Soccer Football - La Liga Santander - Real Madrid vs Real Sociedad - Santiago Bernabeu, Madrid, Spain - February 10, 2018   Real Madrid's Cristiano Ronaldo celebrates scoring their fifth goal to complete his hat-trick with Gareth Bale            REUTERS/Sergio Perez (Reuters)
Espagne - 23e journée

Liga : avant de recevoir le PSG, le Real Madrid régale face à la Real Sociedad (5-2)

Quelques jours avant de recevoir le PSG en C1, le Real Madrid, qui restait sur des résultats mitigés, s'est rassuré en dominant facilement la Real Sociedad (5-2).

A quelques jours de défier le PSG pour ce qui est sans doute son match le plus important de la saison, le Real Madrid était attendu. Et il a répondu présent face à la Real Sociedad (5-2). Santiago Bernabéu n'a d'ailleurs pas tardé à trembler. 48 secondes après le coup d'envoi du match, le Real ouvrait le score suite à un excellent travail de Cristiano Ronaldo côté gauche, ponctué par un centre parfait et une reprise de la tête de Lucas Vàzquez au second poteau (1-0, 1e). Dans la foulée, Karim Benzema trouvait le poteau face à Geronimo Rulli (7e). Le ton était donné.

Largement dominateurs, les hommes de Zinédine Zidane ne tardaient pas à doubler la mise. Peu avant la demi-heure de jeu, Ronaldo parvenait à breaker au terme d'une action collective rondement menée de la part des Merengue. Servi par un centre de Marcelo au sol, le Portugais plaçait un plat du pied gagnant (2-0, 27e). À l'image du début de match de sa star, le Real semblait alors inarrêtable... Et même si le quintuple Ballon d'or France Football trouvait le poteau (33e), Toni Kroos venait le consoler en envoyant une frappe parfaite dans la lucarne du pauvre Rulli (3-0, 35e). Toujours dans un tempo infernal, les Madrilènes s'envolaient grâce à CR7. Sur un corner parfaitement frappé sur le côté droit, il sautait plus haut que tout le monde et claquait une tête imparable (4-0, 37e). Face à des visiteurs pris à la gorge et incapables de s'approcher du but de Keylor Navas, le Real Madrid rentrait aux vestiaires sans concéder un seul tir.

Un Ronaldo intenable mais une défense perméable

Après la pause, la Real Sociedad se montrait toutefois beaucoup plus entreprenante. Sergio Canales trouvait la tête de Juanmi sur corner mais ce dernier voyait sa tentative s'échouer sur le montant droit de Navas (51e). Peu après l'heure de jeu, face à l'échéance de taille qui attend le Real mercredi prochain, Zidane opérait deux changements en même temps. Isco et Kovacic entraient pour remplacer Vazquez et Modric. Bale entrait un peu plus tard en remplaçant Asensio (72e). Et les visiteurs ouvraient leur compteur par l'intermédiaire de Jon Bautista, qui profitait d'une succession de décalages pour devancer Carvajal et conclure de l'intérieur du gauche (4-1, 74e). Mais CR7 continuait à faire parler sa forme du moment en s'offrant un triplé de près 5-1, 81e). Asier Illaramendi, l'ancien Madrilène, venait alléger la note en réduisant le score dans les derniers instants de la rencontre. Esseulé au point de penalty, le milieu de la Real Sociedad marquait du droit après un corner joué à deux (5-2, 83e).

Cette rencontre a souligné deux réalités du côté de la Maison Blanche : le talent de CR7, mais également les largesses défensives du collectif de Zidane. Loin d'être irréprochable sur les deux buts de la Real Sociedad, l'arrière-garde madrilène a mis en lumière ses difficultés de concentration. Sur le premier but de la Real Sociedad inscrit par Jon Bautista (74e). Dani Carvajal, trop facilement devancé par ce dernier, a montré des limites. Raphaël Varane n'avait pas pu faire la course nécessaire pour reprendre l'attaquant sur ce coup-là. Idem sur le deuxième but des Basques, où Illaramendi s'était trouvé (beaucoup trop) seul dans la surface merengue (83e). Globalement, le placement de la défense madrilène a été trop approximatif et le manque de maitrise a été criant, avec beaucoup trop d'espaces laissés. Quant à Ronaldo, il est en pleine forme. Auteur d'un match XXL ce samedi soir, il a inscrit un triplé et délivré une passe décisive. Il aurait même pu réussir un quadruplé s'il avait réussi à cadrer sa tête sur l'une des dernières actions du match (90e).

Mehdi Es Skheifi
Réagissez à cet article
500 caractères max