éviter les duels.
 
L'avis de Laurent Bonadéi : «Je l'ai eu pendant trois ans, en U17 et en U19. Il est technique et rapide et voit tout avant les autres. Quand il est arrivé au club, il ne faisait qu'1,50m. Il avait donc du mal à mettre son jeu en place sur le côté. Comme il est intelligent et qu''il a du caractère, il s'est mis au service du collectif dans un poste plus reculé et axial. Il est toujours disponible et il a une très bonne frappe de balle. On peut le comparer à Vincent Koziello, en plus offensif».

Alec Georgen (1998)

Profitant de l'absence de Serge Aurier ces dernières semaines, Alec Georgen a pleinement intégré le groupe professionnel et était même du déplacement à Saint-Etienne en Coupe de France la semaine dernière (il n'est pas entré en jeu). Lui aussi champion d'Europe U17 l'été dernier et sous contrat pro, le latéral droit a pour conseiller un certain Mino Raiola, le fantasque agent de Zlatan Ibrahimovic. C'est d'ailleurs le Suédois et Maxwell qui ont conseillé à Raiola de se rapprocher de lui. Cela en dit long sur les qualités du jeune garçon. Comme beaucoup de ses coéquipiers, il a débuté devant, avant de reculer au poste d'arrière droit. Il n'en a rien perdu de ses qualités de contre-attaquant puisqu'il n'hésite pas à déborder et faire parler sa vitesse balle aux pieds, sa plus grande qualité. Sa condition physique fait également de lui un défenseur infatigable.
 
L'avis de Laurent Bonadéi : «C'est un ancien attaquant reconverti en latéral droit car on avait senti qu'il ne percerait pas devant. Il est très intelligent et me fait penser à Maxwell. Il est très technique. Il participe beaucoup au jeu offensif. C'est une qualité, mais aussi un défaut. Comme il monte beaucoup, il est souvent pris dans son dos et doit faire des progrès sur le plan défensif».
De gauche à droite, Nkunku, Edouard et Georgen en 2014. (LAHALLE PIERRE/L'Equipe)
De gauche à droite, Nkunku, Edouard et Georgen en 2014. (LAHALLE PIERRE/L'Equipe)

Jonathan Ikoné (1998)

Contrairement à ses trois partenaires cités plus haut, Jonathan Ikoné n'a pas encore gouté aux joies du groupe pro. Ce n'est pas pour autant qu'il n'en a pas les qualités. Le natif de Bondy est lui aussi champion d'Europe U17 et fait partie des premiers choix de François Rodrigues, le coach des U19, en Youth League (cinq matches, un but). Barré par Edouard ou Augustin à la pointe de l'attaque, Ikoné est plus souvent titularisé dans le couloir, où il profite de sa pointe de vitesse pour faire de nombreuses différences. Très bon dribbleur, ce pur gaucher est également utilisé, avec succès, en soutien des deux attaquants. S'il a fait quelques apparitions en CFA, c'est surtout avec les U19 qu'il s'illustre (17 de ses 21 matches cette saison).
 
L'avis de Laurent Bonadéi : «Lui, il est imprévisible ! Il est gaucher, technique, et doté d'une grosse frappe de balle. Devant, il peut jouer partout. Il est souvent décisif, à la création ou à la finition. Il me fait penser à Augustin et devrait avoir une progression similaire. Mais il y a beaucoup de monde devant donc ce n'est pas facile pour lui de se faire une place. Même s'il a fait beaucoup d'efforts, il doit encore progresser dans le jeu collectif. Comme Coman, il est tout en percussion et en dribbles».

Fodé Ballo Touré (1997)

Lui non plus n'a pas encore gouté aux entraînements avec les pros et c'est probablement le moins connu de ce quinté. Arrivé au PSG en U11 après avoir tapé dans l'œil des éducateurs du club lors d'une détection réservée aux joueurs nés en 1995 (lui qui est né en 1997), il a traversé toutes les catégories d'âge, jusqu'à la CFA, et partage actuellement son temps de jeu entre la réserve et les U19 (13 apparitions en CFA, 19 en U19). Dans un premier temps utilisé comme ailier gauche, il a reculé de deux crans la saison dernière pour s'installer à gauche de la défense. A l'image de Goergen, il apporte de la vitesse à la défense parisienne et a déjà délivré deux passes décisives sur la scène européenne. Courtisé l'été dernier par des clubs anglais, il a préféré rester à Paris où il est aujourd'hui sous contrat stagiaire.
 
L'avis de Laurent Bonadéi : «Fodé est un joueur très rapide, explosif, doté d'une bonne qualité de centre et capable de créer des décalages. Il a un très bon état d'esprit, toujours à l'écoute, attentionné et respectueux. C'est un pur gaucher, très offensif. Latéral gauche, c'est le poste qui lui convient le mieux. Et contrairement à Presnel Kimpembe, il ne peut pas jouer défenseur central. C'est un vrai joueur de couloir».
Antoine Raguin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ristobop 17 avr. à 9:52

Sûr que le recrutement de Luis ne s'imposait pas ... Surtout pour perdre Marquinhos !! Quant à Zlatan, il étouffe l'éclosion des joueurs en devenir et ne montre pas l'exemple. Ce n'est pas ma vision d'un grand joueur, désolé !

rorose 15 avr. à 21:45

Laurent Blanc devrait s'inspirer de ce qui se passe en Espagne;la plupart des équipes espagnoles n'hésitent pas à intégrer des jeunes talents.Cessez donc de les sacrifier au profit de vedettes rouillées dont personne n'en veut.Arrêter votre cinéma avec ibra par ci,ibra par là;ni le recrutement de Luis,ni celui de DI MARIA ne s'imposaient pas.Laurent Blanc trop de gentillesse conduit à la passivité.Maintenant il faut faire preuve de réflexion et surtout recruter à bon escient

ADS :