debout: lenglet (clement) zouma (kurt) lloris (hugo) pogba (paul) mbappe lottin (kylian)  assis: griezmann (antoine) mendy (ferland) dubois (leo) thauvin (florian) ben yedder (wissam) ndombele (tanguy) (A.Reau/L'Equipe)
Bleus

Les gagnants et les perdants du dernier rassemblement de l'équipe de France

Deux victoires sur la Bolivie et Andorre ; une défaite embarrassante en Turquie : comme après chaque rassemblement de l'équipe de France, FF vous a concocté ses gagnants et ses perdants. À vous de juger.

Les gagnants

Les Lyonnais
Ils étaient trois Rhodaniens à être appelés en sélection. Une habitude depuis novembre dernier. Sauf qu'en ce mois de juin, Dubois a remplacé Fékir dans le trio des sélectionnés. Et l'ancien Nantais en a profité pour saisir sa chance à pleines mains. D'abord grâce à 45 minutes prometteuses face à la Bolivie, puis par son apport offensif prépondérant contre Andorre. Dans le couloir opposé, Mendy s'est également montré à son avantage par sa rudesse défensive et ses débordements incessants, certes contre des Andorrans limités. En Turquie, Mendy avait également su ramener un peu de calme dans un couloir gauche où Digne avait subi lors de la première période. Mais le plus impressionnant des trois se nomme sûrement Ndombele. Maître dans l'orientation du jeu et dans les transmissions qui cassent les lignes, l'ancien Amiénois a brillé de spontanéité et apporté une fraîcheur bienvenue au système français. Comme un symbole, aucun n'était titulaire lors de la déroute en Turquie...
 
N'Golo Kanté
Dans ce rassemblement, il y a évidemment un match qui prend davantage le pas sur les deux autres : celui en Turquie. Il fallait en effet voir le "jeu" proposé par la Bolivie et Andorre. Et en Turquie, il y a en a un qui a brillé par son absence : il s'agit de N'Golo Kanté. Pogba peut en témoigner, lui qui paraissait presque perdu sans son compère du milieu de terrain. Avec le résultat que l'on sait. Mais ratisser, colmater les brèches et jouer les intercepteurs comme sait le faire Kanté, c'est difficile à trouver sur la planète foot. On peut ainsi considérer le joueur de Chelsea comme un gagnant. Un gagnant dont les Bleus ne peuvent se passer.
 
Florian Thauvin
Un premier but. Enfin. Après dix sélections pas toujours convaincantes ou au temps de jeu limité, Thauvin s'est joliment distingué en Andorre. Son retourné acrobatique décisif, ses percées couloir droit et sa remise décisive pour Ben Yedder lui ont permis de marquer de précieux points aux yeux de Deschamps. Une performance à néanmoins fortement nuancer par la défense très friable andorrane et une opposition aux aboies. Les sceptiques diront que le Marseillais s'est une nouvelle fois illustré contre une petite équipe. Argument entendable. Même si, dans ce type de rencontres, le champion du monde a su ne pas tomber dans la facilité.

Lire :
-Les notes de France-Bolivie
-Les notes de Turquie-France
-Les notes d'Andorre-France

Les perdants

Kylian Mbappé
Si on regarde bien son bilan en juin avec les Bleus, celui-ci est finalement bien mitigé. Aligné seul en pointe face à la Bolivie, il n'a été que très peu efficace avant de sortir sur blessure. Il a sombré, comme ses coéquipiers, en Turquie ne parvenant quasiment jamais à relever la tête. Enfin, en Andorre, il a bien marqué et délivré une passe décisive, mais il a également connu nombre de déchets en seconde période. Avec la possibilité pour les Bleus de davantage creuser l'écart. Rien d'absolument dramatique pour Mbappé. Mais ce sont encore une fois ses paroles des Trophées UNFP qui resurgissent, lui qui aspire à davantage de responsabilités en club, et sûrement en sélection. À lui d'engranger confiance et expérience pour devenir un taulier chez les Bleus. Taulier qui, s'il continue ainsi, il deviendra sans problème.
 
Benjamin Pavard
Cette fois, c'est bon : la saison 2018-19 de Pavard est officiellement terminée. Et que cela a dû paraître bien long au futur défenseur du Bayern Munich. Champion du monde à la renommée internationale après sa frappe face à l'Argentine, Pavard a connu les pires difficultés à assumer ce statut. D'abord en club, puisque Stuttgart a fini par descendre en deuxième division. Mais également en sélection. Si Deschamps n'a cessé de lui apporter sa confiance, et heureusement pour Pavard, son visage chez les Bleus n'a que peu rassuré. Et notamment en juin. Crédité seulement d'un 5 face à la Bolivie par FF, il a également coulé en Turquie (3). Et quand on voit un Dubois qui semble davantage serein, Pavard a plutôt intérêt à passer de bonnes vacances et à vite se reprendre sous les couleurs du champion d'Allemagne la saison prochaine. Son destin en Bleus en dépend.
 
Samuel Umtiti
Il n'a sûrement pas perdu énormément de points (encore que...). Mais une chose est certaine : Umtiti n'en a pas gagné durant ce rassemblement. On se souvient de sa balle perdue sur le second but des Turcs. Avec plusieurs soucis pour s'affirmer et essayer de rééquilibrer la défense française. Et quand on sait que Lenglet a été solide en Andorre (certes, sans réelle opposition) et que l'ancien Nancéien sort, lui, d'une solide saison au Barça, Umtiti va devoir vite se reprendre.
Augustin Audouin  et Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :