Cavani est le meilleur buteur de l'histoire du PSG. (F. Faugère/L'Équipe)
PSG

Les moments marquants d'Edinson Cavani au PSG

Arrivé en 2013 au PSG, Edinson Cavani va quitter le club cet été, comme l'a confirmé son directeur sportif Leonardo ce dimanche dans le JDD. Les années parisiennes de l'attaquant ont été mouvementées.

Sa signature en 2013

Soixante-quatre millions d'euros. C'est la somme que le PSG met sur la table pour recruter Edinson Cavani (26 ans à l'époque) et en faire le plus gros transfert de l'histoire de la Ligue 1. Un contrat de cinq ans attend l'Uruguayen qui vient de passer trois saisons à Naples et qui reste sur un titre de meilleur buteur de Serie A (29 réalisations). Sa conférence de presse de présentation est évidemment moins lunaire que celle de Zlatan Ibrahimovic, arrivée à Paris un an plus tôt (personne n'a oublié le désormais fameux « je ne connais pas la Ligue 1, mais la Ligue 1 me connaît », du Suédois). Mais elle est restée marquante : initialement prévue à 16 heures, elle ne débute finalement que deux heures plus tard. « Je n'ai pas hésité à venir », assure pourtant « l Matador » évidemment questionné à plusieurs reprises sur sa future association avec Ibra. « J'espère qu'on formera un bon duo », lâche-t-il alors.
Edinson Cavani en compagnie de Nasser al Khelaifi, le jour de l'officialisation de son transfert. (P. Lahalle/L'Équipe)
Edinson Cavani en compagnie de Nasser al Khelaifi, le jour de l'officialisation de son transfert. (P. Lahalle/L'Équipe)

Son premier but

Edinson Cavani dispute ses premières minutes avec le PSG le 9 août 2013, à Montpellier (1-1) quand il entre en jeu à la 72e minute à la place d'Ezequiel Lavezzi. Laurent Blanc essaye de gérer au mieux l'attaquant uruguayen, à court de préparation. Le technicien ne lui offre sa première titularisation qu'une semaine plus tard lors de la réception de l'AC Ajaccio, malgré « un petit problème au pubis », d'après le coach parisien.
Au Parc, Laurent Blanc opte pour un 4-4-2, associant Ibrahimovic et Cavani en attaque. S'il n'est pas immédiatement à l'aise dans ce système, Cavani prend rapidement ses marques. Il se procure plusieurs situations dangereuses avant de tromper Memo Ochoa, le gardien ajaccien, d'une lourde frappe du gauche en fin de rencontre, permettant à son équipe d'arracher le nul (1-1).

Son association avec Ibra

« Les deux n'avaient pas les mêmes qualités. C'est pour ça qu'on a pu les associer et ça n'a pas mal fonctionné... » C'est ainsi que Laurent Blanc parlait de l'association entre Ibrahimovic et Cavani, en janvier 2018 dans L'Équipe. Le coach français est le premier à avoir fait évoluer ensemble ces deux attaquants hors du commun. Conscient que Cavani n'appréciait pas le fait d'être décalé sur le côté droit, Blanc a quand même pu compter sur l'Uruguayen qui n'a rien perdu de son efficacité malgré ce repositionnement.
« Il est très collectif dans l'âme, heureusement. S'il avait été comme d'autres, trop orgueilleux, ç'aurait pu exploser. » Pourtant, ce sacrifice n'a pas été évident pour l'ancien joueur de Palerme. « Je pense que toute la planète football le sait, que Cavani est un avant-centre et qu'il a fait ses preuves à ce poste, disait Cavani, également dans L'Équipe, deux ans après son arrivée. Alors, oui, Cavani peut évoluer dans une autre position, c'est vrai. Mais j'aurai toujours un meilleur rendement en tant qu'avant-centre et je crois l'avoir démontré. » Il devra pourtant attendre le départ d'Ibra, en 2016, pour retrouver sa place dans l'axe. Il terminera ensuite à deux reprises meilleur buteur de la Ligue 1 avec 35 buts en 2016-2017 et 28 buts en 2017-2018.
Lors de sa première saison au PSG, Cavani a inscrit 25 buts en 43 matches, toutes compétitions confondues, alors qu'il évoluait régulièrement sur un côté.

Son 100e but avec Paris

C'est lors d'un déplacement du PSG à Angers en novembre 2017, à l'occasion d'un festival offensif des Parisiens (5-0), qu'Edinson Cavani atteint puis franchit la barre des 100 buts sous le maillot du club parisien. Servi par Kylian Mbappé, Cavani trompe Mathieu Michel, le portier angevin, à la demi-heure. En pleine confiance, le Matador sort d'une saison où il a marqué 49 buts en 50 matches et il repart sur des bases similaires.

Célébration ou provocation ?

Muet en Ligue 1 depuis trois matches (350 minutes), Edinson Cavani laisse éclater sa joie et évacue sa frustration après avoir transformé un penalty contre Lens à la 54e minute (3-1), en octobre 2014. Pour célébrer son but, Cavani mime un tir de « sniper », comme il le faisait parfois à Naples. L'arbitre de la rencontre, M. Rainville, considère que l'attaquant du PSG provoque les supporters Lens, Cavani ayant effectué son geste vers eux, et l'avertit.
Furieux, l'Uruguayen, qui ne comprend pas pourquoi il a reçu un carton jaune, touche le bras de l'arbitre qui n'hésite pas et brandit un carton rouge. La commission de discipline est clémente avec l'attaquant qui n'est sanctionné que d'un match de suspension. Pour ne plus être inquiété, Cavani a légèrement modifié sa célébration : après son but suivant, en Ligue des champions, contre Nicosie, il a mimé un tir... vers le sol dos au public.
Pour ne pas qu'elle soit mal interprétée, Cavani a modifié sa célébration. Il a bien mimé un tir après son but face à Nicosie, en C1, mais vers le sol. (A. Mounic/L'Équipe)
Pour ne pas qu'elle soit mal interprétée, Cavani a modifié sa célébration. Il a bien mimé un tir après son but face à Nicosie, en C1, mais vers le sol. (A. Mounic/L'Équipe)

Le but de la Remontada

Si pour Neymar, la remontada (6-1) du 8 mars 2017 reste « le meilleur souvenir » de sa carrière, pour beaucoup de joueurs du PSG, cette rencontre constitue un traumatisme. Edinson Cavani faisait partie des joueurs parisiens qui ont disputé ce huitième de finale retour au Camp Nou. L'Uruguayen est même celui qui a fait renaître l'espoir alors que son équipe était menée 3-0.
À la 62e minute, servi de la tête en retrait de Kurzawa, il trompe Ter Stegen d'une puissante reprise du droit. À 3-1, les Parisiens, vainqueurs 4-0 à l'aller, peuvent croire à la qualification. Mais le Barça marque trois autres buts et envoyé le PSG dans les ténèbres. « Ce match [...] m'a beaucoup touché, a confié l'attaquant uruguayen dans une interview à ESPN en mai dernier. [...] J'ai commencé à ne plus pouvoir dormir. Je passais mon temps à lire. Et puis j'ai commencé à m'inquiéter, car j'arrivais à l'entraînement sans avoir fermé l'oeil de la nuit. Le médecin m'a rassuré et m'a prescrit un médicament pour m'aider à dormir. Petit à petit, je suis parvenu à trouver le sommeil. »

Le penaltygate

Quelques semaines après son arrivée au PSG, Neymar est déjà au coeur d'une polémique. Lors de la réception de Lyon (2-0), comptant pour la 6e journée de Championnat, le PSG obtient un penalty à la 77e minute à la suite d'une faute sur Kylian Mbappé. Tireur désigné, Cavani s'empare du ballon mais Neymar lui demande de le laisser tirer. L'Uruguayen refuse, mais évidemment perturbé par l'épisode, il manque sa tentative. Paris s'impose mais « El Matador » quitte la pelouse contrarié.
Après la rencontre, en conférence de presse, Unai Emery, l'entraîneur du PSG, ne tranche pas vraiment : « Je laisse les joueurs s'entendre sur le terrain pour savoir qui frappe. Mais si ce n'est pas le cas, je vais trancher et faire en sorte que les deux puissent tirer les penalties. » Toujours est-il que Cavani et Neymar ont une explication musclée dans le vestiaire et des coéquipiers sont obligés d'intervenir pour les séparer.
Dans la semaine qui suit, à l'initiative de Dani Alves, les deux hommes se retrouvent autour d'un dîner avec les autres joueurs mais sans le staff et surtout, Neymar fait amende honorable et présente des excuses à son coéquipier dans le vestiaire.

Meilleur buteur du club

Le 27 janvier 2018, Edinson Cavani inscrit un peu plus son nom dans la légende du PSG. Moins de cinq ans après son arrivée à Paris, il devient le meilleur buteur de l'histoire du club en ouvrant la marque contre Montpellier (4-0) lors de la 23e journée de Championnat. Avec 157 réalisations en 229 matches, il devance Zlatan Ibrahimovic, auteur de 156 buts en 180 matches. Quelques mois plus tard, il fait tomber un autre record du Suédois et devient le meilleur buteur du club en Ligue 1. En avril 2018, après un doublé à Guingamp (match 2-2), il porte son total à 115 réalisations (113 pour Ibrahimovic).

Retours de vacances en retard

S'il a une image de gendre idéal, Edinson Cavani n'a pas toujours eu une attitude irréprochable. Ainsi, lors de la saison 2014-2015, il est volontairement rentré de vacances avec quelques jours de retard. « Je savais que repousser mon retour à Paris de quelques jours pouvait me poser des problèmes, s'est-il expliqué. Je voulais passer du temps avec ma famille. J'ai payé et je crois que je paye encore cette erreur. »
Comme Ezequiel Lavezzi, également rentré plus tard de congés, Cavani a été sanctionné par le club. Cela ne l'a pas empêché de remettre ça : en janvier 2018, l'Uruguayen était de nouveau absent pour la reprise de l'entraînement en janvier, au grand dam d'Unai Emery, son entraîneur de l'époque.

La Coupe de la Ligue est sa chasse gardée

S'il n'est jamais parvenu à décrocher la Ligue des champions avec le club parisien, Edinson Cavani s'y est toutefois constitué un palmarès impressionnant. Avant de signer au PSG, Cavani avait été champion d'Uruguay avec Danubio (2007) et avait remporté une Coupe d'Italie avec Naples (2012). Il repart avec 18 trophées collectifs dans ses valises : quatre Trophées des Champions, cinq Championnats, quatre Coupes de France et cinq Coupes de la Ligue.
Cavani est largement impliqué dans les conquêtes récentes du PSG. Il a ainsi marqué trois buts en cinq finales de Coupe de France. Toutefois, le plus impressionnant est son nombre de buts en finale de Coupe de la Ligue : huit buts en cinq matches et surtout quatre doublés !

Le faux départ pour l'Atlético de Madrid

Edinson Cavani aurait pu quitter le PSG dès l'hiver dernier. El Matador était convoité par l'Atlético de Madrid qui avait proposé 15 millions d'euros pour le recruter. Une offre rejetée par le club parisien qui considérait que cette somme ne correspondait pas à la valeur sportive de l'Uruguayen. Paris espérait 20 millions d'euros pour l'ancien Napolitain.
Au terme de ce feuilleton qui a rythmé le mercato hivernal, Cavani restera à Paris, l'Atlético n'étant pas en mesure de vendre Thomas Lemar afin d'obtenir les liquidités nécessaires pour racheter le contrat de l'attaquant uruguayen. Ce dernier était pourtant prêt à faire des efforts au niveau salarial pour permettre au club madrilène de réaliser cette opération. En vain.

Une fin frustrante

L'arrivée de Mauro Icardi n'a pas été une bonne nouvelle pour Edinson Cavani. Dans une saison perturbée par les blessures, l'Uruguayen a finalement peu joué (22 matches, 1096 minutes, toutes compétitions confondues contre 31 matches, 1968 minutes pour Icardi). Il n'a été titulaire qu'à douze reprises cette saison (23 titularisations pour l'Argentin), ne disputant que sept matches dans leur intégralité.
Ses déclarations, après son 200e but pour Paris, le 23 février contre Bordeaux, montre à quel point il vivait mal sa situation. « C'est un moment spécial, avait-il dit à l'issue de la rencontre. C'est un moment pendant lequel tu penses à ce qui s'est passé avant : les jours d'entraînement, les jours de frustration. Pour tout ça, c'est incroyable, magnifique. C'est un but. Juste un but qui te fait remonter des choses et rend le moment spécial. [...] C'était un mois spécial, difficile, très difficile pour moi. [...] C'est difficile pour chaque joueur de traverser des moments comme ça mais, à la fin, ça fait partie du travail, du football, et j'ai besoin de continuer à travailler. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :