yahia (alaeddine) souquet (arnaud) (S.Mantey/L'Equipe)
Transferts

Libre de tout contrat dans ce mercato, Alaeddine Yahia : «L'argent, pas ma motivation première»

À 35 ans et libre de tout contrat après trois saisons à Caen, l'international tunisien Alaeddine Yahia a toujours «faim de ballon».

«Alaeddine, quand avez-vous su que vous ne prolongeriez pas avec le SM Caen ?
À mon âge, si on n'est pas venu te solliciter avant la fin de la saison... Tu es assez intelligent pour savoir que tu ne vas pas être prolongé. Je l'ai su après le match de Paris. Mais vraiment, je n'ai aucune déception. Je suis fier d'avoir participé à trois maintiens d'affilée avec le Stade Malherbe de Caen. Après une saison aussi usante, il faut ramener de nouvelles têtes, je comprends.

Que se passe-t-il les jours suivant la fin de son contrat ?
Après une telle saison, et ce maintien acquis à l'arraché, tu ne penses qu'à te reposer. Le maintien, c'est éreintant, fatiguant. Tu ne dors pas beaucoup... Quand t'es jeune ça va, tu relativises. À mon âge, tu te dis que peut être c'est la dernière saison en Ligue 1 de ta carrière et tu n'as vraiment pas envie de descendre. Aucune envie d'écrire ton nom sur la descente 2016-2017. C'est un vrai soulagement pour moi, une vraie joie... En plus, avec le scénario extraordinaire qu'on a connu au Parc des Princes avec l'égalisation dans les derniers instants de Ronny (Rodelin).

«L'Indonésie, ça ne m'intéresse pas»

On fait quoi de ses journées quand on est libre ?
Depuis quelques temps, je suis parti à Bordeaux pour faire une préparation physique avec mon ancien collègue de Saint-Étienne, Jean-Christophe Hourcade. Il a ouvert une académie de réathlétisation et je suis là-bas pour quelques jours, pour me tenir prêt. J'ai toujours faim de ballon.

Vous sentez que vous avez toujours les jambes pour continuer ?
(Catégorique). Bien sûr ! Je sors d'une saison où j'ai fait 32 matches. J'ai joué. Mon envie est intacte. Je suis un amoureux du ballon. Quand je vois ce que fait Benjamin Nivet en barrages... Je lui tire mon chapeau. C'est un exemple à suivre pour les plus jeunes.

«Si le téléphone sonne, je serai prêt»

Quoi de prévu pour le futur ?
J'ai eu quelques propositions mais je ne veux pas faire n'importe quoi, ni me précipiter. Je suis ouvert à tout projet. J'ai eu des contacts qui donnent envie et d'autres plus exotiques où on m'a proposé pas mal d'argent, mais j'aime trop la compétition et ce n'est pas ma motivation première. J'ai refusé l'Indonésie par exemple. Ça ne m'intéresse pas. Alors qu'il y a pas mal de bons joueurs qui ont signé là-bas comme Momo Sissoko par exemple.

La patience semble être l'arme principale quand on est libre...
Exactement. Il faut mûrir son choix et ne pas se jeter sur la première offre venue.

Une priorité ?
La France bien sûr, mais si un projet intéressant se manifeste en Europe, pourquoi pas ? En tout cas, je continue de bien travailler, de me préparer et si le téléphone sonne, je serai prêt.»

Johan Tabau
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :