Championnat des étoiles
s'abonner
22 December 2019, London - Premier League Football - Watford v Manchester United - The dyed hair of Paul Pogba of Man Utd - Photo: Charlotte Wilson / Offside. (Charlotte Wilson/OFFSIDE/PRESS/PRESSE SPORTS)
Angleterre - Manchester United

Les défis de Paul Pogba pour son retour à Manchester United

Enfin remis d'une sale blessure à la cheville droite, Paul Pogba aborde le sprint final de la saison avec le couteau entre les dents. Alors que Manchester United ne vise rien d'autre qu'une qualification pour la prochaine Ligue des champions, les défis du champion du monde sont nombreux.

Retrouver le rythme

522 minutes. C'est le total, famélique, de minutes jouées par Paul Pogba en Premier League cette saison. Ce qui le place au 17e rang des joueurs les plus utilisés par Ole Gunnar Solskjaer. La faute à une cheville droite fracturée fin août, plâtrée puis finalement opérée au mois de janvier, après deux tentatives avortées de retour à la compétition. Mi-avril, le champion du monde expliquait aux médias de son club ne plus ressentir aucune gêne. Un pas important. Reste désormais à retrouver le rythme de la compétition, lui qui reste sur six mois sans match et qui n'avait encore jamais connu un tel break. Avec neuf matches à enchaîner en cinq semaines (en attendant le ''Final 16'' de la Ligue Europa en août) et trois points à rattraper pour intégrer le top 4, les Red Devils n'ont pas de temps à perdre. Pogba non plus.

Écarter la concurrence

Il n'y a pas si longtemps, le premier nom (ou presque) coché par le manager de Manchester United sur sa feuille de match était celui de Paul Pogba. Forcément, en son absence, les concurrents du n°6 ont eu l'occasion de briller. Et si la première partie de saison avait renforcé l'image d'un collectif brouillon, sans réelle idée directrice ni capacité à dicter le tempo, MU venait d'enchaîner huis succès et trois nuls au moment de l'interruption des compétitions. Une belle série qui avait notamment permis à Fred et Nemanja Matic de s'illustrer. Alors que Scott McTominay avait lui aussi affiché de réels progrès, avant de se blesser fin décembre, la concurrence dans l'entrejeu n'est franchement plus la même qu'en début de saison. Charge à Paul Pogba de rappeler rapidement que le boss, le catalyseur, le mâle alpha du milieu, c'est toujours lui.

S'entendre avec Bruno Fernandes

Le principal changement observé ces derniers mois à Manchester United porte un nom : Bruno Fernandes. Arrivé du Sporting CP au mois de janvier contre 55 millions d'euros, le playmaker portugais a eu un impact immédiat et important sur les performances de son équipe, avec trois buts et quatre passes décisives en neuf apparitions. Surtout, le nouveau n°18 des Red Devils a apporté un liant et une créativité qui manquaient cruellement depuis... la blessure de Paul Pogba. Il y a donc autant d'excitation que de questions au moment de voir les deux joueurs (enfin) associés sous le maillot rouge. «Jouer à ses côtés, ça va être génial, assurait Fernandes à TalkSport cette semaine. Tout le monde veut jouer avec les meilleurs et Paul en fait partie

Lire aussi :
- Bruno Fernandes, baby red et facteur x de Manchester United
Si les deux hommes sont compatibles, tous les espoirs seront permis pour les fans mancuniens et Ole Gunnar Solksjaer. «Les bons joueurs peuvent toujours bien jouer ensemble, c'est un grand oui, assurait le stratège norvégien en avril. Il y a beaucoup de matches à venir et je suis certain qu'ils peuvent trouver une excellente connexion entre eux. On a discuté de cela avec mon staff et on attend la suite avec impatience. Bruno Fernandes a tout de suite eu un énorme impact sur l'équipe, le club et les supporters, il a boosté tout le monde ! Avec le retour de blessure de Paul Pogba, mais aussi de Marcus Rashford, ça va être fantastique !»

Incarner un leadership

Sur un terrain, on le sait, Paul Pogba est capable de tout (bien) faire. Dribbler, marquer, passer, mais aussi courir, presser, tacler. Lorsqu'il est contraint de tout faire en même temps, comme ç'a pu être le cas depuis son retour à Old Trafford, il peut néanmoins donner l'impression de se disperser, voire d'en faire trop. Avec Bruno Fernandes, si les rôles sont bien répartis, la Pioche pourrait endosser un rôle comparable à celui qu'il a connu en équipe de France, notamment lors de la dernière Coupe du monde. Celui d'un rouage essentiel, qui brille par sa couverture de terrain, sa qualité de jeu vers l'avant ou son leadership technique et vocal. À Manchester United, il a porté le brassard à plusieurs reprises l'an dernier, avant que ses envies d'ailleurs ne le rendent moins légitime. Mais du haut de ses 27 ans et de son statut, l'ancien Turinois se doit de diffuser son énergie et sa rage de vaincre à ses partenaires. Il en a les épaules.

Soigner son image

Il est la star incontestée de son équipe comme la cible privilégiée des supporters et des médias. Depuis son retour à Manchester il y a bientôt quatre ans, Paul Pogba a reçu tour à tour louanges et critiques, et sa volonté publique de changer d'air, exprimée l'été dernier, n'a pas fait grimper sa cote parmi ses fidèles détracteurs. Son attitude irrite, son irrégularité crispe, sa confiance agace, sa communication multimédia déroute. Si la plupart des suiveurs avertis savent reconnaître le talent et l'impact du joueur au sein des Red Devils, son image reste brouillée. «Je ne suis pas jugé comme tout le monde», assénait-il dans FF il y a deux ans. Ça n'a pas vraiment changé. Ces cinq semaines seront peut-être ses dernières dans le nord de l'Angleterre... ou pas. Quoi qu'il en soit, s'il mène sa formation à une qualification pour la prochaine Ligue des champions, son buste droit, sa tête haute - et même quelques pas de danse - déclencheront plus d'admiration que de grincements de dents.

C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :