mendy (benjamin) silva (bernardo) falcao (radamel) mbappe lottin (kylian) (A. Mounic/L'Equipe)
Ligue des Champions

Les trois raisons qui laissent penser qu'un sacre de Monaco en Ligue des champions est possible

Et si Monaco, qui n'en finit plus de surprendre, arrivait à décrocher la Coupe aux grandes oreilles ? Probablement compliqué, mais sûrement pas irréalisable. FF vous explique pourquoi l'ASM, opposée à la Juventus en demi-finales, a des raisons d'y croire.

Parce que sa jeunesse est insouciante

Contrairement aux équipes confirmées, a priori immunisées contre la pression, on a tendance à croire que plus les formations peu habituées aux sommets européens avancent dans la compétition, et plus elles sont à même de craquer psychologiquement. Pourtant, il nous est devenu impensable que Monaco puisse imploser mentalement. Le fait que le club n'était pas attendu si loin lui a au final procuré une force diffuse, succès après succès. Sa jeunesse, emmenée par les Lemar, Mbappé, Bakayoko et autre Bernardo Silva, s'est retrouvée galvanisée par son insouciance, par le fait de se dire «quoi qu'il advienne, ce que nous avons fait est grand». De fait, une sorte de solidarité, de spontanéité, et surtout un esprit collectif inébranlable, sont nés de cette ataraxie. Ce qui n'est pas forcément le cas des adversaires de l'ASM. Le Real Madrid doit défendre son titre chèrement acquis l'an dernier et la Juventus, qui a trop souvent échoué à atteindre le dernier carré lors des précédentes éditions, doit encore ruminer sa finale perdue en 2015. Que dire de l'Atletico, probablement toujours hanté par les fantômes de sa deuxième place la saison dernière... Les trois adversaires de l'AS Monaco sont attendus au tournant. Jardim et ses hommes, eux, ne peuvent plus décevoir. Et c'est ce qui pourrait les porter jusqu'à la victoire.

Parce que son onze type n'a pas (trop) à rougir des trois autres

Sur la saison qui s'achève, les prestations collectives et individuelles des joueurs de l'AS Monaco sont parmi les meilleures d'Europe, comme en témoignent les statistiques offensives (90 buts inscrits, meilleure attaque) et défensives (27 buts encaissés, 2e meilleure défense) du club en Ligue 1. Alors certes, la Juve, ce n'est pas Metz, ce n'est pas Lille. Mais les hommes de Jardim ont prouvé qu'ils n'avaient rien à envier aux meilleures équipes. Et ce n'est pas la double confrontation face à Manchester City qui dira le contraire. L'ensemble de l'équipe, et particulièrement les plus jeunes, a su montrer que son niveau technique, individuel comme collectif, pouvait rivaliser avec les plus grands d'Europe. Bien sûr, tout se jouera à peu de choses, à commencer par le tirage au sort. Il serait optimiste, si ce n'est idiot, de penser que Monaco serait favori face au Real Madrid. Mais dire que l'ASM a son coup à jouer, quel que soit l'effectif en face du sien, n'est pas complètement utopiste.

Parce que son potentiel offensif semble inépuisable

Le jeu de l'ASM, bien qu'il lui arrive d'être varié, trouve sa splendeur dans les attaques rapides. Ce système, dur à appréhender, implique pas mal de dézonages de la part de ses milieux de terrain. On a encore pu le constater au stade Louis II face à Dortmund, où Lemar venait densifier le cœur du jeu et où Bernardo Silva se retrouvait sur l'intégralité du front de l'attaque. Cette passion pour les contres a pour effet de rendre le jeu de l'ASM imprévisible. De quoi poser des problèmes au Real, peut-être moins à la Juve, qui garde une assise défensive toujours très stable. Preuve que le danger peut venir de n'importe où, l'ASM compte six buteurs différents à 7 buts ou plus, comme le Real (seulement 3 à l'Atletico et 2 à la Juve). Même lorsqu'un des joueurs n'est pas dans son assiette, un autre prend le relai et sort du lot, à l'image, mercredi dernier, d'un Bernardo Silva un peu émoussé et supplanté par un Thomas Lemar stratosphérique. Sa puissance offensive, forte de ses 140 buts marqués toutes compétitions confondues, pèsera forcement dans la balance de la demi-finale, puis de la finale si Monaco en est.
Antonin Deslandes

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
Gwadaboy 21 avr. à 23:42

Au soir de sa victoire à Dortmund je l'ai dit et je le répète, Si Monaco choisit La c1 comme objectif, ,personne ne pourra le coiffer! sans laisser filer la L1, mais sans prendre de risques de blessures. aujourd'hui Monaco peut mettre 3 buts à Turin, comme à Madrid! Paris gagnera surement les 2 coupes Françaises! la L1 sera au choix de Monaco!

usscal 21 avr. à 22:34

Mais oui on va y croire... le palmarès des clubs français en coupe d'Europe devrait définitivement nous convaincre sur nos chances...

Silvaneric 21 avr. à 11:11

La question avec vous les journalistes est de savoir : Pourquoi ne posez vous pas cette question en début de saison ? C'est quand même votre boulot de "spécialiste", c'est à vous de voir ça avant les autres. C'est ça votre taf de pro. En demi, TOUT LE MONDE peut faire le même constat. Et tout le monde le fait. Pas besoin de ce genre d'article.